Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont de Pougny (vestiges)

Dossier IA01000498 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

Á rapprocher de

Appellations pont de Pougny
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Collonges
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : Pougny
Lieu-dit : 01 Pougny, le Crêt, Suisse Chancy
Adresse : rue du Vieux Pont
Précisions oeuvre située en partie sur le pays Suisse
oeuvre située en partie sur la commune Chancy

Blondel pense, compte tenu de l'importance revêtue par la traversée de Chancy, reliant l'Ain à la Suisse, qu'il a pu exister un pont dès l'époque romaine. Le premier pont à cet endroit n'est cependant attesté qu'au Moyen Age, quand la famille de Rossillon, détentrice de la forteresse de Pougny, obtient l'autorisation, en 1424, d'établir un pont de bois soumis au droit de péage. Ce pont est rompu à plusieurs reprises, ainsi en 1447, avant d'être reconstruit en 1491. A nouveau détruit en 1589 par les Genevois, pour contrer la menace savoyarde, on lui substitue alors une traille. En 1856-1857, le gouvernement de Genève présente un projet de reconstruction destiné à remplacer le bac. Un nouveau pont semble édifié - Blondel évoque la date de 1858 - mais sa pile s'est rapidement écroulée, dès le mois de mai 1858. Il est sans doute remplacé par l'ouvrage métallique visible sur une carte postale ancienne datant d'avant 1906 (Fig. 2). Ce dernier, sans doute provisoire, a peut-être été édifié en 1875 (Kirchner fait mention d'un pont construit à cette date, avant la réalisation du pont en place).

Période(s) Principale : 1er quart 15e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 15e siècle
Dates 1424, daté par travaux historiques, daté par source
1858
1875

Le pont édifié par le Gouvernement de Genève, décrit dans un document d'archives de 1866, se trouvait à 158 m en aval du bac de Chancy qu'il remplaçait. Il s'agissait d'un ouvrage en bois à charpente dite américaine. Son tablier reposait sur deux culées en maçonnerie, distantes de 92,50 m, et une pile centrale, également en maçonnerie. Sa hauteur sous tablier au-dessus de l´étiage était de 8,10 m. Les vestiges de piles subsistant, à environ 150 m en amont du pont actuel de la R.D. 984b, semblent correspondre au pont postérieur, visible sur la carte postale ancienne (Fig. 2). Le pont à poutre droite qui y figure comporte six travées. Les cinq piles, soutenant le tablier en treillis métallique, apparaissent composées de deux appuis réunis par une croix de saint André, le tout en métal, comme les éléments qui émergent encore du fleuve.

Murs bois
pierre
métal
maçonnerie
Typologies pont à poutre en treillis à travées continues
États conservations détruit, vestiges

Repérage icono et terrain.

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Rhône. 3959 W 1743. Ponts sur le Rhône

Documents figurés
  • Pougny-Chancy - Pont sur le Rhône / L. Michaux édit. Bellegarde : Michaux, [Avant 1906]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. (AD Ain. Série Fi, CP3936020) Notes : inscriptions manuscrites ; colorisée ; timbre et tampon

Bibliographie
  • BLONDEL, Louis. Ponts, passages et navigation sur le Rhône entre Genève et le Jura. In Fêtes et VIIIe Congrès du Rhône (Lausanne, 27 juin - 1er juillet 1934). Lausanne : Imprimeries réunies, 1935, p. 66-71

    p. 67 et p. 69
  • BROCARD, Maurice. L'Ain des grands ponts. Ain. Rhône. Valserine. Saône. Lyon : Editions de la Tour Gile, [D.l. 1993]

    p. 61
  • KIRCHNER, R. Quelques réflexions sur la construction des ponts du Rhône français. Les Etudes rhodaniennes, 1948, vol. 23, n° 1-2, p. 5-13

    p. 10
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno