Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont ferroviaire dit viaduc de La Voulte

Dossier IA07000170 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination pont ferroviaire
Appellations viaduc de La Voulte
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Voulte-sur-Rhône (la)
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : La Voulte-sur-Rhône
Lieu-dit : la) Voulte-sur-Rhône

Dès 1947, la SNCF étudie le rétablissement du viaduc ferroviaire en fonte et béton armé de La Voulte, très largement endommagé en août 1944. Il était prévu de conserver les anciennes maçonneries en bon état dans le nouvel ouvrage en béton armé projeté (et non en acier à cause de la pénurie) à tablier suspendu à cinq arcs bow string. En 1948, l'unique arche subsistante de l'ancien ouvrage est déposée, les piles rive gauche ébranlées sont réparées, et les fondations refaites ou consolidées. Les travaux arrêtés pour restrictions budgétaires reprennent en 1952. L'ingénieur Esquillan, alors directeur technique des Entreprises Boussiron, adjudicataire du projet en béton armé (septembre 1952), propose alors une variante pour éviter la construction de cintres dans une région à mistral. C'est ce projet de pont, toujours en béton armé, mais à poutres droites encastrées sur des béquilles obliques, qui est adopté sous condition imposée par la SNCF de précontraindre le béton. Le chantier, qui s'avère difficile, se déroule à l'aide d'un pont Bailey, travée par travée. Les béquilles sont construites, puis les travées, par voussoirs de 2,75 m coulés en place en encorbellement, puis on procède à la mise en tension des câbles de précontrainte (un nouveau procédé d'ancrage est mis au point par l'entreprise). Soumis à de nombreux essais, le nouvel ouvrage, à gros budget, est inauguré le 4 octobre 1955. Il s'agissait alors du premier grand pont-rail français en béton précontraint et du plus long du monde sous voie ferrée, mais aussi du premier ouvrage construit en encorbellement.

Remploi
Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1952, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Boussiron, entrepreneur, attribution par travaux historiques
Auteur : Esquillan Nicolas, ingénieur, attribution par travaux historiques

Le pont ferroviaire implanté au sud de La Voulte, à l'aval du pont suspendu, se trouve à l'emplacement exact de l'ancien ouvrage qu'il remplace, s'appuyant sur ses fondations et ses culées en pierre de taille. Le pont à béquilles, de 300 m de long, comporte cinq travées de 56 m chacune. Son tablier rectiligne de hauteur constante, en béton précontraint, repose sur quatre paires de béquilles formant piles en V et sur deux autres béquilles aux extrémités. La précontrainte utilise des câbles en acier. La travée passante en U inversé, établie en rive droite (côté La Voulte) pour donner passage à la R.N. 86, est constituée d'une dalle en béton armé. (Voir annexe n° 1).

Murs pierre
béton précontraint
béton armé
pierre de taille
Typologies pont à poutre à travées continues

Repérage carto. Pont ferroviaire sur la commune de la Voulte-sur-Rhône, en aval du pont de la R.D. 86f.

Statut de la propriété propriété d'un établissement public

Annexes

  • Caractéristiques essentielles du projet (extr. de : CARPENTIER, L. Le premier grand pont-rail français en béton précontraint : le viaduc de La Voulte. Travaux, sept. 1956, n° 263, p. 492) :

    "Le viaduc principal comporte cinq travées de 60 m entre axes des piles, constituées chacune par un portique de 56 m de portée entre axes des articulations d´appui.

    La traverse horizontale constitue le tablier proprement dit supportant la voie posée sur ballast. La section est formée d´un caisson à trois évidements dont la largeur est égale à 5,50 m entre nus extérieurs des poutres et la hauteur constante, égale à 2,40 m.

    Le hourdis sous ballast de la traverse est d´épaisseur variable suivant le profil transversal. Son épaisseur minimum est de 0,38 m sur 7,80 m à partir des angles du portique et de 0,19 m sur 32,50 m dans la zone centrale.

    Le hourdis d´intrados est d´épaisseur constante transversalement. Longitudinalement, son épaisseur est constante et égale à 0,38 m sur une longueur de 6,25 m à partir des angles des béquilles. Elle est réduite à 0,18 m sur 32,50 m dans la partie centrale.

    Les âmes des cloisons ont une épaisseur variable de 0,30 m à 0,15 m pour les rives, et de 0,40 m à 0,20 m pour les âmes centrales situées aux environs de l´aplomb des rails.

    Quatre entretoises principales de 0,20 m d´épaisseur assurent la rigidité transversale du caisson au droit du changement de section et dans la partie courante de la traverse. Enfin, deux pièces de pont secondaires de 0,20 m d´épaisseur et de 0,75 m de hauteur sont disposées de part et d´autre de la clé. Elles jouent un rôle au cours d´une des phases de construction.

    Les béquilles ont également une section en caisson prolongeant celle des traverses. Leur largeur totale en élévation varie de 3,50 m à l´encastrement sur la traverse à 1,50 m au droit de l´articulation.

    Les tables et les âmes du caisson des béquilles ont également des épaisseurs variables, tandis qu´à leur partie inférieure les béquilles sont terminées par une masse de béton armé à section trapézoïdale, assurant la transmission des forces à la bande d´articulation de 5,50 m de longueur.

    A la partie supérieure des béquilles, un chevêtre incliné équilibre les efforts dans les angles.

    Au droit des piles, des travées indépendantes de 8 m de portée assurent la continuité du tablier. Elles comportent un hourdis nervuré par quatre poutres, dont les extérieures ont 2,40 m de hauteur, comme la traverse des tabliers principaux. Une pièce de pont centrale prolongée en dehors des poutres de rive est destinée à recevoir des poteaux caténaires lors de l´électrification ultérieure de la ligne.

    L´espace situé entre les travées de rive et les culées adjacentes est franchi par des tabliers de conception identique aux précédents mais de 4,50 m de longueur seulement.

    L´ouvrage sur la R.N. 86 est constitué par une dalle en béton armé de 90 cm d´épaisseur, mais un garde-corps plein et un masque tendent à donner l´impression d´une culée évidée, suivant le désir de l´architecte, de manière à terminer par une masse suffisante l´important viaduc en rivière.

    Accessoirement, signalons que l´intérieur de l´ouvrage est aménagé de manière à permettre la visite facile sur toute sa longueur."

Références documentaires

Bibliographie
  • CARPENTIER, L. Le premier grand pont-rail français en béton précontraint : le viaduc de La Voulte. Travaux, sept. 1956, n° 263, p. 487-496 et oct. 1956, n° 264, p. 545-551

  • ESQUILLAN, Nicolas. Le premier grand pont-rail français en béton précontraint : le viaduc de La Voulte. Procédés d´exécution. Travaux, déc. 1956, n° 266, p. 619-634

  • ESQUILLAN, Nicolas. La reconstruction du viaduc de la Voulte. Premier grand pont rail français en béton précontraint. Annales de l´Institut Technique du Bâtiment et des Travaux Publics, juillet-août 1957, 10e année, n° 115-116, p. 613-640

  • GRATTESAT, Guy (dir.). Ponts de France. Paris : Presses de l´Ecole nationale des Ponts et Chaussées, 1982

    p. 205, ill. p. 204
  • MARREY, Bernard. Nicolas Esquillan, un ingénieur d´entreprise. Paris : Picard Editeur, Association des amis de Nicolas Esquillan, 1992. 176 p.

    Le viaduc de La Voulte, p. 60-67
  • MARREY, Bernard. Les ponts modernes 20e siècle. [Paris] : Picard, 1995

    Le viaduc de La Voulte, p. 146-148
  • MARREY, Bernard. Guide Rhône-Alpes de l´architecture du XXe siècle (1914-2003). Paris : Editions A. et J. Picard, Lyon : Union régionale des CAUE Rhône-Alpes, 2004

    La Voulte, p. 267
  • MONTENS, Serge. Les plus beaux ponts de France. Paris : Bonneton, [D.l. 2001]

    p. 156-157
  • Le Patrimoine de la SNCF et des chemins de fer français. Paris : Flohic Editions, [D.l. 1999]

    p. 638
  • PRADE, Marcel. Les grands ponts du monde, première partie : Ponts remarquables d'Europe. Poitiers : Brissaud, [1990] (Collection Art et Patrimoine ; 7)

    Le pont de la Voulte sur le Rhône, p. 228
  • Site internet Structurae. Pont de la Voulte-sur-Rhône. [en ligne]. Accès internet : <URL : http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?id=s0003082>

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno