Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont routier de Rochemaure (détruit)

Dossier IA07000172 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2009

Á rapprocher de

Voir

Précision dénomination pont routier
Appellations pont de Rauchemaure
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Rochemaure
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : Rochemaure
Lieu-dit : 07 Rochemaure, 26 Ancône
Adresse : allée du Vieux Pont
Précisions oeuvre située en partie sur le département 26
oeuvre située en partie sur la commune Ancône

Une ordonnance royale datée du 25 février 1838, autorise l'établissement d'un pont suspendu à péage à Rochemaure, en remplacement d'un bac. Le 14 mars 1839 est passé le procès-verbal d´adjudication de la construction du pont, au quartier de la Croix de la Lauze, au profit d'associés adjudicataires (le marquis Bonne de Lesdiguières, Arnal, Primejean, Jammes, Privas, Louis Morel, Laurent Morel, Petite Lachave, Coulet, Guérin, Croze, Laffont, Audouard et Lalier), moyennant la concession d´un péage pour une durée de 90 ans et la somme de 20 000 francs. L'ouvrage est ouvert au public le 15 juillet 1843, après que l´ingénieur des Ponts et Chaussées, Labbé, eut donné son avis favorable au passage du public lors de l'épreuve administrative passée le 2 du même mois (annexe n° 1). Il est emporté par la grande crue du 30 mai 1856 (seule la pile centrale résista, les deux autres piles s´effondrèrent ; annexe n° 2), obligeant le rétablissement provisoire d'un bac à traille avant reconstruction.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Dates 1839, daté par source
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu,

Le premier pont routier suspendu entre les communes de Rochemaure et d'Ancône se trouvait à l'exact emplacement du pont suspendu actuel situé en amont du pont routier moderne de la R.D. 11. D´après les sources (voir annexe n° 1), l'ouvrage comportait trois piles en maçonnerie de pierre. Il se composait ainsi de quatre travées : deux grandes travées de 110 m chacune et deux petites travées de 16,70 m et 24 m aux extrémités. Son tablier avait une largeur de 6 m entre les garde-corps, comprenant une chaussée charretière de 4,40 m encadrée de trottoirs. Le système de suspension était composé de quatre câbles en fils de fer de chaque côté du pont, reliés au tablier par des tiges de suspension.

Murs pierre
fer
maçonnerie
Typologies pont suspendu à piles multiples
États conservations détruit

Ouvrage faisant partie du test.

Statut de la propriété propriété publique (?)

Annexes

  • Epreuve administrative du 1er pont suspendu de Rochemaure, 2 juillet 1843 (notes extr. de : AD Ardèche, 2S 30/6) :

    Le 2 juillet 1843, l´ingénieur des Ponts et Chaussées Labbé, chargé du service de l´arrondissement de Privas se rend à Rochemaure pour procéder à l´épreuve administrative du pont suspendu. Il constate que le pont n´est pas exactement placé suivant la direction fixée par l´article 1er du cahier des charges modifié en vertu d´une décision du sous secrétaire d´état le 8 octobre 1840. Il se compose de quatre travées : deux grandes travées de 110 m chacune ; une petite travée de 16,70 m entre la culée droite et le support droit ; une autre travée prescrite par décision du 21 juin 1842 de 24 m entre la culée gauche et le support gauche. Hauteur du tablier au-dessus de l´étiage : 9,16 m aux culées, 9,31 m au support droit, 9,37 m au support gauche, 10,30 m à la pile. Largeur du pont entre les garde-corps : 6 m, dont voie pour les charrettes 4,40 m et deux trottoirs faisant ensemble 1,60 m ; le système de suspension des grandes travées se compose de huit câbles en fils de fer, quatre de chaque côté du pont ; ces câbles ont la même grosseur et sont formés chacun de 230 brins. Les tiges de suspension sont au nombre de 160, formées de 28 fils. La travée de gauche est suspendue à quatre câbles mais ils ne contiennent que 92 fils chacun ; les verticales ont 28 brins.

    Avis favorable au passage du public.

  • Notes extr. de : AD Ardèche, 2S 30/6 :

    En 1856, à la suite de l´accident survenu au pont à cause de l´inondation du 30 mai, fut tenue une réunion d´une conférence d´ingénieurs pour la reconstruction du pont de Rochemaure. Deux petites piles-support de 2,50 m de large, qui étaient placées entre les travées centrales et celles de rive, ont été profondément affouillées et littéralement enfouies. Avec elles a été entraînée et dispersée la suspension toute entière des quatre travées. Le chemin de halage qui bordait la culée gauche a été bouleversé ; de l´autre, la culée droite, affouillée à une certaine profondeur au-dessous des fondations de cet ouvrage et jusqu´à 4 m de distance en-dedans du pavement, est restée suspendue en porte-à-faux et n´a été conservée que par suite de la cohésion, toute exceptionnelle, des mortiers.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ardèche. 2S 30/6. Pont de Rochemaure

  • AD Drôme. 3S 44. Ponts. Pont de Rochemaure. 1823-1883.

    Chemises 556, 557 et 559
Documents figurés
  • Liasse de 25 pièces signées Arnauld / Début 19e siècle (?) (AN. F14 10074-2).

    [Projet d'aménagement du cours du Rhône autour de Rochemaure], pièce 8/17
Bibliographie
  • CHABEDRIER, Ludovic. Rochemaure, gardienne du Rhône, histoire générale.... Rodez : impr. Subervie, 1959 (non consulté) Notes : extraits dans Cogoluènhe, livre 3, Annexe D-31

  • MARREY, Bernard. Les ponts modernes 18e-19e siècles. [Paris] : Picard Editeur, 1990

    p. 134
  • MONTENS, Serge. Les plus beaux ponts de France. Paris : Bonneton, [D.l. 2001]

    p. 125-126
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno