Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont routier de Pyrimont, dit passerelle de Surjoux

Dossier IA01000521 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

HISTORIQUE

Le premier pont de Pyrimont desservant la gare de Pyrimont entre Chanay et Challonges est dynamité dans la nuit du 19 au 20 juin 1940 par l'armée française afin de retarder l'avancée des armées allemandes (AD Rhône, 3959W 1744 ; BROCARD, p. 83 et notice Structurae).

Pyrimont resta plusieurs années sans pont. Il faut attendre les années 1950, pour que soit lancé sur le Rhône le deuxième pont de Pyrimont (BROCARD, p. 83).

En attendant, une traille est remise en service en amont, dont embarcadère est situé sur la commune de Surjoux. Du matériel est vendu par le Génie à la toute fin décembre 1940 consistant notamment en bateau métallique, rame à bateau, tolets en bois pour gouvernail et pour rames, ligne de halage pour homme.

Un arrêté du préfet de l´Ain du 9 juin 1941 règlemente son fonctionnement (AD Haute-Savoie, 3S 100).

Dès 1949, on projette de reconstruire un pont provisoire (AD Rhône, 3959W 1744). Cependant, une reconstruction apparaît trop onéreuse pour un trafic peu important. Il est donc décidé en 1950, de remonter le pont métallique de type Arromanches et Bailey placé provisoirement à Bellegarde au niveau de l'actuelle rue Viala. Celui-ci a été monté au début des années 1950 (1952 sur la base CNR/Oasis ; 1954 sur la notice Structurae), pour franchir le Rhône entre Surjoux et Challonges, au lieu-dit "Le parc", approximativement à l'emplacement de l'ancienne traille (notice Structurae). Il a cependant conservé son appellation ancienne de pont de Pyrimont, en plus de celle de passerelle de Surjoux.

Il s'agit d'un ouvrage métallique (acier) fait d'éléments de ponts militaires. Constitué de trois travées (24,43 m - 40,50 m - 24,43 m), ses dimensions sont beaucoup moins importantes que celles de l'ouvrage initial : 93,16 m de long, de 2,75 m à 4 m de large, selon les sources, pour la poutre du tablier. Limité à 10 tonnes il ne devait rester que provisoire (BROCARD, p. 83 ; base OASIS et notice Structurae). Cependant, les sommes dues par l'Etat au titre de la reconstruction du pont de Pyrimont (détruit par fait de guerre) ont été réorientées, par accord du ministère de l´intérieur, vers la construction d´un nouveau pont à haubans à Seyssel (AD Ain, 219 W 1).

Précision dénomination pont routier
Appellations pont de Pyrimont, dit passerelle de Surjoux
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Bellegarde-sur-Valserine
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : Surjoux
Lieu-dit : 01 Surjoux, le Parc, 74 Challonges, Perretaz
Adresse : R.D. 72E , R.D. 31
Précisions oeuvre située en partie sur le département 74
oeuvre située en partie sur la commune Challonges

Le premier pont de Pyrimont en béton armé, reliant Chanay à Challonges, est détruit en juin 1940. En attendant une réfection l'ancienne traille amont est remise en service. La "reconstruction" est tardive, elle n'intervient qu'au début des années 1950. Limité à 10 tonnes, le pont métallique, qui fut lancé en travers du fleuve, ne devait être que temporaire. Il s'agit du remontage d'un pont provisoire militaire de type Arromanches et Bailey, se trouvant auparavant à Bellegarde (voir notice n° IA01000515 : Bellegarde-sur-Valserine, pont de Savoie). Ce nouveau pont de Pyrimont, dit aussi passerelle de Surjoux, subsiste cependant encore aujourd'hui, les crédits de sa reconstruction ayant été affectés au nouveau pont à haubans de Seyssel, construit en 1986-87, à une petite dizaine de kilomètres en aval.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu,

Le nouveau pont de Pyrimont relie Surjoux à Challonges. Il est implanté en amont de l'ancien pont, quasiment à l'emplacement de l'ancienne traille. Il s'agit d'un ouvrage métallique monté à partir d'éléments de ponts militaires (passerelles Arromanches pour les travées latérales et pont Bailey pour la travée centrale, offrant un contreventement supérieur). L'ouvrage d'un peu plus de 93 m de long offre trois travées (24,43 m - 40,50 m - 24,43 m). Le tablier est constitué d'une poutre en treillis en acier, portant sur deux piles métalliques et des culées en béton armé et pierre de taille calcaire. Il supporte, dans la partie médiane, la chaussée et deux étroits trottoirs à platelage en bois, et un contreventement métallique. Le pont autorise la circulation à double sens mais avec priorité aux véhicules venant de la rive droite.

Murs métal
acier
calcaire
bois
béton armé
pierre de taille
Typologies pont à poutre en treillis
États conservations bon état

Repérage carto. Pont routier entre les communes de Surjoux (01) et de Challonges (74). Propriétaire : département de la Haute-Savoie.

Statut de la propriété propriété du département
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ain. 219 W 1. Travaux de construction de pont à haubans de Seyssel sur Rhône. 1980-1987

    Fiche d´identification de l´ouvrage
  • AD Haute-Savoie. 3S 100. Bacs 19e siècle

    Chemise Bac à traille de Pyrimont remplaçant le pont détruit au cours des hostilités de 1940
  • AD Rhône. 3959 W 1744. Ponts sur le Rhône

    Pont entre Challonges (Haute savoie) et Pyrimont (Ain)
Documents figurés
  • [Challonges. Pont sur le Rhône] / Cellard phot., 1950-1970. 1 photogr. pos. : n. et b. ; 11 x 15 (AD Haute-Savoie. Fonds Cellard, 13 Fi 1928) Notes : reproduction interdite

Bibliographie
  • BROCARD, Maurice. L'Ain des grands ponts. Ain. Rhône. Valserine. Saône. Lyon : Editions de la Tour Gile, [D.l. 1993]

    p. 83, ill. p. 84
  • Compagnie Nationale du Rhône. Direction du Patrimoine Fluvial et Industriel. Pôle Fluvial. Base documentaire OASIS. Répertoire des ouvrages sur le Rhône

    n° 0223
  • Site internet Structurae. Passerelle de Surjoux. [en ligne]. Accès internet : <URL : http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?id=s0009699>

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno