Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Bard

Dossier IA42001490 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Montbrison
Adresse Commune : Bard

Plusieurs vestiges archéologiques attestent de l´occupation préhistorique de la commune de Bard. La carte archéologique de Bard (p. 69) signale plusieurs découvertes faites essentiellement à la fin du 19e siècle par un ensemble d´érudits locaux comme E. Brassart, N. Thiollier, Th. Rochigneux, V. Durand : Chez le gras, au lieu-dit Le Grand pré, en 1892, des tegulae, céramiques à pâte grossière et deux patères décorées en bronze, ont été trouvées en construisant une piscine ; les céramiques sont du IIIe siècle et les deus patères ressemblent à certaines de celles trouvées à Chalain-d´Uzore de la même période. Au sud de Chez le Gras, au Puy de Moulon, en 1883 sont mentionnés les restes d´une construction soignée, flanquée de contreforts, non loin d´un puits présumé antique : est également indiqué une piscine ( ?). Au plan de Vinol, des tegulae et des substructions antiques ont été mentionnées par V. Durand, non loin d´un dépôt de bracelets daté de l´âge du Bronze moyen (en dépôt au musée de la Diana à Montbrison). Au perron, des tegulae et des substructions antiques sont signalées. Dans le bourg, sont mentionnés des restes de pierre de petit appareil antique ainsi que de nombreuses tegulae ; et des céramiques grossières sont découvertes aux Grands Champs et près de Vaubert. La paroisse de Bard avait un territoire plus vaste que celui d´aujourd´hui qui s´identifiait à celui de la commune depuis 1790. La paroisse de Bard confinait de matin avec celles de Moingt et de Montbrison à 410m d´altitude sur les rives de la Grande Rivière (Vizézy), de bise celles d´Essertines et de Lérigneux, juridiction de Châtelneuf, de soir celle de Saint-Anthème, province d´Auvergne où elle culmine à 1270m et de midi sur une longueur de plus de 8 km avec la paroisse de Verrières, des Prats de la Chaux au confluent du Cotayet et du Charavan à Ecotay-le-Bas. Ces limites englobaient de hameaux de Verrières (le Pin, Robert et Condamine) ainsi que ceux du Taillou et d´Ecotay-le-Bas avec sa chapelle et son château. (MEUNIER, Emile. Il était une paroisse Bard. Village de Forez Loisirs au village) Au tournant des 12e et 13e siècles la province de Forez est administrée par les comtes de Forez de la deuxième race, et Guy IV (1196 1241) entame la construction de la collégiale Notre-Dame de Montbrison. Les Chartes du Forez et les terriers attestent par leurs propos l´occupation progressive du territoire ; DUFOUR, J.-E. dans son Dictionnaire topographique du Forez et MEUNIER, Emile sur L´Histoire Locale. Trois siècles d´occupation des sols à Bard (voir annexe) permettent d´en retracer la chronologie. Au village de Celle, on voit encore les ruines intéressantes d´une modeste habitation seigneuriale (étudiée), avec chapelle privée, de la seconde moitié du XVIe s. et à Contéol, petit fief possédé, avant la Révolution par les de Boubée ; l´habitation (étudiée), transformée en ferme, conserve une cheminée sculptée du XVIIe siècle, et une chapelle coûtée qui ne sert plus au culte (Forez Pittoresque, p. 268, 269). Concernant la création du village, due à des moines bénédictins qui y fondent un prieuré (étudié), le « Locus de Bar » est mentionné par les textes en 1218 [Chartes du Forez, n° 310, p. 1]. C´était un prieuré forézien renommé, dépendant de l´abbaye de Manglieu en Auvergne. Possession du Comte de Forez, Guy V, celui-ci donne par testament en 1239, le domaine de Bard et son église à la seigneurie d´Ecotay toute proche. A la Révolution le prieuré est vendu comme bien national. Ses biens sont attribués à M. Leconte moyennant la somme de 18500 livres. Ce dernier les rétrocède à divers acquéreurs et la commune achète les bâtiments (aujourd´hui disparus) le 13 août 1993 à Jean Vernay, de Vinols. L´église paroissiale (étudiée) de ce lieu est l´objet de différentes phases de constructions et de reconstructions : sur la base du bâtiment d´origine, soubassement de la nef et premier niveau du clocher, on élève une nouvelle nef encadrée de deux chapelles et la suite du clocher. En 1611, 1618, le beffroi est reconstruit, et en 1863 deux autres chapelles permettent la création de deux collatéraux. L´histoire restante du village nous est donnée à découvrir dans le bulletin municipal de Bard n° . Elle retrace l´histoire des grandes familles Bardoises et de leurs constructions successives. L´étude architecturale que nous avons menée a permis de confronter nos approches (voir annexe). Les projets de constructions et de reconstructions des édifices communaux de Bard ne dérogent pas à ceux constatés dans les autres communes : ils sont laborieux, hésitants et pas toujours faciles à suivre chronologiquement. Le presbytère (voir annexe) depuis la confiscation des biens de l´église en 1791 par le gouvernement de la République, jusqu´à son agrandissement et ses nombreux travaux, est resté sur son emplacement d´origine. Il en a été différemment pour l´enseignement scolaire des filles et des garçons. Celui-ci a été dispensé pour les unes, à la maison des soeurs (voir annexe) par des religieuses puis également par une institutrice communale dans une location (étudiée) et enfin une construction neuve de 1912 (étudiée) ; pour les uns par le curé puis un instituteur dans une nouvelle école mairie en 1845 (étudiée). Le monument aux morts de la guerre de 1914-1918 (étudié) sera supprimé du centre du village pour se rapprocher de l´église. Enfin, le cimetière (étudié), dont la translation est envisagée dès 1899, n´accueillera, au lieu-dit la Clavelière, les premières inhumations qu´en 1910. En 1909, dans le cadre de la préparation de la mission de 1910, une croix pour le nouveau cimetière (étudiée) est achetée aux ateliers Saint-Joseph à Buxy (Haute-Loire). D´autres, et nombreuses croix, parsèment le territoire de la commune de Bard (voir le collectif aire d´étude croix monumentales), comme celle de l´ancien cimetière qui date de 1550 (étudiée) ; pas moins de 26 croix d´époques, de types et de matériaux différents ont été recensées. Le registre des délibérations des conseils municipaux de Bard nous apprend que le 11 mars 1934 les travaux d´électrification de la commune sont sur le point d´être terminés ; l´électricité est fournie par la compagnie d´énergie industrielle des travaux d´électrification à Montbrison, rue de la République.

Le territoire de cette commune, couvert de bois et de prairies, forme une longue bande montagneuse offrant les altitudes extrêmes de 450 m. environ à l´est et plus de 1200 m. à l´ouest. La commune de Bard est bordée à l´est par celle de Monbrison, au sud-est par Ecotay-l´Olme, à l´ouest par la commune de Saint-Anthème (Puys-de-Dôme), au nord-ouest par Lérigneux et enfin au nord par Essertines-en-Châtelneuf. Les hameaux, de faible densité, se répartissent non uniformément sur la commune ; beaucoup sont situés au nord de la voie communale n°8, prolongée par la D113, d´autres sont implantés en demi-cercle à la base du Pic, qui culmine à 833 m., le long de la D113 qui traverse le chef-lieu. Enfin un dernier groupe de hameaux est situé sur un ensemble de replats avant le bois du Palais. Plusieurs cours d´eaux présents sur la commune creusent d´importantes dépressions qui favorisent l´implantation de feuillus et de pins sylvestres, caractéristiques du relief accidenté de ce « pays coupé ». Le Vizézy borde l´extrême nord de la commune puis traverse la ville de Montbrison après avoir récupérer en amontla Goutte des Grands Champs dans laquelle est venue se jeter la goutte du Puits Moulon. Dans la moitié supérieure de bard, la rivière le Cotoyet traverse la commune, accusant une déclivité de 300 m. d´ouest en est. Puis, dans la seconde moitié du territoire, le ruisseau de Charavan prenant sa source à près de 900 m. d´altitude et de même orientation que le Cotoyet quitte la commune à 540 m. après avoir reçu bien en amont le ruisseau du Crozet. Plusieurs moulins sur le Cotoyet, aux lieux-dits le Crozet et le Moulin, et sur le Vizézy à Chez le Gras, ont été étudiés ; sur le cadastre ancien de 1809, bien d´autres existaient encore mais ont aujourd´hui disparu (voir le collectif aire d´étude moulins). Bien évidemment les Barois ont cherché à franchir en de multiples endroits ces cours d´eaux, s´employant, pour cela, à construire des ponts que les forts courants et crues s´efforçaient de détruire régulièrement. Il en est ainsi du projet de construction d´un pont sur la rivière dite Vinolle, retrouvé aux AD Loire. Série O 1066. Bard, et qui indique le 1er juillet 1834 : Envoie au préfet de l´état estimatif des travaux à exécuter pour la construction d´un pont sur la rivière dite Vinolle, aucune planche ne peut résister en cet endroit. Devis estimatif dressé par Jean Dubost, maître maçon de Bard. Le dit pont formera une seule arcade de 15 pieds de largeur y compris les parapets et 26 de longueur. Maçonnerie et l´arcade en moellons bruts. Parapets en pierre. Pièce et plancher pour faire le moule de l´arcade. Montant total de 1510 F. La commune de bard est, et a été, essentiellement rurale, développant le système de la polyculture car trop éloigné des grands axes de circulations anciens comme actuels pour bénéficier de la venue d´une quelconque industrie. Même la vigne se fait discrète, à l´approche de la commune de Montbrison ; seules 3 loges de vigne (étudiées) sont à signaler (voir le collectif aire d´étude cabanes de vigneron, dites loges de vigne) Au XXe siècle, Bard est resté une commune essentiellement agricole : 35 exploitations sur 840 hectares y pratiquent une polyculture doublée d´élevage bovin pour la production laitière (Grande encyclopédie du Forez / 1986 / Martine Font, Bard, p. 104 à 106). Pas de commerce, si ce n´est un café-restaurant. A ce territoire et à cette économie correspond une architecture modeste en granite, constituée de fermes organisées autour d´une cour fermée et dont le logis comporte entre 3 et 5 travées, et entre 2 et 4 niveaux (voir le collectif aire d´étude fermes) ; un habitat datant essentiellement de la seconde moitié du 19e siècle, à part quelques exceptions du 15e siècle aux hameaux de (). Le cadastre ancien témoigne du très faible peuplement de la commune au début du 19e siècle (voir annexe). Un particularisme est cependant intéressant à noter au Montel. L´ «hospice des infirmes et indigents » de Montbrison, grâce aux legs et donations pieuses, possède une douzaine de domaines d´environ 50 à 100 hectares, répartis sur le canton. Par son testament du 18 novembre 1668, M. Durand Boyer a donné le domaine du Montet (étudié) à l´Hôpital de Sainte-Anne de Montbrison. Le testament est reçu par Maître Vial, notaire, du 28 mai 1669, par acte reçu Maître Chavassieux, notaire. Ce domaine sera affermé à un fermier jusqu´à sa vente par la SAFER vers 1970 pour financer la construction du nouvel hôpital de Beauregard (Montbrison).

Annexes

  • Liste des noms des lieux-dits du cadastre de la commune de Bard, Direction générale des Finances Publiques - Cadastre ; mise à jour : 1986.

    Section A :

    Chez le Gras / Puy de Moulou / Bernigaud / Thuilière (la) / Grand champ / Bellevue / Vinols / Bois / Joli (le) / Paquis vernay (le) / Eplanes (les) / Pic de Montfroment (le) / Planets (les) / Grands creux (les) / Pierre longue / Battants (les)

    Section B :

    Vinols / Beausoleil / Clos (les) / Pic de la Vialle (le) / Champs de l´Olme / Moulin Palais / Jambin / Ollagnière (l´) / Communal (le) / Mouret (le) / Malleval / Pic de Blanc (le) / Jeannette (la) / Romanet (le) / Mouchetoi (le) / Vacheron (le) / Perrière (la) / Granger / Côte de Vinols / Bray (le) / Pré Gut / Evert (l´) / Gouttemanche / Rochette (la) / Rivières (les) / Chirouse (la)

    Section C :

    Bourg (le) / Celle / Combes (les) / Rapes (les) / Garet (le) / Bois des Chênes / Cotes (les) / Garets (les) / Montchovet

    Section D :

    Pic (le) / Flavellière / Champs (les) / Sagnettes (les) / Bourg (le) / Bouchat (le) / Condamine / Cordailleux / Crozet (le) / Garnassonnes (les) / Croix Noire (la) / Croix Blanche (la) / Garets (les)

    Section E :

    Malleval / Campe-chien / Briasses (les) / Murettes (les) / Etrat (l´) / Garnées (les) / Sagnes (les) / Goutte (la) / Goutteford / Sagna-Riande / Garnée (la) / Jordanches (les) / Grangères (les) / Montel (le) / Molle (la) / Pont (le) / Chamquessat / Contéol / Rinières (les) / Pré Martin (le) / Fialées (les) / Olme (l´) / Contéol / Contéol-bas / Marturel (le) / Goutelles (les) / Jambin (le) / Pont (le) / Grans prés (les) / Adrets (les) / Dagues (les) / Jambin / Font Royet / Moulin Palais

    Section F :

    Sauterelle / Champlan / Contéol / Chaux (les) / Sagne (la) / Prassouroux / Sagne l´Allier / Loge (la) / Etangs (les) / Etangs / Fougerolles / Moulin (le) / Champ Blanc / Maisonny (le) / Chintre / Laurence (la) / Grands prés (les) / Molle (la) / Garet (le) / Montel (le) / Combes (les) / Chamquessat

    Section G1 :

    Chambon (le) / Crozet (le) / Combe (la) / Rivières (les) / Grands prés (les) / Sagne au bois / Bois Berger / Barge / Pré Palais / Girard / Bénevis (le) / Bois de la Goutte / Goutte (la) / Sauzet (le) / Grande terre / Frédifond / Boisfond

    Section G2 :

    Croix noire (la) / Charavan (le) / Maisonny (le) / Chiez du Bouc / Sauzet (le) / Chambon (le) / Crozet (le) / Places (les)

    Section H :

    Viallard / Palais (le) / Bois du palais / Barge

  • Historique et signification des lieux-dits du cadastre de la commune de Bard.. Source : DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946. et MEUNIER, Emile. L´Histoire Locale. Trois siècles d´occupation des sols à Bard.

    Bard (p. 34). Locus de Bar, 1218 (charte du Forez, n° 310, p. I). Nom d´origine celtique, le gaulois barr a laissé de très nombreuses traces dans la toponymie française ; il signifiait montagne, souvent de forme allongée et cette concordance est facile à vérifier sur le terrain.

    Barge (p. 35). Territorium de la Bargii, 1493 (Terrier du Chevallard, f° 1 v°). Barge (Cassini). Sa situation, son nom, font penser aux berges du ru.

    Bellevue (p. 52).

    Benevis (p. 53). Apud ioz Benevis, 1522 (terrier de Bard, f° 137 v°). Abréviation d´abennevis, était le terme qui signifiait concession, un droit d´usage pour exploiter.

    Boisfond. Apud la Boyfonari in Domo Dicti, Johannis Boyfon la Boysonerin, 1313. C´est l´endroit où se trouve une « font », soit une source, près d´un bois.

    Celle (p. 131). Mansus de Cellis (charte du Forez, n° 14, p. 2). Celle (cassini). Manse signifie exploitation agricole au Moyen Âge, et Cellisn ou cella en latin désigne l´ermitage ou le petit monastère. Le souvenir d´une chapelle à Celle reste encore bien vivant.

    Contéol (p. 242). Contel, 1203-1215 (Charte du Forez, n° 605, p. 7). Contéol (Cassini). Sa situation au sommet d´un coteau à 800m. d´altitude peut faire penser au mot coste, côte.

    Cordailleux (p. 243). Locus de Cordaleu, 1218 (Charte du Forez, n° 310, p. 1). Le terme de Condamine désigne la terre du seigneur, et celui de Cordailleux à rapprocher avec Cordelle, voire Cordoue, la hauteur, le podium, la butte volcanique.

    Crozet (le) (p. 273). Lo Croset, 1337 (Charte du Forez n° 470, p. 4, n. 18).Nom d´origine latine « Crosu » : creux en français.

    Fougerolles (p. 362). Petrus de Faugiroles, 1375 (terrier deschamps, f° 93 v°). Fougerolle (Cassini). Le nom évoque la fougère (filex) ou plutôt un terrain où elle pousse.

    Frédifond. Mausus de Frigido Fonte, 1375 (terrier du Says). Signifie, la source froide.

    Girard (maison isolée) (P. 394). Le Girard, XVIIIe s. (Cassini)

    Goutte (la) (p. 403). Apud la GuoteLocus dela Goute, 1527 (terrier de Bard, f° 141 v°). La Goutte (Cassini). Signifie source.

    Granger. Grangia en 1528 (terrier du prieuré de Bard). Une grange, bâtiment d´exploitation

    Jambin (p. 456). Petrus Jambini de Ripperiam, 1375 (Terrier Deschamps, f°94 v°). Jambin (Cassini). Qui de l´homme ou la toponymie du lieu a donné son nom au village ?

    Maisonny (le) (p. 517). Johannes Pacquos de Maysonitz, 1313 (B 1851 bis, f° 55). Qui de l´homme ou la toponymie du lieu a donné son nom au village ?

    Malleval (maison isolée) (p. 525). Villagium de Malleval, 1528 (terrier de Bard, f° 87). Désigne le mauvais vallon.

    Molle (la) (maison isolée) (p. 579). Pratum situm en la Molli, 1375 (terrier Deschamps, f° 93 v°). La Motte (cassini). Traduire la meule du moulin, le Cotayet coule tout près, des ruines de moulin sont encore visibles.

    Montel (le) (p. 599). Versus lo Monteyl, 1365 (B 1869, f° 40). Le Montel (Cassini). Jusqu´au siècle dernier, les Hospices de Montbrison y étaient propriétaires d´un domaine de 50 ha. Un petit tertre près de hameau, appelé aussi puy de l´Aly a sonné le nom à ce lieu.

    Palais (le) (maison) (p. 669). Terra do Palays, 1436 (terrier dy Says, f° 125 v°). Le Palais (Cassini). Dérivé du latin paladium, palais, généralement comme le voisin de Viallard, d´époque mérovingienne ou carolingienne.

    Perrière (p. 691). Ecart

    Rochette (la) (p. 823). Johannes Rocheta, 1375 (terrier Deschamps, f° 94 v°). La Rochette (cassini). Nom de lieu faisant référence à la roche.

    Sauzet (p. 937). Al Sauezi, 1220 (Charte du Forez, n° 34, p. 1). La Sausay (Cassini). L´origine du nom proviendrait de Salica, le saule en latin, fort probable en ce lieu.

    Viallard. Apud Vilars, Jacqueta Vilar, 1375 (terrier deschamps). Il s´agit d´un terme bas latin Villare dérivé de villa qui désigne le hameau. Les villare de sont développés surtout dans les périodes mérovingiennes et carolingiennes comme subdivisions de l´ancienne ville gallo-romaine.

    Vinols (p. 1063). Apud Vinoiol, avant 1200 (charte du Forez, n° 14, p. 2). Vinol (Cassini). Signifiant vigne.

  • Dépouillement de l'état de sections des propriétés non bâties et bâties. A.D. Loire. 3 P 78. Bard. 1828

    Section A dite de Belle Vue.

    L´hospice de Montbrison a quelques parcelles (terres...)

    Vignes :

    Puy de Moulon : A 72, A 74, A 78, A 79 ; A 129 à 133, A 348

    De Vinol A 134 bâtiments ruraux

    * À Pierre Duchez, meunier au Gras (ou en gros ?) ; possède A 10, A 14 à 27

    Du Gras A 25 maison ; A 25 bis moulin A 23 jardin, Du Pré A 21 abreuvoir.

    Des Moulins A 214 écluse

    * À Pierre Péragut, vétérinaire ; possède A 4, 6, 8, 12, 31 à 40, 43

    De Bernigaud A 36 et 37 bâtiments ruraux, A 35 et 38 jardins

    Du Granger A 40 maison

    La Loge A 57 masure

    * À Pierre Vial meunier à Bellevue

    De Bellevue A 200 maison, A 198 bâtiments ruraux, A 197 (du parc) et 199 (de la maison) jardins

    A 202 abreuvoir

    A 205, 206 vignes

    Section B de Vinols

    Vignes

    B 32 à 37

    Vignes : B 217 ; La Perrière B 512 et 513 ; La Merle B 521 et 522

    Hameau de Vinols :

    * A Pierre Ayel B 43 bâtiments ruraux et B 39 jardin,

    * A Robert Rondel, de Bard B 45 maison (lieu : Grange) et B 46 bâtiments ruraux

    * A Vidal Bayle B 44 maison et B 47 bâtiments ruraux

    * A Claudine Laurent, de Vinols B 71 maison et B 70 bâtiments ruraux, B 89 jardin

    * A Jean Prud´homme, de Vinols B 72 maison et B 77 bâtiments ruraux, B 78 jardin

    * A Jean Jambin le jeune B 75 maison et B 76 bâtiments ruraux, B 74 jardin

    * A Pierre Giraud, de Vinols

    B 17 Du Moulin écluse

    B 18 Des Brests bâtiment rural

    B 28 De Vinols maison, B 25 jardin

    B 30 Le Safron vigne ; B 35 La Plantée vigne

    B 58 Prise d´eau du bief, terre inculte

    * À Jean Péragut de Pralong

    B 66 Vieux Moulin bâtiments ruraux

    B 69 De Vinols maison

    B 90 jardin

    B 92 Les Adrets vigne

    * À Bayle Michel, de la Rivière

    B 121 Du Moulin écluse, B 122 moulin

    B 129 De la Rivière maison

    B 212, B 218 vigne

    B 237 La Scie rochers

    B 361 Du Mouret bâtiments ruraux

    * A Mathieu Trunel

    B 125 De la Rivière bâtiments ruraux, B 131 maison

    B 214 vigne

    * A Jacques Devant, tailleur

    B 130 De la Rivière maison

    * A Jean Olagnier

    B 140 Goutte Manche maison B 139 vigne

    * A Claude Palais, de Jambin

    B 220 La Trémouille bâtiments ruraux

    B 260 De Jambin jardin

    B 261 Ecurie maison

    B 271 De Jambin bâtiment rural

    B 328 Du Moulin moulin, B 331 bâtiment rural

    * A Etienne Giraud

    B 233 De la Rivière bâtiment rural

    * A Jean Lafond fils cadet

    B 234 De la Rivière bâtiment rural

    B 236 Du Moulin écluse

    * A Pierre Vial meunier

    B 242 La Rivière écluse, B 243 moulin

    * A Mathieu Epinat, de Jambin

    B 272 De Jambin bâtiment rural (ou sol de la maison) [en fait c´est maison et bâtiment rural, la maison a été oubliée ou confusion, sa taxation est reportée à la fin de la section]

    B 333 L´Olagnière moulin

    * A Jean Brunel

    B 273 De Jambin bâtiment rural (ou sol de la maison) [en fait c´est maison et bâtiment rural, la maison a été oubliée ou confusion, sa taxation est reportée à la fin de la section

    * A Pierre Granger

    B 520 La Perrière bâtiment rural

    Section C du bourg

    C 157 église C 156 cimetière

    C 174 jardin de la cure

    C 175 terre communale

    C 181 maison curiale

    C 310 Serve du Chambon abreuvoir

    * A Jean Lafont

    C 51 écluse C 53 moulin

    C 168 Bard maison C 167 La Grange bâtiment rural

    * A Meneyde Jean Jacques Les Sagnoles C 150 maison C 151 bâtiment rural

    * A Rondel Robert Les Sagnoles C 152 maison C 153 Le Chapi bâtiment rural

    * A Soeurs de Saint-Joseph et la fabrique C 154 bourg maison

    * A Brunel Etienne C 172 Bard maison C 163 La Grange bâtiment rural C 173 Bard bâtiment rural

    * A Girou Etienne charpentier C 170 maison

    * A Antoine Griot tisserand à Bard C 179 maison C 182 Le Cellier bâtiment rural

    * A Ravel Jean fils tailleur C 186 maison

    * A Brunel Jean-Baptiste

    C 350 écluse C 352 moulin

    C 344 à 348 : lieux Le grand Chenevier, Petit Chenevier, Chenevier de Pourras... parcelles de terre.

    C 375 La Plantée vigne

    C 397 De Celle maison, C 398 le petit jardin, C 399 le grand jardin

    C 404 De Celle maison C 403 jardin

    C 411 La Bardelle vigne C 410 jardin

    * A Brunel Claude

    C 401 De Celle maison

    * A Jean Vernay et Chalancon veuve Masson (sur 2 lignes)

    C 401 bâtiment rural

    Section D dite de Cordallieu

    * A Claude Jay, du Crozet

    D 2 moulin

    * A Jean Laurent

    D 80 De Cordalieu maison, D 83 jardin

    * A Robert Rondel

    D 197 De Bouchat moulin

    * A Jean Arthaud, dit Joye

    D 199 De Bouchat moulin

    * A Pierre Granger, Michel Granger et Jean Laurent

    D 314 De Bard maison

    Section E dite de Contéol

    L´Hospice de Montbrison : E 237 à 239, 243 à 250, 252 à 256, 259, 262, 265 à 270

    Dont E 253 Du Montet maison

    * A Palais Claude à Jambin

    E 63 Le Vieux Moulin masure E 64 écluse

    * A Jean Laurent de la Mole

    E 309 Chenevier du Montant moulin E 309 bis écluse

    E 306 De la Croix jardin

    * A Claude Rival de la Mole

    E 314 moulin E 312 écluse

    E 307 jardin

    * A Pierre Masson

    E 518 Contiol bas maison

    * A Louis Lafont

    E 520 maison Contiol bas E 519 bâtiment rural

    E 521 Ecurie bâtiments ruraux

    E 523, 524, 525 Derrier les Granges jardin

    * A Joseph Gagnaire

    E 522 Ecurie bâtiments ruraux

    Section F dite de Feugerolles

    Les vignes n´ont pas été relevées avec exactitude

    * A Pierre Soleillant

    F 5 Le Château de Contiol maison

    F 12 Masure terre inculte

    * A Claude Giraud

    F 9 Des Granges bâtiment rural

    * A Mme Deboubé

    F 258 La Loge maison

    * A André Crozet

    F 379 Du Moulin abreuvoir

    F 386 De Fougerolle maison

    F 388 Les Masures jardin

    F 403 Vieux Moulin masure

    F 404 Entre les Deux Moulins pâture, F 405 moulin

    * A André Pérat

    F 101 Moulon Chine maison

    F 424 De La Mole bâtiment rural

    * A Jean Laurent

    F 425 De La Mole maison

    F 426 Masure jardin

    * A Claude Rival (qui a aussi un moulin ds une autre section)

    F 436 de La Mole maison

    * A Laurent Griot

    F 481 La Grange bâtiments ruraux

    F 483 Du Montet maison

    * A Claude et Marguerite Joannin

    F 482 La Grange bâtiments ruraux

    F 492 jardin

    * A Meneyde Marguerite veuve de Joannin et son fils

    F 484 Le Cuvage bâtiments ruraux

    F 488 Du Montet maison

    * A Louis Blanc granger au Crozet

    F 485 Ecurie bâtiments ruraux

    * A Gilbert Favier maçon au Montel

    F 486 Du Montel maison

    * A Laurent, veuve, de Maisonnier

    F 568 Du Rond moulin F 569 écluse

  • Présentation du village de Bard

    Le cadastre ancien de 1809 nous montre un ensemble de parcelles bâties assez regroupées le long des axes de communication, au carrefour desquels semblent se dessiner quelques places ; l´église reste relativement excentrée et l´étendue de son parvis ne semble pas permettre d´importants rassemblements.

    Le nombre de foyers différents est alors de 26 ; l´article sur l´histoire locale du bourg de Bard nous retrace l´historique familial de ces différentes familles et nous renseigne sur la profession de certaines personnes à certaines époques :

    * Deux familles Rochette habitaient à Bard, l´une exerça le métier de tisserand pendant de nombreuses générations, l´autre vivait de l´agriculture (17e siècle)

    * Vers 1710 un Michel Legrand s´installa au bourg comme maçon et cabaretier

    * Famille Bourgin. Le lieu fut habité au début du XIXe s. par Antoine Griot, tisserand et J.-B. Dumas

    * Jean-Claude de la Molle basse, acheta le jardin des Dumas et entrepris la construction (1881) d´une construction pour en faire un café. En 1888, Claude époux Mathevon Tailleur agrandira le café-tabac-épicerie. Le bâtiment sera utilisé comme école à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle.

    * Maison du maréchal-ferrant début 20e siècle, parcelle 16

    Aux environs de 1893, le chemin départemental n°113 est prolongé par une diagonale d´orientation sud-est / nord-ouest passant au travers d´un ensemble d´importantes parcelles loties ; le mode de représentation des parcelles loties, en 1809, ne fait pas apparaître les différentes cours des fermes, ne permettant pas d´étudier l´évolution parcellaire de ces dernières.

    Un document de 1895 nous signale un délaissé à l´angle de la parcelle 1986 C 4, sur lequel le monument aux morts de la guerre 1914- 1918 est érigé , avant d´être déplacé plus tardivement à son emplacement actuel, non loin de l´église.

    Le bourg de Bard, comme l´ensemble des autres villages du Forez, ne se transforme qu´à partir de la première moitié du 19e siècle lorsque la démographie augmente, et plus sérieusement au 20e siècle :

    * L´église, trop petite est agrandie en 1863, et les bâtiments conventuels du prieuré, vendus à la Révolution, échoient en ruine à la commune en 1993 avant de disparaître totalement.

    * Le cimetière situé au chevet de l´église est déplacé en dehors du bourg en 1910, mais son ancienne croix demeure en place.

    * La maison des sœurs, léguée par le curé Tissier Charles en 1821, est délaissée par ses occupantes religieuses en 1920 et récupérée par le bureau de bienfaisance, avant d´être achetée en 1975 par la commune qui la fait raser pour établir une place au devant de l´église.

    * La cure (non étudiée), toujours située au centre du village, est s´agrandie une première fois en 1828, puis une seconde en 1856, mais subit un incendie en 1934. La salle des fêtes, située au devant du presbytère est construite en 1984.

    * La mairie-école (étudiée) s´établit en 1845 sur l´emplacement de deux petites maisons.

    * l´îlot de forme proche de l´amande, située au nord de l´église, entièrement lotie en 1809, l´est encore partiellement sur le cadastre de 1978, une scierie s´y trouvait. Aujourd´hui, seul le café restaurant (étudié) demeure en place, datant de la seconde moitié du 19e siècle. Il représente aujourd´hui le seul commerce de la commune.

    * Les bâtiments 1986 C 50 (non étudié) et 51 (étudié et de la fin du 18e siècle), ont été partiellement reconstruits en 1893 lors du percement de la D113. Le propriétaire du dernier bâtiment a le projet de construire un café le long de cette nouvelle route vers 1930, il ne reste aujourd´hui qu´une partie de sa façade, murée.

    * La ferme 1986 C 4 (étudiée), également impactée par le tracé de la nouvelle route, date de la fin du 18e siècle avec de sensibles modifications aux 19e puis 20e siècles. La ferme 1986 C 2 (également étudiée) qui se trouve au revers est plus ancienne (vraisemblablement du 16e siècle) avec également des modifications tardives.

    * La maison 1986 C 3 (étudiée) est construite en 1888, et abritera un café-tabac-épicerie, elle n´est, aujourd´hui, qu´une simple maison.

    * La maison 1986 C 6 (étudiée), est construite en 1881 pour y établir un café. Elle accueillera l´école des filles à la fin du 19e siècle avant de redevenir simple habitation.

    * La ferme 1986 C 465, 466 (étudiée) date du 16e siècle avec des transformations à la fin des 18e et 19e siècles, dont l´établissement d´un café.

    * La ferme 1986 C 16 (étudiée) date du 1er quart du 20e siècle et abrite le maréchal-ferrant et son atelier

    * La ferme 1986 C 463 (étudiée) remonte au 16e siècle avec une période de modification à la seconde moitié du 19e siècle, celle qui lui est mitoyenne : 1986 C 528 (étudiée) date quant à elle de le seconde moitié du 19e siècle avec diverses interventions eu cours du 1er quart du 20e siècle.

    * La ferme 1986 C 14 (étudiée) est de 1814, et celle correspondant à la parcelle 1986 C 21 (également étudiée), construite vers 1893, fait office un temps de boulangerie.

    * La ferme 1986 C 28 (étudiée), datant de 1880, est édifiée quant à elle en 1880.

    * Une seule ferme bourgeoise, du deuxième quart du 19e siècle (étudiée, 1986 C 26) avec d´importants volumes et une distribution du logis assez classique.

    D´autres bâtiments n´ont pas été étudiés car trop récents ou trop rénovés : 1986 C 26 (16e siècle ?), C 30 (fin 19e siècle), C 44 (fin 19e siècle), C 429 (vers 1900), C 431 (1er quart 20e siècle), C 432, C 491 (vers 1974).

    L´étude du cadastre de 1978, nous indique un certain nombre de constructions du cadastre ancien encore présentes et disparues du cadastre de 1986 :

    * 1809 C 149 puis 1978 C 30

    * 1809 C 150-151 puis 1978 C 460

    * 1809 C 168 puis 1978 C 46

    * 1809 C 169 puis 1978 C 47-48

    * 1809 C 167 et C 163 puis 1978 C 432

    * 1809 C 164 puis 1978 C 42

  • Presbytère de la commune de Bard.

    En 1791, les biens de l´Eglise sont confisqués par le gouvernement de la république. Le jardin et la maison curiale sont l´objet de ventes successives. Claude Brunel aîné, propriétaire les avait acquis. Il les revend au curé Valette, le desservant de la paroisse, qui lui-même les recède à un groupe de propriétaires de la commune, qui les remettent à la collectivité en 1818 pour la somme de 1575 F, montant de leur acquisition. Acte du 28 mars 1816 : acquisition du presbytère (« maison jardin jadis curiale de Bard ») par plusieurs co-propriétaires (Simon Crozet et Antoine Lafond, du Sauzet, Jean Dupuy, de Viallard, Etienne Brunel, du bourg, Jean Brunel, de Jambin, Claude Jay, du Crozet, Jean Robert, de Cordalieux).

    Maison avec cuisine, salle, cave, chambre, grenier, écurie, fenière, cour et chapit, et jardin

    Acquis par les vendeurs de Valey curé à Meys ( ?), par lui de Claude Brunel, du bourg, et par lui du gouvernement. (A.P. 19 janvier 1820. Acquisition du presbytère de Bard par la commune)

    Dès lors, le 03 mai 1818 : Le charpentier Etienne Giron et Pierre Ayel, charpentiers de Bard, sur l´invitation du maire, de procéder au devis détaillé et estimatif des réparations à faire à l´ancienne maison curiale que les habitants de cette commune sont dans l´intention d´acquérir. Le plancher de la cuisine du rez-de-chaussée est à refaire à neuf, le plancher de la salle du premier également. (AD 42. Série O1066). Puis le 06 mai 1818, la délibération du 03 mai contient le voeu pour l´acquisition d´un presbytère, elle est accompagnée d´un devis détaillé et estimatif des réparations à faire au dit presbytère ainsi que d´un état des sommes déjà payées par divers habitants de cette commune pour cette acquisition, l´art. 1er de cette délibération porte l´acquisition à la somme de 1575 F. (AD 42. Série O1066)

    Charles Tissier, curé de Bard, meurt le 29 juin 1824 et lègue une maison sise au bourg avec son mobilier et son jardin à la condition que celle-ci devienne une école religieuse pour l´instruction des jeunes filles, maison qui deviendra « la maison des soeurs ».

    Le nouveau curé arrive : l´abbé Jean Antoine Lazare Allirot qui, en 1825 demande à la commune de modifier ses projets de réparation de la vieille cure, projets envisagés le 11 mai 1823. Il demande à ce qu´un bâtiment neuf accolé à la maison curiale soit édifié, pour la somme de 1125 F. Le curé accepte de se charger gratuitement dans l´intérêt de ses paroissiens de l´enseignement des enfants de la commune. Le bâtiment doit être agrandi en y faisant un ajouté séparé par un corridor tel qu´il est détaillé dans le devis et affecté principalement à la tenue des classes de l´école primaire de garçons. Les travaux de construction et de réparation sont faits sous la direction du curé Allirot, le maître d´oeuvre du maire est aussi son créancier. Le chantier se termine au début de l´année 1828.

    A.P. Bard du 3 octobre 1836. Estimation des réparations et constructions faites sous la direction du curé Alirot au presbytère de Bard, par Jean-Claude Jay, charpentier, demeurant au Crozet (Bard), et Jean Mervillon, géomètre et expert, demeurant à Saint-Bonnet-le-Courreau. (1 cahier, papier, 35,5 cm)

    « Ancien » et au « nouveau » presbytère, « lesquels actuellement réunis ne forment qu´un seul et même presbytère ».

    - ancien presbytère : consiste actuellement en cuisine et salle (13x5,52 m) au RDC, deux chambres (une au-dessus de la salle, à alcôve, une au-dessus de la cuisine) et cabinet au-dessus. Plancher refaits à neuf (partiellement au RDC), plinthes, cimaises, portes de la salle et des chambres, placard dans la chambre à alcôve. Reprise du mur de la cuisine (nord), de certains encadrements de baies (en pierre de taille).

    - Nouveau presbytère : corridor et salon au rez-de-chaussée, chambre (alcôve) et cabinet au-dessus. Mur est : l=6,50m, nord : l=4,87, h=7,47 ; mur ouest : l=7,47, h=6,17. Encadrements en pierre de taille. le salon et le corridor sont carrelés, l´étage plancheyé. Il y a un second étage. Cheminées dans le salon et la chambre (encadrée de placards). Porte du corridor dans la cour (double), et dans le jardin (« avec clair de vue » = imposte ?).

    Le document établi le cubage des murs du « nouveau presbytère », dont la construction doit donc être neuve. Charrois de matériaux assurés par les habitants. Le curé Alirot est présent au début de la visite

    En 1856, la fabrique a l´occasion d´agrandir la maison curiale par l´achat de la petite maison adossée au presbytère côté soir. Le 22 octobre 1856, la fabrique achète à Mathieu Dumas dit cadet, « pour éloigner tout voisin de la cure » la maison pour la somme de 500 F. (A.P. 5 octobre 1856).

    AP Bard. Registre de délibérations de la fabrique de la commune de Bard, 3 avril 1842-22 avril 1900.(1 cahier, papier, 22,4 cm).

    4 octobre 1856 : Vente par Mathieu Dumas et sa femme Catherine Meunier, de Bard, à Jean Bayle, trésorier de la fabrique, et pour le compte de la fabrique, d´une petite maison au bourg (1 cahier, papier, 29 cm). Une cave au rez-de-chaussée avec cave au dessous ( ?), galetas au-dessus, confinant au levant par le presbytère, au nord par le jardin du presbytère. Les vendeurs gardent le jardin de cette maison, la fabrique devra faire construire un mur pour le délimiter.

    19 avril 1857: réparations nécessaires au presbytère et au couvent des religieuses (une partie est encore à faire en 1859). La maison des religieuses appartient à la fabrique. (A.P)

    11 avril 1858 : une partie des fonds alloués aux réparations du presbytère et couvent a servi à acheter une chape et étole. (A.P)

    En 1905, à la dissolution de la fabrique, cette partie du bâtiment reste la propriété du bureau de bienfaisance puis du bureau d´aide sociale. (MEUNIER, Emile. Il était une paroisse : Bard, p. 44)

    16 décembre 1934 : Monsieur le maire expose au conseil qu´au cours de l´incendie d´une partie des immeubles appartenant à Dumas François et contigu au bâtiment du presbytère appartenant à la commune de Bard, des dégâts ont été occasionnés à cet immeuble par la communication du feu à cet immeuble. (A.C. Bard, registre des délibérations)

    17 octobre 1948 : examen des devis de travaux à l´école et au presbytère, votés par le conseil municipal (360 000 F et 156 916 F). (A.C. Bard, registre des délibérations)

  • Maison des soeurs enseignantes de Saint-Joseph de Lyon, sur la commune de Bard.

    Le 12 novembre 1821 le Testament de Tissier Charles, curé de Bard (AP Bard. Registre de délibérations de la fabrique) enregistré à Montbrison le 30 juillet 1824. Donne son calice à son frère. Donne à la fabrique de Bard une maison achetée à Gilbert Favier, maçon, pour l´établissement et le logement des soeurs dans la paroisse, avec son mobilier et son jardin.

    Les soeurs de la congrégation des soeurs de Saint-Joseph prennent possession de la maison en 1825, elles sont au nombre de 3. Elles dispensent l´enseignement primaire aux jeunes filles de la paroisse et même à celle, voisine, d´Essertines. Elles créent un internat, appelé camerista pour les enfants des hameaux éloignés. (MEUNIER, Emile. Il était une paroisse : Bard, p. 60)

    Le 16 janvier 1835 : « La commune de Bard quoique privée jusqu´à ce jour d´instituteur communal, les enfants n´ont pas été négligés, une partie s´est rendue à Verrières ou à Montbrison et la majeure, chez nos soeurs religieuses qui ornent notre commune depuis longtemps » (AD Loire. Série O : 1066. Bard).

    Le 21 janvier 1839 (lettre du maire au préfet : « J´ai l´honneur de vous prier de m´autoriser à délivrer un mandat de 40 F en faveur des soeurs religieuses de cette commune...elles ont un soin suivi et des plus louable pour la jeunesse, et recevant un grand nombre d´enfants pauvres gratis, vu en outre qu´il n´y a pas d´instituteur ici, veuillez acquiescer à ma supplique à permettre qu´elles reçoivent les 40F sur les fonds destinés à l´instruction primaire » (AD Loire. Série O : 858. Bard).

    Le 10 février 1866 : Jean-Jacques Menaide, de Bard, vend à la fabrique une parcelle de 3,41 au pré du Chenevier, au bourg, à condition qu´elle sera laissée en jouissance aux religieuses qui s´occupent de l´instruction dans ladite commune ; la parcelle est limitée au soir par le bâtiment des religieuses, au midi par le cimetière, au nord par un chemin (AP Bard. Registre de délibérations de la fabrique)

    Le 8 avril 1866 : acquisition d´une petite parcelle (34 m x 10) joignant la maison des religieuses de Saint-Joseph chargées de l´instruction des filles, achetée à Jean Menaide. (AP Bard. Registre de délibérations de la fabrique)

    Il n´y avait alors à Bard qu´une école laïque de garçons. Aucun local n´existait pour les filles. Il faut attendre 1903 et une injonction du préfet pour la création de l´école communale de filles. (MEUNIER, E. p. 60)

    En vertu de la loi du 9 décembre 1905, le préfet de la Loire signe le 14 décembre 1906 l´arrêté de mise sous séquestre les biens de toute nature ayant appartenu à la fabrique de Bard et notamment une maison sise au bourg. Les biens de la fabrique passent au compte du bureau de bienfaisance de la commune de bard. (MEUNIER, E. p. 60)

    De 1906 à 1920, les religieuses sont locataires de la commune. Le 8 octobre 1920 une lettre de la Maison Mère des soeurs de St Joseph de Lyon, 20, rue des Chartreux, au maire de la commune de Bard (AP Bard. Registre de délibérations de la fabrique) précise que la supérieure générale regrette de ne pas pouvoir maintenir les religieuses à Bard, suite à la volonté du bureau de Bienfaisance de récupérer les locaux. Les meubles seront retirés le plus tôt. Quelques pièces ont été louées momentanément, le loyer était destiné à couvrir les impôts

    N´ayant plus d´élèves, elles quittent l´établissement de la paroisse pour aller à Verrières, à la rentrée de 1920.

    Le bâtiment souffre alors d´un manque d´entretien. Le conseil municipal décide de vendre à un particulier le bâtiment pour la somme de 2500 F. L´acheteur s´engage à rétrocéder l´immeuble et ses dépendances au prix de 3500 F le 23.02.1975. La commune procède ensuite à son arasement pour réaliser la placette devant l´église. (MEUNIER, E. p. 60)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série O : 1066. Bard. Acquisition et travaux presbytère, 1818. 03 mai 1818 : Le charpentier Etienne Giron et Pierre Ayel, charpentiers de Bard, sur l´invitation du maire, de procéder au devis détaillé et estimatif des réparations à faire à l´ancienne maison curiale que les habitants de cette commune sont dans l´intention d´acquérir. Le plancher de la cuisine du rez-de-chaussée est à refaire à neuf, le plancher de la sale du premier également. 06 mai 1818 : délibération du 03 mai qui contient le voeu pour l´acquisition d´un presbytère, elle est accompagnée d´un devis détaillé et estimatif des réparations à faire au dit presbytère ainsi que d´un état des sommes déjà payées par divers habitants de cette commune pour cette acquisition, l´art. 1er de cette délibération porte l´acquisition à la somme de 1575 F

  • AD Loire. Série O : 1066. Bard. Projet de construction d´un pont sur la rivière dite Vinolle. 01 juillet 1834 : Envoie au préfet de l´état estimatif des travaux à exécuter pour la construction d´un pont sur la rivière dite Vinolle, aucune planche ne peut résister en cet endroit. Devis estimatif dressé par Jean Dubost, maître maçon de Bard. Le dit pont formera une seule arcade de 15 pieds de largeur y compris les parapets et 26 de longueur. Maçonnerie et l´arcade en moellons bruts. Parapets en pierre. Pièce et plancher pour faire le moule de l´arcade. Montant total de 1510 F.

  • AD Loire. Série O : 1066. Bard. Enseignement à Bard, 1835. 16 janvier 1835 : La commune de Bard quoique privée jusqu´à ce jour d´instituteur communal, les enfants n´ont pas été négligés, une partie s´est rendue à Verrières ou à Montbrison et la majeure, chez nos soeurs religieuses qui ornent notre commune depuis longtemps

  • AD Loire. Série O : 858. Bard. Délibérations du conseil municipal concernant les écoles à Bard. 20 décembre 1842 : Autorisation temporaire délivrée par M. Le recteur de l´Académie de Lyon à Melle Brosse, institutrice afin de diriger l´école communale de Bard, comme institutrice communale 21 janvier 1839 (lettre du maire au préfet) : « J´ai l´honneur de vous prier de m´autoriser à délivrer un mandat de 40 F en faveur des soeurs religieuses de cette commune...elles ont un soin suivi et des plus louable pour la jeunesse, et recevant un grand nombre d´enfants pauvres gratis, vu en outre qu´il n´y a pas d´instituteur ici, veuillez acquiescer à ma supplique à permettre qu´elles reçoivent les 40F sur les fonds destinés à l´instruction primaire » (idem 23 novembre 1837).

  • AD Loire. Série 3P 78. Bard. Etat de sections des propriétés non bâties et bâties. Bard, 1828 . Détail de l'état de sections en annexe.

  • AC Bard. Registre des délibérations des conseils municipaux du 17 octobre 1948 au 12 avril 1953 . Travaux au presbytère. 17 octobre 1948 : examen des devis de travaux à l´école et au presbytère, votés par le conseil municipal (360 000 F et 156 916 F).

  • AC Bard. Registre des délibérations des conseils municipaux du au 17 octobre 1948 . Incendie proche du presbytère. 16 décembre 1934 : Monsieur le maire expose au conseil qu´au cours de l´incendie d´une partie des immeubles appartenant à Dumas François et contigu au bâtiment du presbytère appartenant à la commune de Bard, des dégâts ont été occasionnés à cet immeuble par la communication du feu à cet immeuble.

  • AC Bard. Registre des délibérations des conseils municipaux du au 17 octobre 1948 au 12 avril 1953 . Communal commun à plusieurs hameaux de plusieurs communes. 15 janvier 1950 : exploit du 31 janvier 1948 par lequel M. Chazal, cultivateur à Chalain-d´Uzore, a assigné les habitants des hameaux de Barge, de Bennevis, du Palais (Bard) et du Pin (Verrières) au tribunal civil de Montbrison pour être reconnu co-propriétaire d´un tènement de bois de 100 Ha dit « le Communal ». [Ce communal est inscrit sur la matrice cadastrale de 1857 comme « communal de la montagne » avec, comme propriétaire ou usufruitiers, les habitants des hameaux cités (il existe d´autres communaux de même nature).

  • AC Bard. Registre des délibérations des conseils municipaux du au 17 octobre 1948 . Projet de pont sur le Cotayet. 16 août 1936 : Pontceau à construire sur le ruisseau le Cotayet près du village de la Molle au Martel.

  • AC Bard. Registre des délibérations des conseils municipaux du au 17 octobre 1948 . Travaux d'électrification de la commune. 11 mars 1934 : Les travaux d´électrification de la commune étant sur le point d´être terminés, il n´a pas été possible de faire procéder aux travaux d´installation de l´éclairage électrique aux bâtiments communaux, faute de ressources disponibles. Electricité fournie par la compagnie d´énergie industrielle des travaux d´électrification à Montbrison, rue de la République.

  • AP Bard. 3 octobre 1836. Estimation des réparations et constructions faites sous la direction du le curé Alirot au presbytère de Bard, par Jean-Claude Jay, charpentier, demeurant au Crozet (Bard), et Jean Mervillon, géomètre et expert, demeurant à Saint-Bonnet-le-Courreau. (1 cahier, papier, 35,5 cm) . « Ancien » et au « nouveau » presbytère, « lesquels actuellement réunis ne forment qu´un seul et même presbytère ». * ancien presbytère : consiste actuellement en cuisine et salle (13x5,52 m) au RDC, deux chambres (une au-dessus de la salle, à alcôve, une au-dessus de la cuisine) et cabinet au-dessus. Plancher refaits à neuf (partiellement au RDC), plinthes, cimaises, portes de la salle et des chambres, placard dans la chambre à alcôve. Reprise du mur de la cuisine (nord), de certains encadrements de baies (en pierre de taille). * Nouveau presbytère : corridor et salon au rez-de-chaussée, chambre (alcôve) et cabinet au-dessus. Mur est : l=6,50m, nord : l=4,87, h=7,47 ; mur ouest : l=7,47, h=6,17. Encadrements en pierre de taille. le salon et le corridor sont carrelés, l´étage plancheyé. Il y a un second étage. Cheminées dans le salon et la chambre (encadrée de placards). Porte du corridor dans la cour (double), et dans le jardin (« avec clair de vue » = imposte ?). Le document établi le cubage des murs du « nouveau presbytère », dont la construction doit donc être neuve. Charrois de matériaux assurés par les habitants. Le curé Alirot est présent au début de la visite.

  • AP Bard. Registre de délibérations de la fabrique de la commune de Bard, 3 avril 1842-22 avril 1900. (1 cahier, papier, 22,4 cm).. Acquisitions et réparations du presbytère, 1856, 1857, 1866. 5 octobre 1856 : acquisition de la petite maison adossée au presbytère côté soir, appartenant à Mathieu Dumas dit cadet. « pour éloigner tout voisin de la cure ». 19 avril 1857 : réparations nécessaires au presbytère et au couvent des religieuses (une partie est encore à faire en 1859). La maison des religieuses appartient à la fabrique. 8 avril 1866 : acquisition d´une petite parcelle (34 m x 10) joignant la maison des religieuses de Saint-Joseph chargées de l´instruction des filles, achetée à Jean Menaide.

  • AP Bard. 10 février 1866. Vente d'une parcelle à la fabrique (1 feuillet plié, papier, 29,7). Jean-Jacques Menaide, de Bard, vend à la fabrique une parcelle au pré du Chenevier, au bourg, à condition qu´elle sera laissée en jouissance aux religieuses qui s´occupent de l´instruction dans ladite commune ; la parcelle est limitée au soir par le bâtiment des religieuses, au midi par le cimetière, au nord par un chemin.

  • AP Bard. 4 octobre 1856. Vente par Mathieu Dumas et sa femme Catherine Meunier, de Bard, à Jean Bayle, trésorier de la fabrique, et pour le compte de la fabrique, d´une petite maison au bourg (1 cahier, papier, 29 cm). Une cave au rez-de-chaussée avec cave au dessous ( ?), galetas au-dessus, confinant au levant par le presbytère, au nord par le jardin du presbytère. Les vendeurs gardent le jardin de cette maison, la fabrique devra faire construire un mur pour le délimiter.

  • AP Bard. 19 janvier 1820. Acquisition du presbytère de Bard par la commune. (1 cahier, papier, 29 cm). Acte du 28 mars 1816 : acquisition du presbytère (« maison jardin jadis curiale de Brad ») par plusieurs co-propriétaires (Simon Crozet et Antoine Lafond, du Sauzet, Jean Dupuy, de Viallard, Etienne Brunel, du bourg, Jean Brunel, de Jambin, Claude Jay, du Crozet, Jean Robert, de Cordalieux). Maison avec cuisine, salle, cave, chambre, grenier, écurie, fenière, cour et chapit, et jardin Acquis par les vendeurs de Valey curé à Meys ( ?), par lui de Claude Brunel, du bourg, et par lui du gouvernement.

  • AP Bard. Testament de Charles Tissier, curé de Bard, du 12 novembre 1821, enregistré à Montbrison le 30 juillet 1824, (expédition, 18 décembre 1885, 1 cahier, papier, 31 cm). Il donne son calice à son frère. Donne à la fabrique de Bard une maison achetée à Gilbert Favier, maçon, pour l´établissement et le logement des soeurs dans la paroisse, avec son mobilier et son jardin.

  • AP Bard. 8 octobre 1920. Lettre de soeur Henri-Xavier, supérieure générale des soeurs de Saint-Joseph de Lyon, au maire de Bard (1 feuillet plié, papier, 21,5).. La supérieure a retiré ses religieuses de la commune, par manque d´effectifs. la maison occupée par ces soeurs peut être utilisée par le bureau de bienfaisance à son gré.

  • A Diana, Montbrison. Série 1F 42 12. Bard. Ensemble de documents historiques divers (notes, courriers, croquis). N°1 : Courrier de Vincent Durand, rédacteur du journal de Montbrison du 6 mai 1863. Bracelets de Vinols : compte-rendu du bulletin Monumental n°2 de 1863. Avis de l´abbé Cochet : bracelets gaulois du début du 1er s. avant Jésus-Christ (?) (avant la conquête romaine). N°5 : Bracelet Celtique de Vinols Notes concernant des bracelets présumés celtiques découverts à Vinols, près de Montbrison (Loire), chemin de Montbrison à Lérigneux (Forez-Auvergne). Champ du Rôti : vigne de Jean Giraud. Tranchée de 60 cm : vase en terre contenant une cinquantaine d´objets en bronze : anneaux aplatis ouverts sur un côté. Objets récupérés par Joseph Rony, notaire à Montbrison. Au final, 49 bracelets, 3 frustres, les autres sont en bon état, belle patine, croissant elliptique. 40 grands (de 79 à 94 mm de large) et 9 petits (de 60 à 66 mm de large). Arrête saillante, dessins gravés simples et variés (hachures, demi-cercles, tresse (vannerie), stries verticaux aux extrémités (pour y insérer une lanière de fixation ?) N°6 : Bracelets de Vinols. Composition chimique N°7 : Bracelets de Vinols. Mesures N°8 : Fouilles à Vinols, fragment de poterie romaine, fragment du vase contenant les bracelets. N°9 : Courrier du comte M (?) Palluat de Besset au curé de Bard : « copie du passage qui regarde votre paroisse d´origine dans le ms latin 5529 ». N°10 : 1698 N...de Chalmazel prieur de Bar (ms. int. Herbigny) N°11 : Aperçus tirés de l´état de section du plan cadastral de Bard ayant trait à l´ancien domaine du martet donné aux hospices de Montbrison par M. Durand B. (extrait des archives des hospices). 97 parcelles sur C, D, E, dont E 253, maison à...au Montet et E 253 bis, sol de la maison. N°13 : Rente noble fief et domaine de Contéol, paroisse de Bard. Registre de ban et arrière ban. Privilégiés exemptés de taxes. B. de la ville de Montbrison, non inventorié. En 1693, rente noble de Robertet et du Soleillant, à Contéol, qui appartient en majorité à Antoine Henrys, président de l´élection de Montbrison. Domaine saisi et acquis par François de Boubée, écuyer, en 1719 (registre des consignations du pays de Forez, archives de la Diana, f°3 v°). N°14 : 1332. Arthaud prieur. AD B 1906 t.II, p. 372 col.1) N°15 : 9/11/1920. Notes de T. Rochigneux à l´abbé : Bard * Visite pastorale de Mgr de la Chassaigne (?) (ou Chassagny), vers 1469 ou 1465, évêque délégué de Mgr de Bourbon. BN lat. 5529 * Autres objets antiques au Grand Pré sur l´emplacement de bains actuels. Communication Brassart in BD t. VI, 1891, 1892, p. 358, 359 / Hache en serpentine trouvées près d´une « pierre branlante » au Puy des Saints. In BD t. VI, 1893, 1894, p. 231, 232 * Terrier du prieuré de Bard 1524-29 donné à la Diana (?), communication Brassart in BD t. XV, 1906, 1907, p. 143 à 147. * Arbres commémoratif appelés Sully in BD t. XVII, 1910, 1911, p. 92 à 94. Bard (Ecotay-l´Olme) * 4 mai 1747, testament de Joseph...de St Martin d´Aglié, marquis de St-Germain, fils de Ch. Louis, seigneur d´Ecotay-Bard (A. de Meaux, ch. 814) * 1765. Ch. Emm. de St Martin d´Aglié, marquis de St-Germain et Rivarol, secrétaire des affaires étrangères, seigneur d´Ecotay. Châtelain d´Ecotay...Quérézieux (A. de Meaux, ch. 820) * testament de Claude de Talaru, vve de balthazar Herail de Pierrefort, seigneur d´Ecotay, de Talaru, dame d´Ecotay (fin 17e siècle) * 17e siècle. Laurent de Talaru...Chalmazel, comte de Lyon, prieur de bard et Gilbert de Rivoire * 1736. Louis Anne Saint-Martin d´Aglié, comte de Rivarol, seigneur d´Ecotay, .., baron d´Ecotay, seigneur de Beauvoir, Usson, ...Montpeloux...réside à Ecotay. * A Ecotay : les Talaru, puis Herail de Pierrefort, puis St-Martin d´Aglié, puis des garets. * 1412-1438 : terrier de gazilleau... * 1753 : Ch. Emm. De St-Martin d´Aglier, épouse M.-Thérèse Saluce...marquise des garets. * 14 brumaire an 14 : vente de la terre et château de Quérézieux au profit de Pierre Pon.., sous préfet d´Ambert, Jacques Marie Lavigne, notaire et Jean Pinel de (vendeurs ?, avaient acquis des Agliés, ainsi que d´autres biens en Forez). Au profit de F. J.-Marie de Meaux, acquéreur. (A. de Meaux, 1813, côte 1955, 1961) * Château de Contéol en ruine : famille Boubée * Antoine Granjon, statistiques du département de la Loire, ms inédit de 1806, p. 111 : château d´Ecotay-Quérézieux, résidence en France des St-Germain des Garès (originaire du Piémont). Carré parfait flanqué aux 4 angles d´une tour ronde. Le comte de St-Germain, marquis de Rivarol l´avait rendu comme repaire des brigands et contrebandiers... * Bibliothèque vendue par le marquis des Garets à F. de Meaux Bard * PV de nomination et présentation d´un curé par le prieur de Bard. 20 août 1680. Laurent de Talaru de Chalmazel, châtelain-comte de Lyon, prieur ; collateur à la cure. Prieuré simple St-Jean-Baptiste * Tableau des minutes de J. Rony notaire : Contéol acquis en 1719 par M. de Boubée * Inscriptions de la maîtresse cloche de 1647 :...parrain : Laurent de Talaru (baron d´Ecotay, seigneur de Bard. Marraine : Anthoinette Geroffier : fille d´un officier de Montbrison parti demeurer à celle, emporté par une maladie contagieuse dont a plu Dieu affliger la ville de Montbrison. Leur maison de Celle passe aux Pierre de St-Hilaire, chapelle aux trois-quarts ruinée. Armoiries sur la porte de la chapelle : une bande au fait : 3 croisettes, ou roses, un chevron et 3 trèfles ou quintefeuilles dans l´écu (certainement armoiries des Gérossier, 1627. (in BD, t. V, 1889-90, p. 344 à 346) * Maison d´Ecotay : nom patronymique Chauderon, seigneur d´Ecotay, Beauvoir (Barton (?) André, Recueil d´aveux et dénombrement des fiefs en Forez, in Mem. Diana, t. VIII, p. 221.)

Documents figurés
  • Cadastre / Département de la loire / arrondissement de Montbrison / Canton de Montbrison / Commune de Bard / tableau d'assemblage / - / Construit a l'Echelle d'un pour 10.000 / par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_08.

  • Cadastre parcellaire / commune de Bard / section A / dite de Belle Vue / levée à l'échelle d'un pour 2500 par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_09.

  • 42 /Cadastre parcellaire / - / commune de Bard / section B / dite de Vinol / levée à l'échelle d'un pour 2500 par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_10.

  • 42 /Cadastre parcellaire / - / commune de Bard / section C / dite du Bourg / levée à l'échelle d'un pour 2500 par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_11.

  • 42 /Cadastre parcellaire / - / commune de Bard / section D / dite de Cordailleu / levée à l'échelle d'un pour 2500 par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_12.

  • 42 /Cadastre parcellaire / - / commune de Bard / section E / dite de contieul / levée à l'échelle d'un pour 2500 par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_13.

  • 42 /Cadastre parcellaire / - / commune de Bard / section F / dite de Fougerolle / levée à l'échelle d'un pour 2500 par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_14.

  • 42 / Cadastre parcellaire / - / commune de Bard / section G / dite du Sauzet / levée à l'échelle d'un pour 2500 / par le Géomètre du cadastre. Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_15.

  • 42 / Cadastre parcellaire / - / commune de Bard / section H / dite du palais / levée à l'échelle d'un pour 5000 par le Géomètre du cadastre. [signature] Augier / 1809. 1 dess. : encre noire, lavis rose, bleu et jaune sur papier rigide. AD Loire, 1682VT2_16.

  • [Dessin situant la découverte des patères Chez le Gras, commune de Bard] / 1 dess. : plume sur papier, 10,5 X 13,4. 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart : cote 5080).

  • [Photographies des patères découvertes Chez le Gras (Duchez)] / photogr. pos. : plusieurs tirages argentiques en noir et blanc papier citrate. 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart : cote 5080).

  • AD 42. Série O 658. Bard. Destination à donner à un délaissé du chemin / d´Intérêt Communal Section B. dans la traversée du Bourg de Bard. / RAPPORT DE L´AGENT-VOYER CANTONNAL. Rapport contenant un petit plan de situation en marge. Dessin à l'encre rouge et noire avec lavis gris et rouge. Documznt daté du 3 décembre 1895

  • A. Privées. E. Meunier. Jeu de la marelle. Tirage photographique couleur. 20e siècle.

  • A. Privées. E. Meunier. Grille de l'ancien presbytère. Tirage photographique couleur. 20e siècle.

  • A. Privées. E. Meunier. Coursière au lieu-dit le Montel (?). Tirage photographique couleur. 20e siècle.

  • Environs de Montbrison - BARD - Vue prise du Pic. Phot : Cl. Lassablière [1er quart 20e siècle]. Carte postale. (Coll. privée L. Tissier)

  • 80, BARD (Loire) - Entrée du bourg (côté ouest). Edition J. Rondel, tabac, Bard. Phot : Cl. Teissaire [1er quart 20e siècle]. Carte postale. (Coll. privée L. Tissier)

  • Environs de Montbrison - BARD - L'Eglise. Phot : Cl. Lassablière [1er quart 20e siècle]. Carte postale. (Coll. privée L. Tissier)

Bibliographie
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 34, 35, 52, 53, 131, 242, 243, 273, 362, 394, 403, 436, 517, 525, 579, 599, 669, 691, 823, 937, 1062
  • LAVENDHOMME, Marie-Odile. Carte archéologique de la Gaule 42 - La Loire Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1997

    p. 69
  • GARDES, Gilbert (dir.). Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire. T. 4. Montbrison et sa région. Le Coteau : Horvath, 1985

    p. 104-106
  • MEUNIER, Emile. Il était une paroisse : Bard. Cahiers de Village de Forez - Loisirs au village, vol. n°34, septembre 2007

  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 268, 269
  • VACHET, Adolphe (abbé). Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités. Abbaye de Lérins ; Imprimerie M. Bernard,1899. 752 p. ; 27,5 cm.

    p. 31, 32
Périodiques
  • MEUNIER, Emile. L'Histoire locale. Bulletin Municipal

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry