Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Théâtre antique de Moingt

Dossier IA42003627 inclus dans Bourg de Moingt réalisé en 2006

Fiche

Appellations antique de Moingt
Dénominations théâtre
Aire d'étude et canton Montbrison
Adresse Commune : Montbrison
Lieu-dit : Moingt, les Sarrasins
Cadastre : 1808 A2 689, 690, 691 ; 1986 AH 15, 507

Pour J. Renaud, Le théâtre mixte d´Aquae Segetae (Moingt), le style architectural permet d´attribuer ce théâtre à la seconde moitié du 1er siècle après Jésus-Christ Entre 1995 et 1997, O. Blin, archéologue, réalise deux campagnes de sondages et de relevés dans le théâtre. Ceux-ci ont montré que ce dernier, large de 80 m, a été plusieurs fois été transformé et remanié. Deux principaux états sont reconnus. Le premier théâtre, (fin du 1er et le début du IIe siècle), comporte un mur extérieur rythmé de petits contreforts. Le second édifice est rehaussé, et soutenu par des contreforts plus massifs (fin du IIe siècle, et la première moitié du IIIe siècle), et ses deux bras sont agrandis, outrepassant légèrement son centre, se retournent alors à angle droit avec la façade (BLIN, O. Les thermes d´Aquae Segetae, 1996). Le théâtre est aujourd´hui ruiné, hormis quelques pans de mur subsistant en élévation. Le site du théâtre est classé monument historique le 10 décembre 1981.

Période(s) Principale : limite 1er siècle 2e siècle
Principale : limite 2e siècle 3e siècle

« De nombreuses études ont été consacrées à ce monument au 19e siècle, notamment par Th. Rochigneux. Dès 1849 A. Bernard le décrit et effectue des relevés : Auguste Bernard, 1849 et 1858. Plus récemment J. Renaud l´a étudié en reprenant les données du 19e siècle : J. Renaud, 1959-1960. Depuis 1995, O. Blin y a réalisé des sondages et en a effectué un relevé complet (Plan et élévation) : Bilan scientifique, 1995, p. 139. En forme d´arc de cercle outrepassé et orientée au nord-est, la cavea est de dimensions assez vastes : 42 m de rayon et 80 m de corde. Son développement est encore partout apparent, mais c´est au nord-ouest que la maçonnerie est la mieux conservée, puisqu´elle s´élève jusqu´à 10 m de hauteur. « L´intérieur du monument présente une muraille courbe et unie, percée à l´ouest d´une ouverture cintrée servant de vomitorium et terminée à l´est par une construction d´angle [...] » : Th . Rochigneux. 1886, p. 118-119. « Extérieurement, ce qui reste de ce mur est renforcé de six contreforts inégalement espacés, dont l´un est percé d´une porte et formait devant elle un palier d´accès à 2,5 m au dessus du sol, auquel aboutissait un escalier comme l´indiquent des traces d´arrachement. Ces contreforts, sauf les n° 5 et 6, sont de dimensions différentes et leur épaisseur varie de 1,19 m (4 pieds romains) à 0,8 m (2 pieds romains plus 1 dodrans). Le plus gros ...] correspond au point d´appui du mur intérieur. » J. Renaud, 1959-1960. Deux autres contreforts sont postérieurs à l´ensemble. « Tous ces murs, d´une épaisseur d´un mètre cinquante à deux mètres, sont bâtis en petits moellons de granit. L´appareil très régulier dans la partie extérieure, est moins bien soigné à l´intérieur, surtout vers la base, qui parait avoir été reprise en sous-oeuvre. Les traces de rejointoiement, parfaitement conservées dans le sous-sol du bâtiment d´angle, ont totalement disparu [...]. Tout vestige d´ornementation est donc absent » : Th. Rochigneux, 1886, p. 118-119. Il semble qu´il faille envisager des gradins en bois, nulle trace d´arrachement de gradins en pierres n´apparaissant « et il est probable que les petites murailles irrégulières et disposées sur un plan incliné que l´on a trouvées dans la cavea, [...] étaient exclusivement destinées à supporter une charpente » : Th. Rochigneux, 1886. Le mur d´avant-scène n´a pas été repéré, ce qui est normal pour J. Renaud du fait que la scène devait posséder un plancher amovible en bois et devait parfois servir aux jeux d´arène. « Un petit édicule, également rectangulaire, s´étend devant la scène, et pourrait tout au moins avoir rempli l´office d´un perron d´accès » : Th. Rochigneux, 1886, p. 119-120. « Les segments retranchés à chaque extrémité étaient affectés à des bâtiments de service. [...] On remarque, à l´angle extrême, un mur de refend établi en diagonale » : Anonyme 1881-1884a. Pour J. Renaud, les restes du podium correspondent à un massif découvert par Th. Rochigneux. L´arène-orchestre aurait donc un diamètre de 34 m : Anonyme 1881-1884b. Pour J. Renaud, le style architectural permet d´attribuer ce théâtre à la seconde moitié du 1er siècle après Jésus-Christ. Trois portes d´entrée devaient desservir la cavea, elle-même séparée en six parties. Il pouvait exister 26 rangées de gradins en bois, augmentées de plusieurs rangs lors des jeux scéniques ne nécessitant pas l´orchestre-arène, ce qui donne une capacité de 7300 à 8000 spectateurs. Les bâtiments triangulaires aux extrémités de la cavea et la scène en recul sont « caractéristiques des théâtres mixtes servant à la fois aux représentations scéniques et aux jeux d´arènes » : J. Renaud, 1959-1960, p. 291. En 1995-1996, O. Blin a dégagé « de la végétation qui les emprisonnait les deux faces du mur de cavea en élévation, afin d´en connaître de nouveaux fragments [...] et d´engager une première analyse archéologique et architecturale des élévations. Le plan précis est désormais disponible ainsi que le relevé topographique complet de l´ensemble du théâtre [...]. En parallèle, dix tranchées de sondage ont été réalisées sur la partie basse du site, permettant le dégagement des vestiges du mur de scène et de la scène. Il apparaît plusieurs états et remaniements complexes des structures, perceptibles tant dans les parties enfouies que dans les parties conservées en élévation [...] Le matériel archéologique fait malheureusement défaut pour caler précisément la chronologie des différentes étapes d´aménagements. Toutefois l´un des sondages a livré des structures non maçonnées ayant peut-être appartenu à un état ancien du théâtre ». En tout état de cause, les nouvelles observations amèneront à réviser complément les interprétations antérieures : Bilan Scientifique, 1995, p. 139. » (LAVENDHOMME, Marie-Odile. Carte archéologique de la Gaule 42 - La Loire, p. 134-136.)

Murs granite
moellon
Plans plan régulier
États conservations détruit

Théâtre gallo-romain avec de rares éléments encore en place.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1981/12/10

Références documentaires

Documents d'archives
  • BLIN, O. Les thermes d'aquae Segetae, Montbrison-Moingt (Loire), première évaluation archéologique. Service Régional d'Archéologie Rhône-Alpes, Dépôt de fouilles departemental de Roanne. ms., 1991.

  • RENAUD, Jean. Le théâtre mixte d´Aquae Segetae (Moingt). In Bulletin de la Diana, t 36, 1959, p. 281-302

Documents figurés
  • Plan d'ensemble avec essai de reconstitution et schéma du mur de cavea (intérieur et extérieur) d'Après Jean Renaud, Le théâtre mixte d´Aquae Segetae (Moingt), In Renaud, Jean. Le théâtre mixte d´Aquae Segetae (Moingt). In Bulletin de la Diana, t 36, 1959, p. 281-302, ill. 1, 2, 3

  • Moingt. - Ruines des Sarrazins. Ancien Théâtre romain / Edition Girard à Moingt - Reproduction interdite - CJ Girard (éditeur), carte postale noir et blanc, [vers 1910]. (Coll. L. Tissier, Montbrison)

Bibliographie
  • LAVENDHOMME, Marie-Odile. Carte archéologique de la Gaule 42 - La Loire Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1997

    p. 134, 135, 136.
  • RENAUD, Jean. MOINGT. Aquae Segetae 'Le Vichy des Ségusiaves'. In Centre d'études foréziennes. Edit : Publication de l'Université de Saint-Etienne, 1970

    p. 59-82
Périodiques
  • BERNARD, Auguste. Notice sur le théâtre antique et les autres monuments historiques du bourg de Moind (près de Montbrison). Paris : Impr. d'E. Duverger, 1849.

    p. 165-192
  • DURAND, Vincent, GIRARDON, Charles. Fouilles au théâtre antique de Moingt . In Bulletin de la Diana. t.II, 1881-1884.

  • ROCHIGNEUX, Thomas. Fouilles de Moingt. Congrès archéologique de la France, LIIe session, Montbrison, 1885 ; Paris, 1886, p. 117-130.

  • ROCHIGNEUX, Thomas. Découvertes archéologiques à Moingt. Bulletin de la Diana, t. III, 1886, p. 308-317.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry