Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont routier de Sablons, ou pont routier de Serrières

Dossier IA07000214 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

1. HISTORIQUE

Premier pont suspendu Baudin, 1933

Le 16 mars 1927, un ingénieur rapporte que le pont suspendu construit en 1828 est arrivé à "l´extrême limite d´usure de tous ses organes". Un projet de réfection est dressé, début 1927, par le Service central d´études techniques comportant la régidification des deux travées, la modification des culées et l'accroissement de la largeur du pont pour permettre le croisement de deux véhicules (AD Isère, 1S 4/10/2).

Le Ministre des Travaux publics subordonne la mise à exécution des travaux à la participation des deux départements de l´Ardèche et de l´Isère, chacun pour 1/4, soit 510 000 francs par département (idem : Rapport de l´agent voyer cantonal sur le projet de restauration du pont, 31 mars 1927).

Le département de la Drôme ne veut pas participer aux frais (AD Isère, 1S 4/10/2).

La reconstruction de l'ouvrage est finalement mise au concours en 1931.

Le concours "prévoyait un pont suspendu à poutre de rigidité, avec une travée centrale de 175 à 190 m. Le tablier devait comporter une chaussée de 6 m et deux trottoirs de 0,75 m.

Après une étude assez longue, la Société des Etablissements B. Baudin, de Châteauneuf-sur-Loire, fut chargée de l´exécution du projet [voir AD Isère, 1S 4/10/2]. Les principes qui guidèrent la conception de l´ouvrage furent les suivants : recherche d´un pont lourd, peu déformable ; au point de vue architectural, la plus grande sobriété, en ne masquant jamais une pièce ou une ligne statiquement essentielle" (CHADENSON, p. 585-586).

L'ingénieur en chef du département de l´Isère, Simon, assure la direction du chantier de reconstruction, sous le contrôle de Favier, ingénieur des Ponts et Chaussées. Le montage du nouvel ouvrage est opéré sous la direction de Mauchaussat, pour le compte de l'entreprise Baudin (idem, p. 589).

Afin d´assurer le maintien de la circulation routière pendant les travaux de reconstruction, l'ancien tablier, renforcé, est soulevé pour permettre la construction du nouveau tablier en sous-oeuvre et maintenir la navigation sur le Rhône.

Parallèlement, un nouveau système de suspension destiné à supporter le poids de l'ancien ouvrage, est prévu. Un portique en métal est établit sur chaque rive afin de permettre le lancement d'une suspension provisoire, constituée de chaque côté d'un câble suspenseur à un hauban de tête, sur ces portiques et sur la pile centrale de l'ancien pont (idem, p. 589 ; voir aussi MARREY, p. 260).

Les pylônes définitifs sont entièrement projetés en acier au chrome-cuivre, un métal très résistant et peu oxydable, tout juste recommandé par une circulaire ministérielle de février 1932, et encore très peu utilisé pour la construction des ponts en France. Ce métal fut préféré à l´acier ordinaire à rivets, type Ponts et Chaussées (idem, p. 587).

Les éléments constitutifs des pylônes métalliques, pesant jusqu'à 13 tonnes, sont montés à l´aide d´un échafaudage métallique et retenus par des haubans (idem, p. 589).

Le couronnement de l'arche de la pile centrale de l'ancien pont est ensuite détruit afin de permettre le passage des nouveaux câbles porteurs et le lancement de la suspension définitive.

Le nouveau tablier (poutres de rigidité, entretoises et longerons), accroché sous la nouvelle suspension, au moyen des éléments de suspentes futurs, est mis en place par ripage, à l'aide de tirants de relèvement.

La dalle en béton armée et le revêtement de la chaussée terminent l'exécution du nouveau pont dont les épreuves sont passées avec succès les 16 et 17 octobre 1933 (idem).

Le 25 juillet 1934, est passée une soumission pour terminer la démolition de l'ancienne pile (AD Isère, 1S 4/10/2 : Rapport de l'ingénieur en chef, 13 décembre 1934).

Deuxième pont suspendu Baudin, 1951

L'ouvrage de 1933 est malheureusement détruit le 1er septembre 1944 par l'armée allemande en retraite. Un bac à traille est remis en usage en attendant sa réfection (site internet Art et histoire, notice du pont de Sablons, 1933-1944 et notice du pont 1951).

Démarrés en 1948-49, les travaux de reconstruction sont dirigés par les mêmes Etablissements Baudin, sur les fondations de l'ouvrage précédent. Le pont est ouvert à la circulation le 16 février 1951 (BOUVY, p. 79 ; MONTENS, p. 126 et site internet Art et histoire, idem).

Le 21 décembre 1972, un des câbles de suspension de la nappe amont se rompt par corrosion. Le pont est interdit le même jour à la circulation des poids lourds puis, dès le lendemain, à celle de tous les véhicules (BOUVY, p. 79).

Le 9 juin 1973, la circulation est rétablie dans les deux sens grâce à deux ponts provisoires (ponts Bailey), dont la construction est entreprise le 16 mars 1973 (idem, p. 79-80).

La réparation du pont est lancée par appel d'offres. Le projet de réfection prévoit de changer la totalité de la suspension, en conservant cependant le tablier de l´ouvrage, étant en excellent état ; il se propose de "définir un nouvel ouvrage moins sujet à la corrosion, plus aisé à entretenir, à surveiller, et à réparer". Deux offres sont soumises par les entreprises Arnodin et Baudin-Chateauneuf en juin 1974. C'est celle de l´entreprise Arnodin qui est retenue, avec qui un marché est conclu en avril 1975. Les travaux de mise en place de la nouvelle suspension, constituée de huit câbles continus paraboliques et deux câbles complémentaires de retenue sur chaque rive, sont officiellement débutés le 11 avril (idem, p. 80-81).

Le transfert des charges de l´ancienne suspension à la nouvelle s´est fait par le biais d´une suspension provisoire prenant appui sur les nouveaux câbles porteurs (idem, p. 84).

Les câbles sont montés au cours de l´été 1975 (idem, p. 85).

A partir de 1997, est engagée la mise en peinture de l'ouvrage qui lui donne son aspect actuel polychrome bleu-jaune-noir (site internet Art et histoire, notice du pont de Sablons, 1951).

Il passe actuellement sur le pont 11.500 véhicules par jour en moyenne (idem).

En 1974, le trafic moyen journalier est de 5.200 véhicules, chiffre pouvant atteindre 10 000 véhicules les jours de pointe (BOUVY, p. 79).

2. DESCRIPTION

Premier pont suspendu Baudin, 1933

Le premier pont suspendu Baudin comprend une travée centrale de 185 m et deux travées latérales de 16 m environ. L'ouvrage, fondé sur caisson unique (en rive gauche, la fondation se trouve exactement sous les appuis de l´ancien pont Seguin de 1828), se singularise par son emploi généralisé d´acier au chrome-cuivre pour ces éléments constitutifs.

Les deux pylônes, de 30 m de haut, en forme de portiques, rappellent ceux édifiés en 1928 pour le pont de Cologne, sur le Rhin.

La suspension est constituée de huit câbles en acier ordinaire, avec deux câbles supplémentaires en retenue. Elle se particularise par l'emploi d'un collier en acier moulé en deux pièces au point d´attache des suspentes, permettant de rendre les câbles solidaires tout en autorisant leur remplacement.

Le tablier est du type courant à poutre de rigidité, ossature métallique et dalles en béton armé. L'ossature comporte vingt-neuf entretoises supportant cinq files de longerons. Les dalles armées forment à peu près l´âme d´une poutre à double T dont les membrures seraient les parapets, disposition offrant une très grande rigidité latérale.

Le tablier porte deux trottoirs également en béton armé, avec bordure en granit.

(Notes descriptives extr. de : CHADENSON, p. 585-589).

Deuxième pont suspendu Baudin, 1951

L´ouvrage reconstruit en 1949, de même type que le précédent, comprend une travée centrale de 185 m de portée et deux travées latérales de 14,5 m, s´évasant pour se raccorder à la berge.

Les deux pylônes de 25 m de haut, sont articulés à leur base et reliés en tête et en pied par une poutre-caisson.

Le tablier, constitué de deux poutres de rigidité en treillis Warren et dalle en béton armé, porte une chaussée de 6,70 m et deux trottoirs de 1,50 m en encorbellement.

La suspension est constituée de seize câbles continus d´un ancrage à l´autre, divisés en deux nappes, avec deux câbles complémentaires en retenue. Ces câbles sont réunis aux suspentes par un collier

Les câbles sont ancrés dans des chambres situées sous le niveau de la chaussée à l'aide de tirants.

(Notes extr. de : BOUVY, p. 79 : Description de l´ouvrage reconstruit en 1949).

Précision dénomination pont routier
Appellations pont de Sablons, ou pont de Serrières
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Serrières
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : Serrières
Lieu-dit : 07 Serrières, 38 Sablons
Adresse : ex. R.N. 82 R.D. 820
Précisions oeuvre située en partie sur le département 38
oeuvre située en partie sur la commune Sablons

La reconstruction du pont de Serrières - ou pont de Sablons -, pour remplacer le pont suspendu en fil de fer, alors en mauvais état, construit en 1828 par la Compagnie Jules Seguin, est projetée dès 1927. Mise au concours en 1931, elle est attribuée aux Etablissements Baudin de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret). Le nouveau tablier, afin de permettre le maintien à la fois de la circulation et de la navigation durant les travaux, est construit sous le précédent, au moyen de portiques et suspension provisoires. Sous le contrôle de M. Favier, les travaux, dirigés par M. Simon, et M. Mauchaussat pour le montage, sont terminés en 1933. Le pont est ouvert au public le 17 octobre. A sa mise en service, il constitue le premier exemple de pont suspendu métallique et se caractérise par un emploi généralisé d´acier au chrome-cuivre. Détruit le 1er septembre 1944 par l'armée allemande en retraite (obligeant la remise en service du bac à traille), l´ouvrage est reconstruit de 1948 à 1951 par les mêmes Etablissements Baudin, sur les anciennes fondations. Il est réouvert au public le 16 février 1951. En décembre 1972, le pont est fermé, à la suite de la rupture de l´un des câbles. En juin 1973, la circulation est rétablie, grâce à l´établissement de deux ponts Bailey. Une nouvelle suspension est mise en place par l´entreprise Arnodin à l´été 1975. A la fin des années 1990, le pont est repeint en bleu-jaune-noir, tel que l'on peut le voir actuellement, et l´éclairage installé.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1931, daté par source
1948
Auteur(s) Auteur : Baudin, maître d'oeuvre, attribution par source
Auteur : Simon, ingénieur, conducteur de travaux, attribution par source
Auteur : Mauchaussat, conducteur de travaux, attribution par source
Auteur : Favier, ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source
Auteur : Arnodin, entrepreneur, attribution par source

Le premier pont Baudin est un pont suspendu en fils métalliques, sans pilier central, d'une longueur totale de 217 m. Il comprend trois travées, une travée centrale de 185 m de portée et deux travées latérales de 16 m environ. Les fondations sur caisson unique, se trouvent en rive gauche, exactement sous les appuis de l´ancien pont Seguin. Les deux pylônes, cadres rigides rectangulaires formant portiques, sont construits entièrement en acier au chrome-cuivre. Ils rappellent ceux du pont de Cologne, sur le Rhin (1928). La suspension est constituée de huit câbles en acier ordinaire. Le deuxième pont Baudin est de même type que le précédent, et offre sensiblement les mêmes dimensions : une travée suspendue centrale de 185 m de portée et deux travées d´accès de 14,50 m, s´évasant pour se raccorder à la berge. Le tablier-poutre à ossature métallique et dalles de béton armé - comme le premier pont Baudin - porte une chaussée de 6,70 m et deux trottoirs de 1,50 m, en encorbellement à l´extérieur des poutres de rigidité. Des câbles continus d´un ancrage à l´autre, assemblés en deux nappes (huit câbles par nappe), et deux câbles supplémentaires de retenue, en assurent la suspension. Les deux pylônes métalliques, de 25 m de haut, présentent le même profil que les précédents. Ils sont articulés à leur base et reliés en tête et en pied par une poutre-caisson. Ils reposent chacun sur deux massifs circulaires en pierre de taille.

Murs métal
acier
pierre
béton armé
pierre de taille
Typologies pont suspendu à travée unique

Repérage carto. Ouvrage faisant partie du test. DC pour le pont actuel.

Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Inscription concernant l'histoire du pont

    ICI/ MARC SEGUIN/ EDIFIA EN 1828/ LE PREMIER PONT SUSPENDU/ DE SERRIERES (gravée sur plaque scellée sur un massif d'ancrage de la rive droite du pont actuel)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ardèche. 2S 30/9. Pont de Serrières

  • AD Isère. 1S 4/10/2. Pont de Serrières sur le Rhône

Documents figurés
  • [Serrières, le pont suspendu]. [Après 1933]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ardèche. 6 Fi 313/30)

  • [Serrières, vue générale, la ligne ferroviaire]. [Après 1933]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ardèche. 6 Fi 313/31)

  • Serrières (Ardèche) et Sablons (Rhône). 9 - Vue d´ensemble sur la vallée du Rhône et le nouveau Pont suspendu / Barrau édit., [après 1933]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ardèche. 6 Fi 313/58)

  • [Serrières (Ardèche) - Le nouveau pont] / Barbier phot. édit., [après 1933]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ardèche. 6 Fi 313/115)

  • Serrières-sur-Rhône (Ardèche) - Nouveau pont suspendu / Combier phot. ; Cim édit. Macon : Combier, [ca 1950]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1429)

  • [Serrières, le nouveau pont suspendu, vu du haut, face amont] / Cim édit., [avant 1965]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 1083) Notes : a voyagé en 1965

  • [Serrières, le pont sur le Rhône, vue latérale prise au niveau de l'eau] / Cellard édit. Bron : Cellard, [avant 1969]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 1084) Notes : a voyagé en 1969

  • [Sablons, vues aériennes de la ville et du pont] / Lapie édit., 1955-1962. 5 photogr. pos. : n. et b. (AD Isère. Fonds Lapie, 12 Fi 176, n°1, 2, 3, 6 et 7) Notes : reproduction interdite

  • Sablons [multivues] / Lapie édit., 1950-1970. 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. (AD Isère. Fonds Lapie, 52 Fi 524) Notes : reproduction interdite

  • Le pont sur le Rhône / Cellard édit. Bron : Cellard, [1959]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. ; 10 x 15 cm (AD Ardèche. Fonds Cellard, 28 Fi 1641, cot cellard1 38322, cote Cellard2 K 4383) Notes : reproduction interdite

  • Le pont sur le Rhône / Cellard édit. Bron : Cellard, [1960]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. ; 10 x 15 cm (AD Ardèche. Fonds Cellard, 28 Fi 1644, cote cellard1 38831, cote Cellard2 M 3859) Notes : reproduction interdite

Bibliographie
  • BOUVY, B. Réparation du pont suspendu de Serrières. Travaux, janvier 1982, n° 562

    p. 79-85
  • CHADENSON, L. Le nouveau pont suspendu de Serrières sur le Rhône. Le Génie Civil, n° 2679, 53e année, tome CIII, n° 25, 16 décembre 1933

    p. 585-589
  • MARREY, Bernard. Les ponts modernes 20e siècle. [Paris] : Picard, 1995

    p. 109
  • MARREY, Bernard. Guide Rhône-Alpes de l´architecture du XXe siècle (1914-2003). Paris : Editions A. et J. Picard, Lyon : Union régionale des CAUE Rhône-Alpes, 2004

    Serrières, p. 260
  • MONTENS, Serge. Les plus beaux ponts de France. Paris : Bonneton, [D.l. 2001]

    p. 126
  • Compagnie Nationale du Rhône. Direction du Patrimoine Fluvial et Industriel. Pôle Fluvial. Base documentaire OASIS. Répertoire des ouvrages sur le Rhône

    n° 0195
  • Site internet Art et histoire. Nouveau pont suspendu de Sablons (1933-1944). [en ligne]. Accès internet : <URL : http://www.art-et-histoire.com/index4o.php?segreap.php?Sablons(0)>

  • Site internet Art et histoire. Nouveau pont suspendu de Sablons (1951). [en ligne]. Accès internet : <URL : http://www.art-et-histoire.com/index4o.php?segreap.php?Sablons(1)>

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno