Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Laurent-Rochefort

Dossier IA42001080 réalisé en 2000

Fiche

Aires d'études Boën - Sail-sous-Couzan
Adresse Commune : Saint-Laurent-Rochefort

Le territoire est traversé par des voies de communications anciennes et présente de nombreux sites stratégiques propres à l'installation d'un habitat fortifié. Implantations gallo-romaines au Chira-Gros et à la Durrieuse, ainsi qu'au lieu-dit Solaure (ou Solore). Solaure devient chef-lieu d'ager du haut Moyen Age (ager Solobrensis cité en 930). Vestiges de fortifications et d'habitat du haut Moyen Age à Tavel et à Château-Vieux, mais surtout à Rochefort (étudié). La commune compte en 1817 900 habitants, et 183 à Rochefort, contre 826 en 1880. Une mairie-école de garçons est construite entre 1844 et 1852 par le maçon Sarély sur des plans de Drutel, entrepreneur à Boën, puis de l'agent voyer Dulac ; elle est transformée en école de filles lors de la construction d'une nouvelle école de garçons en 1882 par Jean-Marie Duthey, entrepreneur à Saint-Didier-sous-Rochefort sur projet d'Achille Baillère, architecte à Clermont-Ferrand. Le nouveau cimetière est construit en 1892 par François Dutel, entrepreneur de travaux publics à Boën, sur les plans de l'agent voyer cantonal Henri Chovin. Auteurs des oeuvres citées dans l'historique : Ballière Achille (architecte) ; Chovin Henri (agent voyer) ; Dulac (agent voyer) ; Dutel François (maçon) ; Duthey Jean-Marie (maçon) ; Sarély (maçon). Attribution par source.

Sites de proctection zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique, site inscrit

La commune de Saint-Laurent-Rochefort est située sur les premiers monts du Forez, en limite nord-ouest du canton, sur un territoire majoritairement montagneux et boisé, où l'altitude culmine à 863 m. La commune est traversée par les vallées quatre cours d'eau principaux : l'Anzon, affluent du Lignon, le Dardannet, le Ciboulet, et le Leveaux (ou Livaud ou Tavel) ; elle est de plus bordée par l'Aubègue. De nombreux ponts et moulins sont implantés sur ces ruisseaux. L'habitat se présente sous la forme de nombreux écarts, certains le long des cours d'eau ou dans les vallées (Collet, Anzon, où se trouvent les principaux moulins...), les autres sur les hauteurs, sur des chemins qui sillonnent la montagne (Rochefort (étudié), le Bruchet, Chazelles, Lestra...). Le matériau de construction reste le pisé dans les zones les plus basses, mais celui-ci disparaît au profit du moellon de granite dans les hameaux de montagne ; on a parfois des constructoins mixtes, le pisé étant alors privilégié pour la construction du logis. La RN 89 suit la vallée de l'Anzon et traverse donc la commune, de même que la voie de chemin de fer. Les vallées du Ciboulet et de la Tavel, jusqu'au rocher de Rochefort, forment une ZNIEFF de type 1 (n°4203-2050).

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline - Monnet Thierry