Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 9555 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ecole Saint-Charles actuellement immeuble à logements et bureaux
    Ecole Saint-Charles actuellement immeuble à logements et bureaux Lyon 2e - Confluent - 29-31 rue Smith 22 rue Quivogne - en ville - Cadastre : 1999 BD 138
    Historique :
    ´architecte Sainte-Marie Perrin qu´elles ont déjà sollicité en 1886 et 1892 pour un pensionnat et un De 1896 à 1898, les soeurs de la congrégation Saint-Charles font construire, sous la direction de l Lyon, Saint-Just, 99 montée de Choulans), la plomberie par Gaget Pérignon et Cie, plombiers couvreurs mécaniciens (4 quai de l´Hôpital), celle de la véranda par le maître plombier-zingueur Guttin (7 rue Saint -Alexandre à Saint-Just), les travaux de plâtrerie et peinture sont exécutés par Anglade Frères Jeunes 1950, la Congrégation Saint-Charles se sépare de ses biens situés rue Smith. Le cabinet des géomètres
    Référence documentaire :
    p. 329-331 Principaux travaux de Sainte-Marie Perrin. Annales de la Société académique d'Architecture de Lyon, Principaux travaux de Sainte-Marie Perrin. Annales de la Société académique A. paroissiales Sainte-Blandine, Lyon. Paroisse Sainte-Blandine, Lyon, 1841-1941, par l'abbé F. A . paroissiales Sainte-Blandine, Lyon. Paroisse Sainte-Blandine, Lyon, 1841-1941, par l'abbé F. Clapot, curé de Sainte-Blandine, 1941, plaquette éditée à l'occasion du centenaire de la paroisse Sainte-Blandine, n.p AP Congrégation Saint-Charles, Lyon. Comptes de construction rue Smith. Mémoire des travaux AP Congrégation Saint-Charles, Lyon. Comptes de construction rue Smith. Mémoire des travaux exécutés par les AP Jean-François Perraud, géomètre-expert. Historique du cabinet depuis 4 générations, [1991 ?] AP Jean-François Perraud, géomètre-expert. Historique du cabinet depuis 4 générations, [1991 ?] AP Congrégation Saint-Charles, Lyon. Comptes de construction rue Smith. Plans, coupes, élévations
    Représentations :
    sujet : croix en pierre de Sainte-Juste ou de Tarascon, support : porte principale, 31 rue Smith
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis Jean
    Description :
    pierre de Sainte-Juste [ ?] se retrouve sur la façade sur rue au-dessus du rez-de-chaussée, les fenêtres
    Titre courant :
    Ecole Saint-Charles actuellement immeuble à logements et bureaux
    Appellations :
    Saint-Charles
    Annexe :
    Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon ... Appartement sur rue (cuisine, autres pièces, grand Pierre-Scize 8, en 1897-1898 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon ... Chez la plombiers couvreurs mécaniciens 4 quai de l´Hôpital, courant 1897 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin Charlemagne 38, en courant 1897 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon ... Une porte de -Marie Perrin à la supérieure générale. -Ecole des Dames Saint-Charles à Sainte-Blandine, Mémoire pour -constructeurs, bd de la Part-Dieu 18, 1897. Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon 7, en courant 1897 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon ... Appartement Etroits 7 à Lyon, en 1896-97 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon ... Pierres de , en 1897 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon -Ecole Sainte-Blandine rue Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon ... Concerne aussi l´ancien bâtiment -Facture
    Texte libre :
    Sainte-Marie Perrin qu´elles ont déjà sollicité en 1886 et 1892 pour un pensionnat et un orphelinat à la Synthèse historique et descriptive L´école Saint-Charles, origines et construction. La "première paroisse sous le vocable de Sainte-Blandine : le prêtre, M. Dartigue, veut en effet y établir très vite une manuel ou de couture. La maison-mère [la congrégation Saint-Charles] se charge de fournir la majeure libre. M. Nitellon, alors curé de la paroisse, fusionne les deux communautés Saint-Charles en 1891, mais probablement trop étroit, les "dames de Saint-Charles" font construire, sous la direction de l´architecte installés par Josserand, entrepreneur à Vaise, la menuiserie est réalisée par Sèbe (installé à Lyon, Saint (4 quai de l´Hôpital), celle de la véranda par le maître plombier-zingueur Guttin (7 rue Saint -Alexandre à Saint-Just), les travaux de plâtrerie et peinture sont exécutés par Anglade Frères Jeunes 1950, la Congrégation Saint-Charles se sépare de ses biens situés rue Smith. Le cabinet des géomètres
    Illustration :
    Vue de situation avec l'orphelinat Sainte-Blandine à droite IVR82_20026900338X
  • Orphelinat de Sainte-Blandine actuellement immeuble à logements
    Orphelinat de Sainte-Blandine actuellement immeuble à logements Lyon 2e - Confluent - 33 rue Smith rue Quivogne - en ville - Cadastre : 1999 BD 8
    Historique :
    construit. Il est surélevé d'un étage en 1892. Les travaux sont alors dirigés par Sainte-Marie Perrin et En 1869, le prêtre de la paroisse Sainte-Blandine et le conseil de fabrique demandent à la Ville de montée du Chemin-Neuf. Vers 1950, la congrégation Saint-Charles se sépare de ses biens situés rue Smith
    Référence documentaire :
    A. paroissiales Sainte-Blandine, Lyon. Paroisse Sainte-Blandine, Lyon, 1841-1941, par l'abbé F. A . paroissiales Sainte-Blandine, Lyon. Paroisse Sainte-Blandine, Lyon, 1841-1941, par l'abbé F. Clapot, curé de Sainte-Blandine, 1941, plaquette éditée à l'occasion du centenaire de la paroisse Sainte-Blandine, n.p AP Congrégation Saint-Charles, Lyon. Comptes de construction rue Smith. Mémoire des travaux AP Congrégation Saint-Charles, Lyon. Comptes de construction rue Smith. Mémoire des travaux exécutés par les AP Congrégation Saint-Charles, Lyon. Comptes de construction rue Smith. Plan du jardin par J. AP Congrégation Saint-Charles, Lyon. Comptes de construction rue Smith. Plan du jardin par J. Dussert, architecte
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis Jean
    Titre courant :
    Orphelinat de Sainte-Blandine actuellement immeuble à logements
    Appellations :
    Sainte-Blandine
    Annexe :
    Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon - Ciel ouvert d´escalier ; postes d´eau aux 1er, 2e et 3e Vial, en courant 1892 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon - Pour un escalier Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon - 2e étage, pavillon nord, 1 porte de lingerie Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon - Ciel ouvert, dortoir sur cour, pavillon sud serrurerie, cours Charlemagne 38, en courant 1897 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon - Vérandah (sic) ; tuile mécanique. Traite de serrurerie place Kléber 7, en courant 1897 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon - Concerne aussi l´ancien bâtiment, c'est-à-dire l'orphelinat & Cie ingénieurs-constructeurs, boulevard de la Part-Dieu 18, 1897 Direction de Monsieur Sainte-Marie Perrin, architecte à Lyon -Ecole Sainte-Blandine, Mémoire des travaux exécutés par Bissuel entrepreneur
    Texte libre :
    1892. Les travaux sont dirigés par l´architecte Sainte-Marie Perrin que les soeurs ont déjà sollicité L´orphelinat Saint-Charles, origines et construction La "première maison de Perrache" est fondée Sainte-Blandine : le prêtre, M. Dartigue, veut en effet y former très vite une école gratuite ; le maîtresses. Deux soeurs de la congrégation Saint-Charles sont affectées à l´école, puis une troisième pour une classe d´ouvrage manuel ou de couture. La maison-mère [la congrégation Saint-Charles] se charge de paroisse Sainte-Blandine et le conseil de fabrique demandent à la Ville de Lyon la cession gratuite d'un les deux communautés Saint-Charles en 1891, mais les locaux sis 33 rue Smith n´étant pas assez vastes Guttin, maître ferblantier-zingueur, Sèbe, maître-menuisier à Saint-Just, Dalouzy, maître-charpentier à actuellement 29-31, rue Smith). Vers 1950, la Congrégation Saint-Charles se sépare de ses biens situés rue
    Illustration :
    Vue de situation avec l'école Saint-Charles à gauche IVR82_20026900338X
  • Autel du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Autel du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville
    Historique :
    Autel érigé sur les dessins de l'architecte Sainte-Marie Perrin, par Vial, sculpteur à Lyon
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean, dit: Sainte-Marie Perrin
    Titre courant :
    Autel du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
  • Collège Jean-Perrin
    Collège Jean-Perrin Lyon 9e - 14 rue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny - en ville - Cadastre : 1999 AK 2
    Titre courant :
    Collège Jean-Perrin
    Appellations :
    Jean-Perrin
  • Escalier du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Escalier du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville
    Historique :
    l'architecte Sainte-Marie Perrin, est mentionné comme terminé. Du 15 août suivant date une facture de la SA des
    Référence documentaire :
    exécutés pendant les années 1886 1887 sous la direction de M. Sainte-Marie Perrin architecte. Compte-rendu Antiquaille. Cour du cloître. A gauche et au 1er plan entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle Antiquaille. Cour du cloître. A gauche et au 1er plan entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine Antiquaille. Entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine] / [abbé Joseph Amphoux]. [ca Antiquaille. Entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine] / [abbé Joseph Amphoux]. [ca 1920-1935
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean
    Titre courant :
    Escalier du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Illustration :
    Antiquaille. Cour du cloître. A gauche et au 1er plan entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle Antiquaille. Entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine], photogr. par l'abbé Joseph
  • Église paroissiale Saint-Vincent-de-Paul 1
    Église paroissiale Saint-Vincent-de-Paul 1 Lyon 8e - 2 rue du Presbytère - en ville - Cadastre : 1826 F 331p 1999 CE 104 A
    Historique :
    -Marie Perrin se charge des restaurations. En novembre 1874, un projet de reconstruction, approuvé par consolidée dès 1862. Elle subit des dégâts importants suite à un orage en juin 1874. L'architecte Sainte
    Référence documentaire :
    Arch. mun. Lyon. 475 WP 010/1. Edifices cultuels. Eglise et presbytère Saint-Vincent-de-Paul : Arch . mun. Lyon. 475 WP 010/1. Edifices cultuels. Eglise et presbytère Saint-Vincent-de-Paul : construction Arch. mun. Lyon. 923 WP 072. Edifices de culte : reconstruction de l´église Saint-Vincent-de-Paul , Arch. mun. Lyon. 923 WP 072. Edifices de culte : reconstruction de l´église Saint-Vincent-de-Paul AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon. Acte de vente par Mr et Mme Bernard à la commission chargée de AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon. Acte de vente par Mr et Mme Bernard à la commission chargée de faire AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon. Dégâts causés à l'église et au presbytère par l'orage du 21 juin AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon. Dégâts causés à l'église et au presbytère par l'orage du 21 juin 1874 . Extraits des délibérations du conseil de fabrique de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, 24 juin 1874 commission municipale, 28 juillet 1874 ; lettre adressée au président du conseil de fabrique de Saint-Vincent
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Vincent-de-Paul 1
    Annexe :
    Rapport de la commission des finances de la Ville, 30 juillet 1875 (AP Saint-Vincent de Paul Construction d´une église dans la paroisse de Saint-Vincent de Paul. Avis de l´architecte du diocèse de Lyon, 12 novembre 1874 (Ibid.) "La paroisse de Saint-Vincent de Paul est formée depuis un Rapport de visite de l´architecte en chef de la Ville Abraham Hirsch, 27 juin 1874 (AP Saint
    Texte libre :
    ´architecte Sainte-Marie Perrin, s´élèvent, pour les deux édifices, à 1299 F. 25, suite à l´augmentation des l´église Notre-Dame-Saint-Louis, rue de la Madeleine, soit à l´église Saint-Maurice, rue Saint HISTORIQUE La paroisse Saint-Vincent de Paul est créée en 1855 par le cardinal de Bonald, sur l ancien vicaire de l´église Saint-Nizier devint, suite à des problèmes de santé, aumônier de la maison de santé du docteur Jean-Baptiste Carrier, fondée en 1850 au 168-174 route de Vienne, et administrée par les Soeurs de Saint-Vincent de Paul. L´abbé comprit très vite la nécessité d´ériger une paroisse dans ). Une commission paroissiale est mise sur pied, composée du docteur Jean-Baptiste Carrier, de l´abbé achète un terrain d´un peu plus de douze ares à un couple de cultivateurs, Michel Bernard et Marie Guillot, son épouse (AP Saint-Vincent de Paul. Acte de vente reçu Guinand notaire à Lyon, 14-19 février 1856). Elle en cède la propriété à la fabrique de Saint-Vincent de Paul le 10 mai 1856. Les travaux
    Vocables :
    Saint-Vincent-de-Paul
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud-est. Photogr., début XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul Vue extérieure. Photogr., 1er quart XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul) IVR82_20086900178NUCA Vue de la nef depuis l'entrée. Photogr., 1er quart XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul La couverture du choeur. A gauche, le mur de la nef de la 1ère église (AP Saint-Vincent-de-Paul Vue intérieure. Photogr., 1er quart XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul) IVR82_20086900179NUCA Vue intérieure. Photogr., 1er quart XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul) IVR82_20086900180NUCA La clique de Saint-Vincent-de-Paul longeant l'église. Photogr., 1er quart 20e siècle (AP Saint
  • Revêtement de sol du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Revêtement de sol du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville
    Historique :
    direction de l'architecte Sainte-Marie Perrin, le chanoine Comte étant maître d'ouvrage. Dans un état des
    Référence documentaire :
    exécutés pendant les années 1886 1887 sous la direction de M. Sainte-Marie Perrin architecte. Compte-rendu
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean, dit: Sainte-Marie Perrin
    Titre courant :
    Revêtement de sol du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
  • monument (figure colossale) à Claude Bourgelat
    monument (figure colossale) à Claude Bourgelat Lyon 9e - en ville
    Historique :
    est coulée en 1876. Le piédestal a été dessiné par l'architecte Sainte-Marie Perrin qui y travaille à
    Contributeur :
    Jazé-Charvolin Marie-Reine
    Référence documentaire :
    AN : F21 791. Envoi d'un projet de piédestal par Sainte-Marie Perrin, 28 novembre 1874 AN : F21 791 . Envoi d'un projet de piédestal par Sainte-Marie Perrin, 28 novembre 1874 civils par Questel, 30 octobre 1874 ; lettre de Questel à Sainte-Marie Perrin, 12 décembre 1874 ; devis Projets de piédestal pour le monument de Bourgelat/ Sainte-Marie Perrin. 1874-1875. 7 dess. : encre Projets de piédestal pour le monument de Bourgelat/ Sainte-Marie Perrin. 1874-1875. 7 dess. : encre et
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean, dit: Sainte-Marie Perrin
  • Chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville - Cadastre : 1831 O 431 1999 AL 22
    Historique :
    lieu saint et devenue chapelle, sous la direction de Sainte-Marie Perrin. martyrs auraient été emprisonnés et que saint Pothin serait mort. En 1689, la supérieure Suzanne-Marie de Ancienne grotte de jardin, connue ensuite sous le nom de caveau ou prison de saint Pothin, aménagée . De cette proposition, il est vite déduit que c'est là qu'ont été jugés saint Pothin et les 47 martyrs Riants-Villerey, à la suite d'un songe où elle voit saint Pothin s'adresser à elle dans ce lieu, restaure l'endroit et y élève un monument au saint évêque. Les sculptures en sont détruites à la Révolution. Le 19 Perret de La Menue, d'une cave, qui s'ouvre sur le caveau le jour de la fête de saint Pothin pour faire
    Référence documentaire :
    Perrin ACHARD-JAMES, Jean-Marie. Histoire de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon. Lyon : Louis Perrin impr p. 21-23 ACHARD-JAMES, Jean-Marie. Histoire de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon. Lyon : Louis appellé l'Antiquaille (...) / par Jeanne-Marie Boton, 1695, ms, copie (original conservé dans le même , Evesque et Prince de Genève, Dans le second Monastère des Religieuses de la Visitation Sainte-Marie de l de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon / Jean-Marie Achard-James, Lyon cm. Dans : "Histoire de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon" / Jean-Marie Achard-James, Lyon, 1834 AP Visitation Vaugneray : J 21. Fondation du deuxième Monastère de la Visitation Ste-Marie de Lyon AP Visitation Vaugneray : J 21. Fondation du deuxième Monastère de la Visitation Ste-Marie de Lyon , façade sur le cloître et coupe du caveau de saint Pothin]. [13] [Aile sud]. Façade sur la cour de la entre p. 48 et 49 Prison de saint Pothin / Richard del., Schroeder sc. [1829]. 1est. (gravure
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean, dit: Sainte-Marie Perrin
    Titre courant :
    Chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Appellations :
    dite caveau de saint Pothin
    Annexe :
    ´EGLISE DE LYON / PAR UNE TRADITION CONSTANTE / A TOUJOURS VENERE CE CAVEAU COMME LA PRISON / OU SAINT gauche de la niche de fontaine qui aurait servi de cachot à saint Pothin « A PEINE POTHIN / CONSERVAIT-IL
    Texte libre :
    1893, le chanoine Comte, la fait entièrement décorer sous la direction de Sainte-Marie-Perrin (cf même temps que le monument. En 1695, Jeanne-Marie Boton explique les raisons de sa présence : la mère HISTORIQUE Sous le cloître actuel, un local, actuellement nommé caveau de saint Pothin, a été qu'ont été jugés, en l'an 177, saint Pothin et les 47 martyrs qui marquent le début de la chrétienté dans -Dame et aux saints martyrs lyonnais (FABIA, p. 246-247). L´identification de l'ancienne grotte en tenoit enfermez les Saints qui furent martyrisez, pendant la persecution suscitée sous l´Empereur Marc -Aurèle : Au milieu de ces Prisons est un pilier de pierre où l´on croit que les Saints Martyrs furent saint Pothin, comment la sœur de Thélis qui a une dévotion particulière pour ce lieu essaie de persuader cachot de saint Pothin revêtu de fin or, et au dessus du cachot un trône d'un éclat et d'une beauté admirable, et ce saint évêque assis dessus". Il prononce cette phrase décisive : "Ma fille, je suis en ce
    Vocables :
    Saint-Pothin
    Illustration :
    sur le cloître de l'aile sud et coupe du caveau de saint Pothin IVR82_20036903524NUC Prison de saint Pothin, estampe d'après Richard, publiée en 1829 IVR82_20036903560NUC Crypte de saint Pothin, lithogr. d'après Grobon, publiée en 1834 IVR82_20036903561NUC Antiquaille. Caveau de Saint-Pothin [colonne, autel et cachot, photogr. par S. Farges, ca 1910-1920 Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [Chapelle souterraine, vue générale vers l'entrée Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue de l'angle où se trouve Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue vers l'entrée du caveau Antiquaille. Entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine], photogr. par l'abbé Joseph Antiquaille. Cour du cloître. A gauche et au 1er plan entrée du caveau de Saint-Pothin [chapelle Chapelle souterraine de saint Pothin, vue générale, photogr. par l'abbé Amphoux, ca 1920-1940
  • Maison, puis couvent de visitandines Sainte-Marie de l'Antiquaille
    Maison, puis couvent de visitandines Sainte-Marie de l'Antiquaille Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville - Cadastre : 1831 O 397, 398, 424 à 432 1999 AL 22, 34 à 38
    Historique :
    , Pierre Sala, maître d'hôtel de Louis XII et humaniste, fait construire une résidence d'été avec une
    Référence documentaire :
    l'Antiquaille de Lyon. Lyon : Louis Perrin ACHARD-JAMES, Jean-Marie. Histoire de l'hospice de l'Antiquaille de appellé l'Antiquaille (...) / par Jeanne-Marie Boton, 1695, ms, copie (original conservé dans le même provisoires pour les fêtes de la béatification de sainte Jeanne de Chantal / [Jean-Antoine Morand]. [1768 pour les fêtes de la béatification de sainte Jeanne de Chantal / [Jean-Antoine Morand]. [1768]. 1 dess de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon / Jean-Marie Achard-James, Lyon p. 1 [Vue générale depuis le quartier Saint-Jean] / Ete Rey del. et Villain lith. 1 est. : [Vue générale depuis le quartier Saint-Jean] / Ete Rey del. et Villain lith. 1 est. : lithographie ; 7,9 x 14 cm . Dans : "Histoire de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon" / Jean-Marie Achard-James, Lyon, 1834 p. 1-145, 152, 202-203, 285, 288-289 ACHARD-JAMES, Jean-Marie. Histoire de l'hospice de Lyon. Lyon : Louis Perrin impr., Maire libraire, 1834
    Titre courant :
    Maison, puis couvent de visitandines Sainte-Marie de l'Antiquaille
    Annexe :
    sœurs Gabrielle Eléonord de Bolignieu, Jeanne Thérèze de la Gérarde, Anne Marie Pilhet et de Marie Villefranche-sur-Saône, Châlon-sur-Saône, Sainte-Marie-des-Chaînes et Fourvière à Lyon. Exemplaire utilisé seule fois. Marie-Elisabeth de Quérard, élue en 1627, réélue en 1631 Marie-Catherine de Sève de Saint Bellecour, le 28 juin 1638 Anne-Elisabeth de Sève de Saint-André, élue en 1638, réélue en 1641 Marie en 1700 Suzanne-Marie de Riants-Villeray, élue en 1703, réélue en 1706 Jeanne-Marguerite de Luzy de , réélue en 1725 Marie-Angélique Perrin, élue en 1728, réélue en 1731 Françoise-Catherine Bailly, élue en , réélue en 1758 Marie-Marthe Pralard, élue en 1761, réélue en 1764 Jeanne-Mélanie Humbert, élue en 1767 Anne Françoise de Damas, Marie Andrée Reverchon, Jeanne Silvie Charrier et Anne Claude Deville / Jean-Marie Achard-James, Lyon, 1834, p. 38-40. Ce souterrain, poussé à une grande distance du couvent Visitation Saincte-Marie de l´Anticaille, assisté de sœurs Anne Marie Desprez, Jeanne Thérèze de la Girarde
    Texte libre :
    manuscrit rédigé par la soeur Jeanne-Marie Boton à la fin du XVIIe siècle (épître dédicatoire datée de 1693 Orland, fils du roi Charles VIII, puis maître d'hôtel de Louis XII, est désigné généralement comme écuyer deuxième édition manuscrite est dédiée au peintre et architecte Jean Perréal (FABIA, p, 17-19, 19-186 Buatier. En 1551, ce dernier, marié depuis 1545 à Léonarde Albisse (TRICOU, vol. 1, p 34), est seul , époux de Jeanne Buatier, dernière fille de Symphorien, acquiert cette prise au même Sparron pour le prix de dix écus d'or et d'une rente annuelle d'un écu (AM Lyon, DD 362). Jeanne Buatier étant en limites actuelles. Cette vente est faite indirectement au profit du nouveau couvent des religieuses Sainte -Marie de la Visitation, établies provisoirement montée du Gourguillon depuis 1627 (FABIA, p. 219-220 priviligiés unissent la première supérieure, Marie-Elisabeth de Quérard (1627-1634 et 1637-1638), à la reine -Dame et aux martyrs lyonnais, et la chapelle latérale à saint Joseph. La quittance finale du sculpteur
    Vocables :
    Sainte-Marie
    Illustration :
    béatification de sainte Jeanne de Chantal, Jean-Antoine Morand, 1768 IVR82_20026900719PA Vue générale depuis le quartier Saint-Jean, d'après E. Rey, 1834 IVR82_20036903549NUC Plan géométrique du couvent et clos des dames religieuses de la Visitation Ste Marie à l'Anticaille Plan terrier du chapitre de Saint-Just, 1763, feuille 4, détail IVR82_20036903544NUC Plan des quartiers de Fourvière et Saint-Just, par Chavallard, 1767, détail IVR82_20036903543NUCA Bâtiment 8, plan et coupe du 2e étage de soubassement, par Raoul et Jean Frairot, 1980 Le marché de la place des Minimes à Lyon, par Jean-François Bellay, 1819 IVR82_20036903002VA Fourvière. Place des Minimes. Hospice de l'Antiquaille, par Balthazar Hubert de Saint-Didier, 1829 L'ancien quartier Saint-Georges, à Lyon, vu de la rive gauche de la Saône, vers 1840 [détail de la Le quai de la Baleine pendant les inondations de 1856, photogr. par Louis Froissart
  • Couvent de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière, puis archives centrales des Hospices civils
    Couvent de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière, puis archives centrales des Hospices civils Lyon 5e - 23 rue Roger-Radisson - en ville - Cadastre : 1831 O 472 à 474, 482, 483, 485, 486 1999 AO 58, 101, 102
    Historique :
    , l'architecte Sainte-Marie Perrin construit dans la partie nord-ouest de la parcelle un nouveau bâtiment dont la percées dans le bâtiment de Sainte-Marie Perrin (côté rue du Juge de paix). Après la fermeture du de Fourvière partie d'une propriété, constituée de terrains non bâtis, appartenant à M. Jean-Pierre Garcin, en vue d'y édifier un couvent. Le projet est confié à l'architecte Pierre-Marie Bossan. La de sapins pour abriter une statue de saint Régis, transformation d'un pavillon situé "en bas du -corps ouest du rez-de-chaussée abrite une chapelle dédiée à saint Joseph. En 1894, le mur de clôture est
    Référence documentaire :
    SAINTE-MARIE PERRIN, Louis-Jean. Pierre Bossan, architecte, sa vie, son caractère, son oeuvre, sa SAINTE-MARIE PERRIN, Louis-Jean. Pierre Bossan, architecte, sa vie, son caractère, son oeuvre, sa CHAZOT, Marie. Histoire du monastère de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière. Lyon : université Jean AP Visitation Annecy. Sans cote. Société civile Etablissement de la Visitation Sainte-Marie, 1919 AP Visitation Annecy. Sans cote. Société civile Etablissement de la Visitation Sainte-Marie, 1919 CHAZOT, Marie. Histoire du monastère de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière. Lyon : université quartier Saint-Just , 2 juillet 1970 AP Visitation Annecy. Sans cote. Acte de vente de la propriété de M. Jean-Pierre Garcin, drapier , AP Visitation Annecy. Sans cote. Acte de vente de la propriété de M. Jean-Pierre Garcin, drapier, aux AP Visitation Annecy. Ms. Sans cote. Annales du monastère de la Visitation Ste-Marie de Fourvière
    Auteur :
    [architecte] Perrin Marie-Louis-Jean, dit: Sainte-Marie Perrin [architecte] Bossan Pierre-Marie
    Titre courant :
    Couvent de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière, puis archives centrales des Hospices civils
    Appellations :
    de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière
    Annexe :
    Louise Eulalie Pascal, Soeur Marie Blandine Combe, Soeur Jeanne de Sales Galtier, toutes conseillères S Bodouin S Louise Colombe salvat S Marie Stanislas Roche S Jeanne Françoise d'Etanglard de Bassignac à son Grenetier, veuve de Mr Pierre Arthaud ; de Mr Louis Colle, négociant à Lyon, et Mme Jeanne Marie Arthaud disponible. Notre Mère Marie Régis, accompagnée de Son Econome Soeur Marie Blandine Combes et de Soeur Louise se séparer longtemps de son précieux appui, nos soeurs Louise Eulalie Pascal et Jeanne de Sales Camille Champollier et Jeanne Marie Montaland, mouliniers à Pélussin (Loire). Tous cohéritiers de Jeanne Marie Arthaud, décédée épouse du sieur Jean Montaland. Mr Garcin s´est libéré du prix en capital de ° Expédition du testament de la dame Marie Bourdin, veuve du sieur Jean Berger, propriétaire ancienne des Marie Joseph Goitton S Marie Elizabeth Poulin S Marie Thérèse Brémond S Marianne Chantal Berger S Jeanne de Sales Galtier mandataire S Marie Jéronime Thibault S Anne Magdelaine Villard Louise Frémion
    Texte libre :
    Lyon, 315 WP 51), sur des plans de Sainte-Marie Perrin (Annales 1880-99, p.234) un nouveau bâtiment construit par Sainte-Marie Perrin. Ce sont là les derniers travaux importants effectués. Après la fermeture décès de Jeanne-Marie Montaland, née Arthaud (propriété figurant elle aussi sur le plan de 1767 militaire de Lyon, le maréchal de Castellane, descendant de sainte Jeanne de Chantal. Ce dernier promit et Saint-Just (AC Lyon, 2 S 57) et 1850, la configuration des lieux avait peu changé : les bâtiments . Garcin et par le chemin des remparts du fort de Saint-Just, le long duquel le mur de clôture de Mr Garcin (appartenant à M. Garcin), à l'ouest par le chemin des remparts du fort de Saint-Just, à l'est par la portion de vente fut signé par Claudine Deville, Louise Eulalie Pascal, Victoire Galtier et Mélanie Boisot de novices, la Supérieure, Mère Marie-Régis Deville, tenta de trouver des fonds auprès du gouverneur Visitation Annecy, ms. sans cote, p.4). La conception du projet fut confiée à l'architecte Pierre-Marie
    Vocables :
    Sainte-Marie
    Illustration :
    Visitation de saincte Marie, 1628. IVR82_20086902545NUC Plan des quartiers de Fourvière et Saint-Just, Chavallard, 1767 (détail) IVR82_20076900138NUCA Vue des anciens pavillons du télégraphe, par Paul Saint-Olive, 1864 IVR82_20086902536NUC
  • Revêtement mural du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Revêtement mural du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscriptions évoquent les quatre phases principales de la vie de saint Pothin.
    Historique :
    l'architecte Sainte-Marie Perrin, le chanoine Comte étant maître d'ouvrage. Les marbres de revêtement sont
    Référence documentaire :
    exécutés pendant les années 1886 1887 sous la direction de M. Sainte-Marie Perrin architecte. Compte-rendu HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Mémoire par Sainte-Marie Perrin Sainte-Marie Perrin, depuis fin 1888 à fin août 1891, 6 novembre 1891 A HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Lettre de Sainte-Marie Perrin A HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Lettre de Sainte-Marie Perrin A HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Mémoire par Sainte-Marie A -Marie Perrin, 12 juin 1892 HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Lettre du chanoine Comte à Sainte Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue générale vers l'entrée Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue générale vers l'entrée principale
    Représentations :
    procession groupe de figures martyre Lyon saint Pothin sainte Blandine lion taureau , d´où le geste d´adoration de saint Pothin, premier évêque de Lyon, qui conduit la procession (mur 4 ). Saint Aristeus, qui le suit, tient son tau. Les autres martyrs portent une palme, des chaînes ou des été livrés aux bêtes, avec sainte Blandine à leur tête, d´où la représentation d´animaux (lions et inverse, vers la sortie de la chapelle, les deux saints, Marcel et Valérien, qui ont réussi à fuir. La terrestre ; procession (groupe de figures, martyre, Lyon, saint Pothin, sainte Blandine, lion, taureau
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean, dit: Sainte-Marie Perrin
    Titre courant :
    Revêtement mural du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Annexe :
    Lyon, 12 juin [1892]. Lettre du chanoine Comte, commanditaire, à Sainte-Marie Perrin, architecte Lyon, 18 juin 1892. Lettre de Sainte-Marie Perrin, architecte dirigeant les travaux de décoration de Sainte Marie, in via lata, les vieilles fresques qui représentent l´apôtre Saint Paul cela fait et en quoi les Saints Martyrs seront-ils plus honorés si la décoration de leur sanctuaire est vie de saint Pothin ([COMPTE, p. 15-16]) : a) pilier nord, sa mission : BEATUS / POTHINUS / A ´entrée du caveau (panneau 5) : Parole de saint Eucher prêchant sur les saints martyrs : CORROBORANTUR HIC Lyon, lui demandant l´approbation de l´oeuvre de décoration qu´il a entreprise dans la crypte de Saint travailler à faire mieux connaître et honorer la Prison de Saint Pothin. Il s´agissait seulement alors d la piété des Filles de Sainte Chantal. Depuis cette époque ce culte a heureusement grandi par l ´intercession de nos saints martyrs eux-mêmes et grâce aussi à de hautes protections... Le Rite de Saint Pothin
    Texte libre :
    1888 à la fin août 1891. Le 17 septembre suivant, Sainte-Marie Perrin fait le point de l'oeuvre chanoine Claude Comte, déclare au maître d´oeuvre Sainte-Marie Perrin, que, ne voyant toujours pas venir (cf. annexe 3). Le 18 juin, dans sa réponse, Sainte-Marie Perrin exprime toute son amertume (cf , provoque la colère du commanditaire qui, sans avertir le maître d´oeuvre, Sainte-Marie Perrin, demande des -Marie Perrin. (Pour les raisons du choix de la technique utilisée, cf. annexe 2.) Les revêtements de HISTORIQUE Le travail a été réalisé pour le chanoine Claude Comte sous la direction de Sainte il exécute le mur 6 : en effet ce panneau, dit de sainte Blandine, ne figure pas dans le mémoire du
    Illustration :
    Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [Chapelle souterraine, vue générale vers l'entrée Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue de l'angle où se trouve Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue vers l'entrée du caveau Chapelle souterraine de saint Pothin, vue générale, photogr. par l'abbé Amphoux, ca 1920-1940 Procession des martyrs, paroi 4, détail du tau de saint Pothin IVR82_20016900771XA
  • Voûte du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Voûte du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville
    Historique :
    de l'architecte Sainte-Marie Perrin, le chanoine Comte étant maître d'ouvrage. Les ouvertures
    Référence documentaire :
    exécutés pendant les années 1886 1887 sous la direction de M. Sainte-Marie Perrin architecte. Compte-rendu HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Mémoire par Sainte-Marie Perrin Sainte-Marie Perrin, depuis fin 1888 à fin août 1891, 6 novembre 1891 A HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Lettre de Sainte-Marie Perrin A HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Lettre de Sainte-Marie Perrin A HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Mémoire par Sainte-Marie A -Marie Perrin, 12 juin 1892 HCL. [S.c.] (boîte : Association des 48 martyrs de Lyon 1877-1949). Lettre du chanoine Comte à Sainte Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue générale vers l'entrée Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue générale vers l'entrée principale
    Auteur :
    [architecte] Perrin Sainte-Marie Louis-Jean, dit: Sainte-Marie Perrin
    Titre courant :
    Voûte du décor d'architecture de la chapelle souterraine dite caveau de saint Pothin
    Illustration :
    Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [Chapelle souterraine, vue générale vers l'entrée Antiquaille. Mosaïque du caveau de Saint-Pothin [chapelle souterraine, vue de l'angle où se trouve Chapelle souterraine de saint Pothin, vue générale, photogr. par l'abbé Amphoux, ca 1920-1940
  • église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine
    église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine Réauville - le Village - en village - Cadastre : 1835 F 683 1983 F 653
    Historique :
    lorsque les cisterciens vinrent, en 1137, fonder l'abbaye d'Aiguebelle. Elle fut dédiée à Sainte-Marie -Madeleine en 1281, à l'occasion de la translation des reliques de cette sainte à Saint-Maximin ; l'abbé d'Aiguebelle, Pons de Saint-Bonnet, assistait à la cérémonie et ramena probablement une fraction de relique à , l'église nécessite des réparations. En 1518, Etienne Dufès, Jacques et Jean Delauche, maçons à Grignan (ces devant Dieu / de F. Burdain / 1871. Le dallage de l'église est refait en 1882 par Louis Julian. En 1885
    Auteur :
    [maçon] Delauche Jean
    Titre courant :
    église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine
    Vocables :
    Sainte-Marie-Madeleine
  • Groupe scolaire de Montroux, puis Cité technique, actuellement lycée d'enseignement général, technologique et professionnel René-Perrin
    Groupe scolaire de Montroux, puis Cité technique, actuellement lycée d'enseignement général, technologique et professionnel René-Perrin Ugine - Montroux - 41 rue René-Perrin - en ville - Cadastre : 2015 E 3093, 3094 1945 E 7
    Historique :
    lycée René-Perrin d’Ugine était alors un groupe scolaire avec section technique. Peu à peu, le groupe 1980. Le lycée René-Perrin accueille aujourd’hui un Lycée polyvalent et un Lycée professionnel.
    Référence documentaire :
    / Jean-François Cor, architecte. Juin 1991. 2 plans. Ech. 1:250 (AC Ugine, sans cote) Lycée Technique . Construction d'un bâtiment restaurant - vie scolaire. Plan masse et axonométrie / Jean-François Cor, architecte MIEGE, Robert, MARIN LAMELLET, Monique, COLLOMB, Jacques. De Montroux à René Perrin. Histoire du , Jacques. De Montroux à René Perrin. Histoire du lycée d'Ugine. Albertville : Impr. Borlet, 2006
    Représentations :
    Décor de mosaïque sur la façade principale et sur le sol du perron de l'entrée : armoiries de saint
    Auteur :
    [architecte] Cor Jean-François
    Localisation :
    Ugine - Montroux - 41 rue René-Perrin - en ville - Cadastre : 2015 E 3093, 3094 1945 E 7
    Titre courant :
    , technologique et professionnel René-Perrin
    Appellations :
    René-Perrin
    Annexe :
    d’Ugine Amédée Bugnard (1897-1990), a construit une grande partie du lycée René-Perrin. Architecte de la -Saint-Maurice et surtout réalise ou restaure de nombreuses constructions scolaires, notamment des écoles
    Texte libre :
    INTRODUCTION Un établissement développé en lien avec l’industrie locale Le lycée René-Perrin mixte est nationalisé en novembre 1968 et le lycée prend à cette occasion le nom de René-Perrin (1893 effet, dans les années 1970, le lycée René-Perrin continue de se développer et les effectifs sont le transfert des classes économiques/commerciales (sections G) pour le lycée Jean Moulin l’architecte uginois Jean-François Cor, maître d’œuvre retenu pour la restructuration du lycée. Il vient
    Illustration :
    Lycée Technique, Plan masse, Projet. Jean-François Cor. Juin 1991 (AC Ugine) IVR84_20167304341NUCA Lycée Technique, Axonométrie, Projet. Jean-François Cor. Juin 1991 (AC Ugine) IVR84_20167304340NUCA
  • Ensemble des trois verrières du choeur : la Vierge, Sainte Marie-Madeleine et Saint-Louis
    Ensemble des trois verrières du choeur : la Vierge, Sainte Marie-Madeleine et Saint-Louis Lyon 7e - la Guillotière - Eglise paroissiale Notre-Dame Saint-Louis 1 rue de la Madeleine - en ville
    Historique :
    restauration de l'église conduite par l'architecte Louis Rogniat.
    Représentations :
    éployées pour les vitraux de Marie-Madeleine et de saint Louis, un phénix pour celui de la Vierge. sainte Marie-Madeleine saint Louis
    Localisation :
    Lyon 7e - la Guillotière - Eglise paroissiale Notre-Dame Saint-Louis 1 rue de la Madeleine - en
    Titre courant :
    Ensemble des trois verrières du choeur : la Vierge, Sainte Marie-Madeleine et Saint-Louis
    Illustration :
    Baie 1 : Sainte Marie-Madeleine IVR82_20046906123NUCA Baie 2 : Saint-Louis IVR82_20046906124NUCA
  • Couvent Sainte-Marie de la Visitation, puis église paroissiale Sainte-Marie
    Couvent Sainte-Marie de la Visitation, puis église paroissiale Sainte-Marie Saint-Étienne - 7 rue Elise-Gervais rue Sainte-Marie 24 rue de la République - en ville - Cadastre : 1826 B2 1281 1864 E8 1738 1996 EN 9A
    Copyrights :
    © Ville de Saint-Etienne
    Historique :
    rendue au culte en 1808 qui prend le nom d'église Sainte-Marie. Agrandie en 1825 par Jean-Michel Dalgabio bâtiments conventuels et les transforme en dépôt de charbon. La paroisse Sainte-Marie est créée en 1805 avec (actuelle rue Elise-Gervais). A la Révolution française, Louis Thiollière achète comme biens nationaux les
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Patrimoine 19e-20e siècles de Saint-Etienne
    Auteur :
    [architecte voyer] Dalgabio Jean-Michel
    Localisation :
    Saint-Étienne - 7 rue Elise-Gervais rue Sainte-Marie 24 rue de la République - en ville
    Titre courant :
    Couvent Sainte-Marie de la Visitation, puis église paroissiale Sainte-Marie
    Aires d'études :
    Saint-Etienne Centre
    Vocables :
    Sainte-Marie
  • Paire de bustes-reliquaires, de sainte Marie-Jacobé et de sainte Marie-Salomé
    Paire de bustes-reliquaires, de sainte Marie-Jacobé et de sainte Marie-Salomé Grignan - rue Saint-Sauveur - en village
    Historique :
    Ces reliquaires sont signalés par l'abbé Fillet en 1878 : "...2° vertèbre de Ste Marie-jacobé et partie de clavicule de Ste Marie Salomé, provenant de Notre-Dame de la mer près d'Arles, ... dans [deux août 1686 au chapitre de Grignan, par Jean-Baptiste Adhémar de Monteil de Grigna, coadjuteur de
    Représentations :
    figure sainte Marie Jacobie en buste) £ figure figure (sainte Marie Jacobie : en buste) £ figure (sainte Marie Salomé : en buste) § Les deux saintes sont représentées en buste ; Marie Jacobé a la tête levée vers la gauche, Marie Salomé regarde à châle, celui de Marie Jacobé noué sur l'épaule gauche ; leurs cheveux sont couverts d'un voile court rejeté en arrière, celui de Marie Jacobé flottant à droite et celui de Marie Salomé retombant sur son
    Localisation :
    Grignan - rue Saint-Sauveur - en village
    Titre courant :
    Paire de bustes-reliquaires, de sainte Marie-Jacobé et de sainte Marie-Salomé
    Dimension :
    h = 64 ; la = 39 ; pr = 22,5£Dimensions du reliquaire de Marie-Salomé ; celui de Marie-Jacobé : h .= 62, la = 38,5, pr = 22. Bustes : Marie-Salomé, h = 41,5, la = 32, Marie-Jacobé, h = 41, la = 36.
    Appellations :
    de sainte Marie-Jacobé et de sainte Marie-Salomé
  • Verrière historiée : Jeanne d'Arc et Blanche de Castille avec saint Louis (baies 3)
    Verrière historiée : Jeanne d'Arc et Blanche de Castille avec saint Louis (baies 3) Ailleux - en village
    Historique :
    vitrail de sainte Jeanne d'Arc est une copie d'un tableau de Dominique Ingres. Verrière réalisée par Mauvernay, peintre-verrier de Saint-Galmier en 1902. L'iconographie du
    Référence documentaire :
    Collection particulière 71 INGRES. - Jeanne d'Arc. ND Phot / IMP. PHOT. NEURDEIN ET Cie. - PARIS 71 INGRES. - Jeanne d'Arc. ND Phot / IMP. PHOT. NEURDEIN ET Cie. - PARIS / Neurdein et Cie (photographes
    Représentations :
    scène historique : sainte Jeanne d'Arc, autel, église ; scène : Blanche de Castille, saint Louis scène historique : sainte Jeanne d'Arc, autel, église scène : Blanche de Castille, saint Louis : enfant : enfant ; armoiries § sainte Jeanne d'Arc en arme devant un autel d'église, avec armoiries sur sa robe ; éducation de saint Louis enfant par Blanche de Castille sa mère ; armoiries dans chacun des jours latéraux
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Rhône-Alpes, 42, Saint-Galmier
    Titre courant :
    Verrière historiée : Jeanne d'Arc et Blanche de Castille avec saint Louis (baies 3)
    Illustration :
    71 INGRES. - Jeanne d'Arc. ND Phot / IMP. PHOT. NEURDEIN ET Cie. - PARIS IVR82_20024200811XB
  • Rue Jean-Marie-Chavant
    Rue Jean-Marie-Chavant Lyon 7e - en ville - Cadastre : 2015 AD
    Historique :
    La rue Jean-Marie Chavant s'inscrit dans le prolongement de la rue Vendôme vers le sud-ouest ; elle rue Vendôme jusqu'en 1939, date à laquelle le nom de Jean-Marie Chavant, ancien adjoint au maire de
    Titre courant :
    Rue Jean-Marie-Chavant
    Appellations :
    Jean-Marie-Chavant
    Illustration :
    Partie de la rue de Vendôme, devenue Jean-Marie Chavant, ca 1880-1886 (AC Lyon, 4 S 217