Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont de Chavanay (détruit) ; tête de pont (vestiges)

Dossier IA42001457 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

HISTORIQUE

Le désir d'établir un pont sur le Rhône à Chavanay se fait jour dans les années 1830.

Selon les auteurs du site Art et histoire, cette construction aurait fait l'objet d'une première ordonnance royale le 18 février 1834 donnant lieu, en mars 1839, à l'ouverture d'une enquête publique. Mais l'idée n'aboutit pas faute de compromis financier trouvé entre les différents intéressés (les départements de la Loire et de l'Isère notamment) (site Art et histoire).

Dans une source d'archives, on trouve que le projet de construction d'un pont sur le Rhône à Chavanay remonte à 1837 (AD Isère, 1S 4/1).

Quoi qu'il en soit, le projet ne s'est toujours pas concrétisé au début des années 1860, mais il reste dans les esprits (idem). Il est évoqué, en octobre 1864, dans un courrier du maire de Pélussin (AD Loire, 2S 30). Mais il faut attendre 1866 pour voir ce dessein s'accomplir, date à laquelle une décision ministérielle du 26 mars fixe l'emplacement du pont suspendu à construire entre la Loire et l'Isère. Cette décision porte, en outre, que le concessionnaire recevra une subvention de 135.261,10 F qui lui sera payée selon la répartition suivante : 48 000 F par l'Etat ; 50 000 F par le département de la Loire ; 37 261,10 F par le département de l'Isère (voir le document publié par CHOL, p. 6).

Le 27 mai 1868, l'édification d'un pont suspendu à péage est autorisée par décret impérial, et l'adjudication des travaux, qui seront engagés en 1869, est annoncée au 7 août (AD Isère, 1S 4/1 ; Bulletin des lois... 1868 et CHOL, p. 6).

Ce pont est dit indispensable pour établir une jonction entre la route impériale 86 sur la rive droite du Rhône et la route impériale 7 sur la rive gauche et mettre en relation la vallée de la Varaize avec les grands centres charbonniers de la Loire. Ce projet à Chavanay apparaît en concurrence avec celui à Saint-Pierre-de-Boeuf.

D´après le cahier des charges, l'ouvrage doit se composer de deux ponts distincts, en prolongement l´un de l´autre : l'un établi sur le lit du fleuve, l'autre sur le bras secondaire de la rive gauche.

Le premier pont est prévu à une seule travée de 180 m d'ouverture, et avec un débouché linéaire total de 227 m entre les culées. La largeur de son tablier entre les faces intérieures des garde-corps doit mesurer 5,20 m (AD Isère, 1S 4/1 et 7093W 80).

En septembre 1869, le sieur Salebert de Chavanay présente un projet de construction avec concession à son profit (AD Isère, 1S 4/1).

Le 14 juin 1870, un décret impérial approuve les soumissions des 25 février et 1er décembre 1869 et du 25 avril 1870, par lesquelles Salebert s´engage à construire un ouvrage suspendu sur le Rhône en face de Chavanay (Loire). La concession aura une durée de 61 ans à partir de la réception des travaux (AD Isère, 1S 4/2 : Chemise Pont de Chavanay 1870-1872 ; site Art et histoire).

Pour cette période, on conserve des courriers informant de l´avancement des négociations avec les propriétaires des terrains (AD Isère, 1S 4/2 : Chemise Pont de Chavanay 1871-1872).

En 1872 ont lieu des expropriations, pour cause d´utilité publique, sur le tracé d´une route d´accès sur le territoire de Saint- Alban-du-Rhône (idem : Chemises 1872).

Le 11 avril 1873, un rapport de l´ingénieur ordinaire indique des retards pris dans les travaux du sieur Salebert car la commune de Chavanay, qui s´était engagée à construire la rampe d´accès du pont sur la rive droite du Rhône, n´a pas exécuté les remblais nécessaires à son établissement et n´a même pas acquis les terrains sur lesquels ils doivent reposer (AD Isère, 1S 4/3 : Chemise Pont de Chavanay, 1873-1886).

Les travaux semblent achevés en 1874. Le 14 août, on procède à l'épreuve de l'ouvrage. Le 22 septembre suivant, est dressé le procès-verbal d´expérience sur la résistance des fils de fer. On apprend alors qu'il s´agit de fils de fer n° 18, provenant des usines Courtel, Bouchon & Cie à Saint-Urbain-sur-Marne [aujourd'hui Saint-Urbain-Maconcourt] (Haute-Marne).

Un mois plus tard, le 22 octobre, est établi le procès-verbal de réception. Le pont semble respecter le cahier des charges, sauf quant à la largeur du tablier entre les garde-corps passée à 3,80 m au lieu des 5,20 m prévus.

L´ingénieur en chef donne son approbation, à la réserve pour le département de l´Isère de financer quelques travaux complémentaires pour une route aux abords, pour lesquels on fait de nouvelles acquisitions de terrains (AD Isère, 1S 4/3 et 7093W 80).

L'ouvrage semble définitivement homologué le 21 juillet 1875 (site Art et histoire).

Dans les années 1890, il est question du rachat du péage par l'État. L'opération a lieu le 23 août 1893 ; les concessionnaires de l'époque (depuis 1889, MM. Bouché et Boiron) reçoivent pour compensation la somme de 76 000 F (AD Isère, 7093W 80 ; idem).

Le pont de Chavanay est détruit le 1er septembre 1944, lors de la retraite allemande (COGOLUENHE, livre 1, p. 50).

Et il faut attendre plus de 30 ans pour voir un nouveau pont franchir le Rhône à Chavanay.

Appellations pont de Chavanay
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Pélussin
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : Chavanay
Lieu-dit : 42 Chavanay Luzin 38 Saint-Alban-du-Rhône
Précisions oeuvre située en partie sur le département 38
oeuvre située en partie sur la commune Saint-Alban-du-Rhône

Le projet de construction d'un pont franchissant le Rhône à Chavanay, alors desservi par un bac, remonte aux années 1830, mais n'aboutit pas. L'idée réapparaît 30 ans plus tard, dans les années 1860. Le 26 mars 1866, une décision ministérielle fixe l'emplacement du pont suspendu à construire, et précise également qu'une subvention d'un peu plus de 135 000 F sera accordée au concessionnaire. Le projet est autorisé par décret du 27 mai 1868 et une adjudication est passée au profit d'un certain Salebert, de Chavanay, qui obtient une concession par voie de péage de 61 ans, pour la construction de deux ponts (le Rhône comportait alors un bras secondaire, côté Isère). Le décret de concession du pont, approuvant les soumissions de l'entrepreneur, date du 14 juin 1870. Les travaux de construction semblent seulement engagés en 1873-74. Le 14 août 1874 est dressé le procès-verbal d´épreuve du pont et le 22 septembre est testée la résistance des fils de fer qui ont été produits en Haute-Marne. La réception des travaux intervient le 22 octobre 1874. Le péage est racheté par l'État dans les années 1890. L'ouvrage est détruit par les Allemands le 1er septembre 1944.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1873, daté par source
Auteur(s) Auteur : Salebert, entrepreneur, attribution par source

L'ancien pont suspendu de Chavanay, reliant le village de Loire (lieu-dit Luzin) à Saint-Alban-du Rhône, en Isère, franchissait le Rhône à 360 m environ en amont du pont actuel. L'ouvrage principal offrait une travée unique de 180 m environ. Le tablier étroit de 3,80 m de large, à platelage entièrement en bois, portait une chaussée à voie unique (circulation à double sens) et deux petits trottoirs, que bordaient des garde-corps, en bois, à croix de saint André. Le tablier était appuyé par les deux piles-culées en pierre de taille, formant pylônes aux entrées du pont. Deux mâts élancés de forme tronconique, surmontaient les piles-culées de rive ; ils soutenaient la suspension en fil de fer. Par son aspect, cet ancien pont suspendu évoque celui de Lagnieu (pont Seguin de 1834, de 152 m de portée). Les cartes postales anciennes figurent une petite maison, côté Chavanay, en rive droite, faisant sans doute office de poste pour le gardien du péage. Il subsiste aujourd'hui la pile-culée de la rive droite et ses deux mâts formant tête de pont.

Murs pierre
fer
bois
pierre de taille
Typologies pont suspendu à travée unique
États conservations détruit, vestiges

Repérage terrain.

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Annexes

  • Inscription portée, relatant un événement de la Seconde guerre mondiale :

    "Ici le 23 août 1944/ Edmond CHOL 23 ans/ en service commandé fut arrêté/ par les nazis/ fusillé le 25 août 1944 à Lyon/ son corps jeté dans le Rhône/ Passant souviens toi" (sur une plaque commémorative en marbre scellée sur un des mâts de la culée qui subsiste en rive droite).

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Isère. 1S 4/1. Routes, voiries et ponts : Ponts sur le Rhône

    Chavanay
  • AD Isère. 1S 4/2. Routes, voiries et ponts : Ponts sur le Rhône

    Chavanay
  • AD Isère. 1S 4/3. Routes, voiries et ponts : Ponts sur le Rhône

  • AD Isère. 7093 W 80. Pont suspendu de Chavanay sur le Rhône. 1870-1940

    Pont suspendu de Chavanay sur le Rhône
  • AD Loire. 2S 30. Pont suspendu de Saint-Pierre-de-Boeuf, 19e siècle

Documents figurés
  • 59 - Chavanay - Le Pont suspendu sur le Rhône - Dans le lointain les cîmes du Mont-Pilat / E.B.F. édit., [avant 1904]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 1073) Notes : a voyagé en 1904

  • Chavanay - Pont suspendu sur le Rhône. [Avant 1910]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 1074) Notes : vue verticale ; a voyagé en 1910

  • 1338. Chavanay (Loire) - Le Pont suspendu sur le Rhône / C.D. phot. ; Blanchard édit. Vienne : Blanchard, [avant 1909]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Rondeau, CP RON 1076) Notes : a voyagé en 1909

  • 479. Chavanay (Loire) - Pont suspendu sur le Rhône / C.D. phot. ; Blanchard édit. Vienne : Blanchard, [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1422)

  • Chavanay - Pont suspendu sur le Rhône. [1ère moitié du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR. Collection Dürrenmatt, CP DUR 1556) Notes : vue verticale

  • Site officiel de La ville de Chavanay. Historique . [en ligne]. Accès internet : <URL : http://villedechavanay.free.fr/historique/cartespostales.html> Notes : Nombreuses cartes postales anciennes figurant l'ancien pont suspendu

Bibliographie
  • Bulletin des lois de l´Empire français. XIe série. Règne de Napoléon III, Empereur des Français. Lois et décrets d´intérêt public et général. 1868, 1er semestre, t. XXXI, p. 650-652

  • CHOL, J. Edmond [document transmis par]. Pont suspendu sur le Rhône, à Chavanay. Dan l'tan, 2006, n° 27, p. 6-7 Notes : Le document d'archives imprimé publié p. 6 est visible sur le site Art et histoire, <URL : http://www.artethistoire.com/blc.php?./seguin/pt1chvy.jpg;497;688;;./hr/>

  • COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980. 3 volumes

    livre 1, p. 50
  • KIRCHNER, R. Quelques réflexions sur la construction des ponts du Rhône français. Les Etudes rhodaniennes, 1948, vol. 23, n° 1-2, p. 5-13

    p. 8-9
  • Site internet Art et histoire. Pont de Chavanay (grand bras) - 1870 . [en ligne]. Accès internet : <URL : http://www.artethistoire.com/index4o.php?segreap.php?clean=1&cb=Chavanay_grd_bras>

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno