Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont routier suspendu de Cordon (détruit)

Dossier IA01000458 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

Á rapprocher de

HISTORIQUE

Quelques années avant la Révolution, en 1785, un projet de grande route allant de Besançon à Grenoble par le Bugey est à l'étude. Cette route franchirait le Rhône à Cordon, où un pont serait construit. Le Bugey participerait à la dépense pour 10 000 livres. Mais les événements qui suivirent mirent fin à l'entreprise (COGOLUENHE, livre 2, p. 95 ; BROCARD, p. 101).

En 1831, le directeur des Ponts et Chaussées souhaite établir un pont suspendu à péage au passage de Cordon (AD Isère, 7093W 78).

Le 24 mai 1834, un rapport de l´ingénieur en chef de l´Isère (Croset?) proposait la construction d´un pont suspendu sur le Rhône à Cordon, en remplacement du bac qui assurait toujours la traversée du fleuve. Mais ce rapport n'est pas assez clair pour le préfet de l'Ain, qui met en avant des problèmes financiers, estimant que la participation des communes est trop grande par rapport à celle de l´Etat (respectivement 2/3 et 1/3) (AD Ain, 2S 114).

Un projet d´établissement d´un pont suspendu sur le Rhône à Cordon est en cours en 1835 (AD Isère, 1S 4/9).

Il s'agit sans doute du projet mentionné en février 1836, dans un courrier au directeur général des Ponts et Chaussées, dressé par l'ingénieur Berthier, en remplacement du bac de Cordon (AD Ain, 2S 114).

En septembre 1836, l´ingénieur Berthier explique à l´ingénieur en chef qu´il ne peut pas lui envoyer le travail qu´il doit fournir pour le pont de Cordon avant que le commandant du Génie militaire n'ait achevé ses opérations et levé le grand plan nivelé qu´il est chargé de produire pour les deux rives du Rhône (idem).

Le 28 janvier 1838, une ordonnance autorise l'établissement d'un pont suspendu à Cordon (Annales des Ponts et Chaussées, 1838, p. 301 ; BROCARD, p. 101).

Le 2 mai 1838, est dressé le procès-verbal d´adjudication de la construction du pont suspendu de Cordon, au profit d'Etienne Guercy, propriétaire à Bordeaux, et Adolphe Boulland, ingénieur civil à Paris. Les adjudicataires obtiennent la concession d´un péage durant 59 ans, 11 mois et une subvention de l'Etat de 62 000 F (AD Ain, 2S 114 ; Annales des Ponts et Chaussées, 1838, p. 305 et 306 ; BROCARD, p. 101 parle par erreur du 2 mars).

Cette adjudication a été définitivement homologuée par le ministre le 26 mai 1838 (Annales des Ponts et Chaussées, 1838, p. 306).

Il est stipulé au cahier des charges, que les adjudicataires s´engagent à faire les travaux de construction dans un délai de deux ans.

Le pont sera établi perpendiculairement au cours du fleuve entre le hameau du Molard (Ain) et le village de Saint-Didier (Isère). La longueur du débouché entre les culées sera de 160 m au moins ; la largeur du passage entre les faces intérieures des garde-corps sera de 5,50 m, sans trottoirs ; il sera établi contre les garde-corps de simples heurtoirs en bois pour les préserver du choc des voitures. La face inférieure du tablier sera élevée au milieu du pavé de 4 m au-dessus des plus grandes eaux repérées à 35 cm en contrebas du seuil de la baraque des douanes, sur le territoire de l´Isère. Les adjudicataires placeront à leurs frais, le long de la partie du pont qui se trouvera en amont du Rhône, trois potences en fer, munies de réverbères, qui projèteront leur lumière sur le fleuve et resteront affectées au service des douanes (AD Ain, 2S 114 ; Annales des Ponts et Chaussées, 1838, p. 303).

Le 7 février 1839, dans un courrier l'ingénieur en chef de l´Ain, O´Brien, indique au sieur Boulland, concessionnaire du pont, que le Directeur Général a approuvé son projet sous la réserve des modifications suivantes : 1°. la direction du pont et de ses abords, la formation des levées et leurs revêtements en perrés, seront entièrement et en tout conformes aux dispositions du cahier des charges approuvé par l´ordonnance royale du 28 janvier 1838 ; le nombre des fils de chaque câble de suspension sera de 562 et celui des câbles d´amarre de 294 ; chaque fil de fer devant peser 60 grammes par mètre courant (AD Ain, 2S 538 : Restauration du pont suspendu).

Les constructeurs ont respecté le délai puisque, par arrêté du 29 janvier 1840, le pont de Cordon est livré à la circulation (BROCARD, p. 101 ; pour KIRCHNER, p. 8, la mise en service date de 1839), après qu'ait été dressé le procès-verbal de réception et d´épreuve deux jours auparavant, le 27 janvier 1840, au profit des concessionnaires (AD Rhône, 3959W 1745).

Le 17 février 1840, le conducteur des Ponts et Chaussées, Marchand, procède à la réception des travaux pour la construction des levées aux abords du pont (AD Ain, 2S 114).

En octobre 1840, des bateliers se plaignent à la Compagnie des bateaux à vapeur du Rhône que le tablier du pont de Cordon est trop bas et que des vis sont suffisamment longues pour endommager les cheminées de leurs bateaux. Les éléments trop longs sont consécutivement coupés (idem).

En 1841, à la suite des inondations, le gouvernement accorde des crédits au profit des ponts suspendus construits sur le Rhône et sur la Saône qui ont particulièrement souffert, parmi lesquels on compte le pont suspendu de Cordon (AD Ain, 2S 86).

Le 10 juillet 1848, dans un courrier au préfet, l´ingénieur en chef Meynard lui demande son avis sur une lettre par laquelle Guercy, concessionnaire du pont, sollicite l´exécution de travaux de défense destinés à protéger la levée gauche du pont des attaques du fleuve. Guercy avait obtenu une promesse de crédits de la part de son prédécesseur, O'Brien, pour entreprendre d´urgence les travaux aux abords du pont mais le ministère des travaux publics, pour des raisons financières, n´avait pas suivi et l´ingénieur en chef Meynard (successeur d´O´Brien) ne souhaite pas donner une suite favorable (AD Ain, 2S 114).

Lors d'une visite de l'ouvrage en 1849, l'état des fondations des culées ainsi que celui des divers systèmes de suspension et du tablier est jugé très satisfaisant "en tout et sous tous les rapports" (AD Ain, 2S 86).

Dans une lettre de l´ingénieur en chef de l´Ain à l´administration des Ponts et Chaussées du département, datée du 11 juin 1852, on apprend que des procès-verbaux ont été dressés par des gendarmes de Cordon à la suite de dégâts (rupture de poutrelles) causés au pont par le passage de voitures trop chargées (poids brut de 5636 kg pour l'une d'elles) (AD Ain, 2S 114).

Dans un courrier du 8 août 1853, l´ingénieur en chef de l´Ain informe le préfet que les amarres du pont de Cordon sont en fils de fer et qu´elles n´ont pas pu être visitées sur toute leur étendue. Il demande qu´elles soient soumises à l´épreuve prescrite dans le cahier des charges (idem).

Le 9 octobre 1853, le concessionnaire du pont Boulland assure au préfet le "bon état de toutes les parties visibles du pont" (idem).

Le 11 novembre 1853 est fait état des frais et honoraires dus à l´ingénieur de l´arrondissement de l´Est, un certain Bernard, et à l´un de ses employés, pour l´épreuve du pont suspendu de Cordon (idem). Cette épreuve a dû avoir lieu dans le courant de l'année.

Dans son rapport, établi le 24 novembre 1856 suite à la visite annuelle de l'ouvrage, l´ingénieur ordinaire reconnaît :

"1°. que les câbles de retenue et de suspension sont en bon état de conservation tant à l´intérieur qu´à l´extérieur et que les axes d´amarres présentent des traces d´oxydation assez nombreuses mais légères ;

2°. que le platelage de la voie charretière est usé et demande une réparation d´ensemble, que la lisse supérieure du garde-corps et les longrines sont généralement en mauvais état et demandent à être remplacées ; que les autres parties de la charpente sont en bon état ;

3°. que les maçonneries n´ont subi aucune altération ; que les fondations des culées sont suffisamment défendues, mais qu´il est nécessaire de recharger les enrochements de la pile ;

4°. que la présence des câbles et des garde-corps a besoin d´être renouvelée...".

En conséquence, des travaux vont être exécutés dans un délai de trois mois pour le remettre en état. L´ingénieur en chef souligne que ces travaux ne demandent pas une intervention d´urgence mais qu´il y aura procès s´ils ne sont pas exécutés dans les six mois (idem).

L´Etat rachète la concession du pont en 1868 (AD Ain, 2S 538).

Selon Brocard, il s'agit de 1867, pour la somme 48 000 F (BROCARD, p. 102).

Le 23 janvier 1875 est dressé un plan relatif à un projet de restauration et de modification du système de retenue des amarres.

De même un plan de réparation de la pile, du tablier et des bâtiments aux abords est effectué le 21 mai 1888 (AD Ain, 2S 538).

Le 11 novembre 1894 sont établis un devis et un cahier des charges pour travaux de restauration.

Ces travaux consistent à remplacer intégralement les câbles de retenue et de suspension du pont par des câbles amovibles en acier du système dit "tordus alternatifs" ; à établir des câbles obliques pour assurer la rigidité du tablier ; à relever la courbe des câbles suspenseurs, de manière qu´au point le plus bas de la courbe des nouveaux câbles les nouvelles poutrelles puissent être supportées par des tiges de suspension ; à remplacer les tiges à suspension en fils de fer par des tiges en fer rond, suivant le système amovible ; à relever les points d´attache à la pile afin de les mettre hors d´atteinte des crues moyennes du Rhône ; à remplacer intégralement les poutrelles en bois par des poutrelles armées en acier du système Arnodin ; à contreventer le tablier au moyen de deux longrines de rive en acier et d´une sous-longrine dans l´axe du pont ; à établir un garde-corps métallique disposé de manière qu´il puisse concourir à la rigidité du tablier.

Ces modifications comportent la réfection totale des madriers du tablier, de la voie charretière et des bandes latérales ; l´exhaussement en pierre de taille des piliers surmontant les culées, et la pose de blocs d´amarrage également en pierre de taille dans les chambres des culées ; la réfection ou la réparation des chapes des culées, les rejointoiements des parements des fondations de ces ouvrages, du côté du Rhône, et des murs des chambres d´amarrage ; l´établissement de deux entrées latérales pour accéder avec facilité dans ces chambres ; les buchements et percements de pierre de taille.

Ce projet est dressé par F. Arnodin (idem : Restauration du pont suspendu de Cordon).

Le 11 novembre 1894, dans son rapport, l´ingénieur ordinaire rappelle qu´il a signalé des avaries et des déformations dans les parties métalliques du pont et qu´il a fait connaître qu´un projet était à l´étude pour la réparation de cet ouvrage.

Ce dernier se compose de deux travées solidaires de 80 m d´ouverture chacune, supportées par une pile et deux culées ; il est à deux voies et a une largeur de 5,50 m entre gardes-corps. La pile, d´aspect monumental, a une hauteur de 14,80 m depuis sa base jusqu´au sommet des créneaux qui la couronnent. Son épaisseur au niveau du tablier est de 6,50 m suivant l´axe longitudinal du pont et de 7 m transversalement, non comprise la saillie des tours. Elle est protégée contre les affouillements du Rhône par un solide massif d´enrochements. Ses parements sont en pierre de taille au-dessous du tablier et en moellons d´appareil dans le surplus de l´élévation. L´ouvrage lui semble d´une très grande solidité (idem).

Les travaux de restauration du pont ont été confiés à Ferdinand Arnodin (marché de 1895-1896) pour la somme de 159 000.98 F, comme indiqué dans sa soumission (AD Ain, 2S 98).

Le pont de Cordon est détruit en juin 1940, par fait de guerre.

Un pont provisoire est mis en place pour s'y substituer (KIRCHNER, p. 11 ; BROCARD, p. 102).

Dans un rapport du 13 octobre 1947, présentant le nouveau projet de pont à établir sur le Rhône à Cordon, pour supporter la R.N. 92 de Valence à Genève, l´ingénieur en chef de l´Ain rappelle que l'ancien ouvrage qu'il doit remplacer, détruit en 1940, était un pont suspendu à deux travées de 79,90 m, qui ne satisfaisait plus aux exigences de la circulation (AD Rhône, 3959W 1745).

Précision dénomination pont routier
Appellations pont de Cordon
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Belley
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : Brégnier-Cordon
Lieu-dit : 01 Brégnier-Cordon Cordon 38 Aoste Saint-Didier
Précisions oeuvre située en partie sur le département 38
oeuvre située en partie sur la commune Aoste

La traversée du Rhône à Cordon est depuis longtemps assurée par des bacs. Le passage est ici très fréquenté et l'idée d'établir un pont apparaît dans la seconde moitié du 18e siècle, en 1785, pour permettre à la nouvelle route de Besançon à Grenoble de franchir le fleuve. Mais la Révolution met un terme au projet qui n'émerge à nouveau que dans les années 1820-1830, et se concrétise véritablement le 28 janvier 1838, date à laquelle la construction d'un pont suspendu est autorisée par ordonnance royale. Les sieurs Guercy et Boulland sont déclarés adjudicataires en mai 1838 et obtiennent la concession du pont pour une durée de près de 60 ans (le péage sera racheté par l'Etat à la fin des années 1860) et une subvention de l'Etat pour les travaux. L'ouvrage est livré à la circulation le 29 janvier 1840. En 1841, des crédits sont affectés au pont pour les dommages subis lors des inondations. En 1853, le pont passe une nouvelle épreuve. En novembre 1856, à la suite d'une visite annuelle, il est jugé nécessaire d'exécuter des travaux d'entretien. Des projets de restauration sont établis en 1875, en 1888. En 1895-96, de gros travaux de restauration, comprenant notamment le remplacement des câbles de suspension et des poutres du tablier (avec changement de matériaux), ainsi que l'établissement d'un garde-corps métallique, sont effectués par Arnodin. Ce pont perdure jusqu'en juin 1940, quand il est détruit par l'armée française pour retarder l'avance allemande. La traversée est rétablie par un pont provisoire en attendant une reconstruction (sur un projet de pont en béton, plus adapté au trafic) qui intervient en 1948.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Dates 1838, daté par source
Auteur(s) Auteur : Guercy Etienne, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Boulland Adolphe, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Arnodin Ferdinand, ingénieur, attribution par source
Auteur : Arnodin, entrepreneur, attribution par source

Le premier pont routier de Cordon franchissait le Rhône entre Saint-Didier (hameau d'Aoste ; à la limite avec la commune des Avenières) et Cordon (hameau dépendant de Brégnier-Cordon), approximativement à l'emplacement du pont actuel. L'ouvrage était un pont suspendu à pile unique, comportant deux travées de 80 m environ. La pile centrale en maçonnerie (pierre de taille et moellons), fondée sur enrochement, offrait jusqu'à 7 m d'épaisseur. Elle supportait, avec les culées, un tablier à poutres (en bois puis acier) en treillis. Ce dernier était également soutenu par une suspension constituée de quatre câbles porteurs par nappe, reliés à la poutre par des tiges de suspension, le tout en fer puis en acier pour certains câbles. Le tablier portait une chaussée, de 5,50 m, à deux voies, à platelage en bois, que bordaient des garde-corps métallique en croix de saint André à partir de la fin du 19e siècle. Au-dessus du tablier, la pile médiane monumentale de forme quadrangulaire, était flanquée de tourelles d'angles couronnées de créneaux. Sur une hauteur de près de 15 m, elle comportait deux niveaux, surmontés d'une plate-forme sommitale : le premier niveau consistait en une ouverture en plein cintre offrant le passage charretier ; le second niveau abritait un logis, muni de fenêtres à meneaux, qui servait de baraquement aux gardiens du pont. Le poste de péage était établi au débouché du pont en rive gauche.

Murs bois
acier
fer
pierre
pierre de taille
moellon
Escaliers escalier isolé : escalier droit, en maçonnerie
Typologies pont suspendu à pile unique
États conservations détruit

Repérage terrain et icono. Ancien pont suspendu qui reliait les communes de Brégnier-Cordon (01 ; lieu : Cordon) et Aoste (38 ; lieu : Saint-Didier), sur le bras gauche du Rhône.

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ain. 2S 86. Etat des ponts existants entre 1834 et 1892

  • AD Ain. 2S 87. Etat des ponts existants entre 1834 et 1892

  • AD Ain. 2S 98. Construction et entretien des ouvrages d´art

  • AD Ain. 2S 114. Cordon

  • AD Ain. 2S 538. Pont de Cordon

    Restauration du pont suspendu de Cordon sur le Rhône, sur la RN 92
  • AD Isère. 1S 4/9. Routes, voiries et ponts, ponts sur le Rhône. Projets de ponts. 19e siècle

  • AD Isère. 7093 W 78. Pont suspendu de Lagnieu sur le Rhône. 1831-1956

  • AD Rhône. 3959 W 1745. Ponts sur le Rhône

    Brégnier-Cordon
Documents figurés
  • Assemblage des câbles à la Pile. Fig 1 : Vue de face de la pile ; Fig 2 : Coupe longitudinale de la pile. S.d. [ca 1894] (extr. de : AD Ain, 2S 538)

  • [Dessins du pont actuel] : [Elévation longitudinale] ; Plan au niveau du tablier ; Elévation latérale de la pile. 11 novembre 1894. [Echelle non déterminée] (extr. de : AD Ain, 2S 538)

  • [Pile : Coupes et Plan]. 11 novembre 1894. [Echelle non déterminée] (extr. de : AD Ain, 2S 538)

  • Pont de Cordon sur le Rhône / Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [avant 1904]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 0021) Notes : inscription manuscrite ; a voyagé le 01/03/1904

  • Pont-de-Cordon sur le Rhône / F. Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [avant 1908]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON B0021) Notes : a voyagé le 15/07/1908 ; timbre et tampon

  • Le Pont de Cordon pendant les Inondations / F. Vialatte édit. Oyonnax : Vialatte, [avant 1911]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ain. Série Fi, CP742272) Notes : timbre et tampon ; a voyagé le 18/08/1911

  • Pont de Cordon, sur le Rhône / Perrin pap. Les Avenières : Perrin, [avant 1918]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 0214) Notes : a voyagé le 20/05/1918

  • Pont de Cordon, sur le Rhône / Perrin papetier. Les Avenières : Perrin, [avant 1919]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ain. Série Fi, CP742277) Notes : timbres et tampons ; a voyagé le 10/06/1919

  • Environ des Avenières - Joli Pont de Cordon, sur le Rhône / F. Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [avant 1922]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1400) Notes : le pont ferroviaire est en arrière-plan ; timbre et tampon

  • Environ des Avenières - Joli Pont de Cordon, sur le Rhône / F. Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [avant 1930]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 0216) Notes : le pont ferroviaire est en arrière-plan ; a voyagé le 01/01/1930

  • Pont de Cordon sur le Rhône / Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [avant 1940]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 0212) Notes : a voyagé en 1940

  • Pont-de-Cordon sur le Rhône et les Montagnes du Bugey / Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [avant 1940]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 0213) Notes : timbre et tampon ; a voyagé en 1940

  • Les deux ponts de Cordon sur le Rhône / Perrin papetier impr. Les Avenières : Perrin, [avant 1942]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 0215) Notes : le pont ferroviaire est en arrière-plan ; a voyagé le 11/09/1942

  • Pont de Cordon sur le Rhône et les Montagnes du Bugey / Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [1ère moitié 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ain. Série Fi, CP742279) Notes : inscription manuscrite

  • Pont de Cordon sur le Rhône et les Montagnes du Bugey / Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [1ère moitié 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. (AD Ain. Série Fi, CP742280) Notes : timbre et tampon ; colorisée

  • Environ des Avenières - Joli Pont de Cordon sur le Rhône / Perrin papetier. Les Avenières : Perrin, [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ain. Série Fi, CP742278) Notes : le pont ferroviaire est en arrière-plan ; a voyagé

  • Joli pont de Cordon sur le Rhône / Perrin papetier impr. Les Avenières : Perrin, [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1401) Notes : le pont ferroviaire est en arrière-plan ; timbre et tampon

  • Environs des Avenières - Pont de Cordon sur le Rhône / F. Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1402) Notes : timbre et tampon

  • Pont de Cordon sur le Rhône et les Montagnes du Bugey / F. Vialatte phot. Oyonnax : Vialatte, [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1403)

  • 1160. - Environs de Saint-Genix (Savoie). Cordon - Les Ponts sur le Rhône / E. Reynaud édit. Chambéry : Reynaud, [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1404) Notes : le pont ferroviaire est en arrière-plan ; timbre et tampon

  • [Personnes posant sur le Pont de Cordon sur le Rhône]. [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1405)

Bibliographie
  • BROCARD, Maurice. L'Ain des grands ponts. Ain. Rhône. Valserine. Saône. Lyon : Editions de la Tour Gile, [D.l. 1993]

    p. 101-102, ill. p. 103
  • COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980. 3 volumes

    livre 2, p. 95
  • KIRCHNER, R. Quelques réflexions sur la construction des ponts du Rhône français. Les Etudes rhodaniennes, 1948, vol. 23, n° 1-2, p. 5-13

    p. 8 et p. 11
  • N° DCCCXLVII. 26 mai 1838. Construction d'un pont suspendu sur le Rhône au port de Cordon, route royale n° 92, de Valence à Genève.. Annales des Ponts et Chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur ; Lois, ordonnances et autres actes concernant l'administration des Ponts et Chaussées. 1ère série. Paris : Carilian-Goeury, 1838, p. 301-306. Accès internet : <URL : http://books.google.fr/books?id=HKQPAQAAIAAJ&pg=PA301#v=onepage&q&f=false>

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno