Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Vincent-de-Paul 1

Dossier IA69004121 réalisé en 2007

Fiche

HISTORIQUE

La paroisse Saint-Vincent de Paul est créée en 1855 par le cardinal de Bonald, sur l´initiative de l´abbé François-Xavier Gouthe-Soulard, futur archevêque d´Aix-en-Provence (nommé en 1886). Cet ancien vicaire de l´église Saint-Nizier devint, suite à des problèmes de santé, aumônier de la maison de santé du docteur Jean-Baptiste Carrier, fondée en 1850 au 168-174 route de Vienne, et administrée par les Soeurs de Saint-Vincent de Paul. L´abbé comprit très vite la nécessité d´ériger une paroisse dans ce quartier, dont les 2000 habitants, cultivateurs, maraîchers, jardiniers, devaient se rendre soit à l´église Notre-Dame-Saint-Louis, rue de la Madeleine, soit à l´église Saint-Maurice, rue Saint-Maurice, toutes deux distantes d´environ deux kilomètres (Histoire de la paroisse..., par C. Bages-Limoges).

Une commission paroissiale est mise sur pied, composée du docteur Jean-Baptiste Carrier, de l´abbé Gouthe-Soulard et de huit habitants du quartier, tous propriétaires.

En février 1856, la commission achète un terrain d´un peu plus de douze ares à un couple de cultivateurs, Michel Bernard et Marie Guillot, son épouse (AP Saint-Vincent de Paul. Acte de vente reçu Guinand notaire à Lyon, 14-19 février 1856). Elle en cède la propriété à la fabrique de Saint-Vincent de Paul le 10 mai 1856.

Les travaux commencent dans l´année, la commission paroissiale optant pour une construction modeste et provisoire. L´église, qui ne sera terminée qu´en 1862, est bénie par Monseigneur Pagnon, vicaire général, le 8 mai 1859, alors que la nouvelle paroisse est érigée en succursale par décret impérial du 5 février.

L´église présente tout de suite des signes de malfaçons, et dès cette même année, il faut lui ajouter des contreforts extérieurs et des tirants (Histoire de la paroisse...)..

Le 21 juin 1874, un orage, accompagné de grêle et de forts vents, cause d´importants dégâts à l´église. Le conseil de fabrique, réuni le 24 juin, adresse une demande de secours à la Ville (AP. Saint-Vincent de Paul). Le 27 juin 1874, l´architecte en chef de la Ville de Lyon, Abraham Hirsch, se rend sur place et évalue les dégâts à cinq cents francs(Annexe A) Une subvention de 800 francs est votée par la commission municipale de Lyon le 8 juillet 1874, pour répondre aux réparations de l´église et du presbytère (Ibid.).

Les travaux, réalisés par l´architecte Sainte-Marie Perrin, s´élèvent, pour les deux édifices, à 1299 F. 25, suite à l´augmentation des tuiles à remplacer et aux réparations effectuées aux souches et abergements des cheminées ; ce supplément est couvert par une nouvelle subvention de la Ville (Ibid.)

Dès le mois de novembre un projet de reconstruction complète de l´église, d´un montant de 153 723,75 francs, est approuvé par l´architecte diocésain (annexe B). Il propose une église à trois nefs, voûtées d´arêtes, dont seul le clocher est jugé trop modeste par l´architecte.

Le conseil de fabrique ne disposerait que de 20 000 F par souscription, et sollicite donc la Ville pour cette reconstruction. En février 1875, il propose à la Ville « la cession de l´église provisoire estimée à 37 000 francs ainsi que 1 250 mètres de terrain, à dix francs le mètre » à condition que la Ville subventionne la construction de la nouvelle église à hauteur de 48 000 francs (AP Saint-Vincent de Paul). Le conseil de fabrique ne sachant comment prendre en charge le solde de la dépense, le projet est d´abord ajourné, puis repris par la Préfecture en juillet. Mais la commission municipale des finances (annexe C), suivie par le conseil municipal repousse les demandes de subventions (Ibid.).

Devant l´impossibilité de construire une nouvelle église, une série de réparations sont réalisées en 1876 : réfection complète de la couverture et du lattis, consolidation des charpentes, recrépissage des façades et reprise des enduits intérieurs (Ibid.).

En 1897, l´abbé Peyrot, curé de Saint-Vincent de Paul, lance un nouveau projet, prévoyant la construction d´une nouvelle église sur un autre emplacement, entre la route de Vienne, le groupe scolaire de la place Belleville, le chemin de Vénissieux et la route des Soeurs (actuelle rue Saint-Vincent de Paul). Les plans sont confiés à l´architecte Joannès Bernard qui dessine une église de plan basilical, à chevet plat, précédée d´un escalier de cinq marches d´accès au porche d´entrée. D´une longueur de 48 mètres, elle comprend un clocher de 51 mètres en façade (Histoire de la paroisse...). L´église ne sera jamais construite faute de moyens, et la paroisse continua de célébrer dans l´église provisoire, qui fut de nouveau ébranlée par l´explosion de la poudrière de Vénissieux le 15 octobre 1918.

DESCRIPTION

L´église est orientée à l´ouest. Sa façade ouvre à l´est sur une petite place.

Elle est construite en pisé, sur un plan en croix latine de 30 mètres de long et 18m 50 de large à la hauteur du transept ; la nef unique fait 10 m de large. Trois chapelles, dédiées à la Vierge, au Sacré-Coeur et à saint Joseph, sont érigées dans le transept (fig.). Dès 1859 des contreforts renforcent les murs de la nef (Histoire de la paroisse...).

Vocables Saint-Vincent-de-Paul
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Lyon Urgences
Adresse Commune : Lyon 8e
Adresse : 2 rue du Presbytère
Cadastre : 1826 F 331p ; 1999 CE 104 A

La première église est construite entre 1856 et 1862. Elle présente des malfaçons et doit être consolidée dès 1862. Elle subit des dégâts importants suite à un orage en juin 1874. L'architecte Sainte-Marie Perrin se charge des restaurations. En novembre 1874, un projet de reconstruction, approuvé par l'architecte diocésain Tony Desjardins, ne peut aboutir faute de subventions. Il en est de même du projet proposé par l'abbé Peyrot en 1897, sur un autre emplacement. L'église, ébranlée par l'explosion de la poudrière de Vénissieux en 1918, est démolie lors de la construction de la 2e église en 1928.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1856, daté par source
Auteur(s) Auteur : Perrin Sainte-Marie Louis-Jean, architecte, attribution par source
Auteur : Desjardins Tony, architecte diocésain, attribution par source
Auteur : Bernard Joannès, architecte, attribution par source
Personnalité : Gouthe-Soulard abbé François-Xavier,
Gouthe-Soulard abbé François-Xavier
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire

L'église est construite en pisé, sur un plan en croix latine à une nef.

Murs pisé
enduit
Toit tuile plate mécanique
Plans plan en croix latine
Couvertures toit à longs pans
États conservations détruit
Statut de la propriété propriété d'une association diocésaine

Annexes

  • Rapport de visite de l´architecte en chef de la Ville Abraham Hirsch, 27 juin 1874 (AP Saint-Vincent de Paul)

    "...A l´église. ... Les toitures ont été saccagées par le vent et par la grêle, puis la pluie étant survenue, l´eau a pénétré à l´intérieur des voûtes en se répandant, lesquelles n´étant formées que d´un bâtis en bois enduit au plâtre ont été rapidement endommagées et ont livré passage à l´eau pluviale qui tombe maintenant directement dans l´église.

    Une réparation complète et prompte de la toiture est indispensable pour mettre immédiatement l´église à l´abri des intempéries, et il convient en même temps de prendre quelques précautions à l´égard de la voûte pour arrêter la chute du plâtre et des débris que l´humidité en détache à tout instant.

    J´estime à la somme approximative de 500 F. ces principales réparations..."

  • Construction d´une église dans la paroisse de Saint-Vincent de Paul. Avis de l´architecte du diocèse de Lyon, 12 novembre 1874 (Ibid.)

    "La paroisse de Saint-Vincent de Paul est formée depuis un petit nombre d´années. Elle occupe une église provisoire qui, établie dans les conditions de la plus stricte économie et bâtie d´une manière tout à fait insuffisante, ne présente aucune garantie de durée et se trouve dans le cas de nécessiter de continuelles réparations. Sa solidité est médiocre au dire de M. l´architecte en chef de la Ville, et il ajoute que la fabrique suffit à peine aux réparations incessantes auxquelles l´édifice est exposé sans atténuer un mal qui ne fait que grandir, ce qui l´a mise dans l´obligation de s´occuper sérieusement de sa reconstruction ; c´est dans ce but qu´elle présente un projet composé des plans et du devis estimatif de la dépense.

    Ce projet qui comprend une nef principale précédée d´un clocher, deux nefs latérales accompagnées de leurs chapelles, un choeur et deux sacristies, est composé avec économie et ses proportions sont modestes, peut-être même trop en raison de l´augmentation rapide de la population qui peut résulter de l´établissement de quelques usines ou industries sur le territoire de la paroisse. La dépense prévue ne doit pas dépasser, en y comprenant un vingtième d´excédent pour les imprévues et les honoraires, la somme de 153 723 F. 10 pour laquelle on espère le concours de la ville ajouté aux souscriptions recueillies ou à recueillir que le conseil de fabrique estime pouvoir s´élever au chiffre de vingt mille francs.

    Au point de vue technique, il n´y a à faire aucune observation sur les dispositions du projet ; il est bien conçu, simple, et ne paraît pas devoir dépasser les prévisions estimatives.

    Divisée en trois voûtes d´arrêtes sur plan carré portant un nombre égal de colonnes, la nef principale présente à l´entrée du choeur un fragement de voûtes en berceau ogival, et dans le choeur même une succession de voûtes d´arrêtes avec nervures correspondant aux différents côtés du polygone. Toutes ces combinaisons sont bonnes, solides, et bien combinées quant aux poussées. Des croisées divisées en deux ouvertures par un meneau central et placées dans les murs latéraux éclairent l´ensemble des nefs, tandis que le choeur est éclairé directement par trois croisées.

    Une seule critique pourrait être faite ; elle est relative au clocher qui peut paraître un peu lourd et que les nécessités d´éviter toute dépense de luxe ont pu réduire à un minimum de dépenses que nous désirerions que la fabrique put dépasser. Ce défaut pourrait donc facilement disparaître si les ressources devenaient plus abondantes et nous ne le mentionnons que pour mémoire.

    En résumé, nous sommes d´avis que le projet présenté par le conseil de fabrique de St-Vincent de Paul soit approuvé par l´administration dans ses diverses parties."

  • Rapport de la commission des finances de la Ville, 30 juillet 1875 (AP Saint-Vincent de Paul)

    "Depuis 25 ans, mais depuis 3 ans surtout, le zèle religieux, vivement surexcité par les ministres du Culte, ne s´est point lassé de demander l´érection de nouvelles églises ; on en a construit dans des quartiers presque déserts, on a divisé et subdivisé les paroisses anciennes et ainsi diminué les ressources de casuel de chacune d´elles ; les ressources des fabriques sont devenues insuffisantes, et pour équilibrer leur budget, elles ont eu recours à la caisse municipale.

    Actuellement les ressources de la ville de Lyon sont grevées jusqu´en 1882 pour une somme de 948 500 uniquement affectée à la construction de nouvelles églises. (Ne sont point compris dans cette somme les subsides que vous serez appelé à voter chaque année pour insuffisances de ressources aux paroisses pauvres).

    Le zèle religieux est assurément fort respectable quand il reste dans le domaine privé ; mais il devient injuste et abusif quand c´est le budget municipal qui est obligé d´en faire les frais.

    Le budget de la Ville qui était en 1870 de 11 millions et demi, s´élève pour 1875 à la somme énorme de 16 millions environ : cela représente par tête 50 F. et pour chaque chef de famille 200 F. par an.

    Il est donc grandement temps de limiter les dépenses si on veut que la Ville de Lyon reste habitable pour les nombreux travailleurs qui font sa prospérité.

    Messieurs, ces considérations d´intérêt général seraient déjà suffisantes pour repousser la proposition qui vous est faite de construire une église nouvelle dans la paroisse de St-Vincent de Paul.

    Mais il résulte des renseignements pris par votre rapporteur :

    1° que le besoin d´une église neuve est bien plus un besoin d´ostentation qu´un besoin réel ;

    Vous connaissez tous ce groupe de maisons situées au Grand Trou, en face le cimetière de la Madeleine, route de Vienne ; c´est là qu´en 1856 une société particulière construit une église, laquelle n´a jamais fait ses frais vu le peu de population qui la fréquente, et qui dans ses derniers temps, de l´aveu de l´archevêché, est abandonnée par ses paroissiens qui vont à la nouvelle église construite à 10 minutes de là dans le quartier des Rivières.

    2° que l´église actuelle n´est point dans l´état de délabrement annoncé par les pièces au dossier.

    3° que l´estimation de la dite église à 37 000 F est une dérision, car le terrain sur lequel elle est construite a coûté à la société 2 000 F, et qu´en démolissant l´église actuelle, sui est en pisé, pour y établir la nouvelle, ce serait plutôt une moins value qu´une plus value, puisqu´il y aurait dépenses pour déblayer le terrain. En tous cas, il y a bien loin de 2 000 à 37 000 F., estimation acceptée par l´administration.

    4° que la somme de 20 000 F. annoncée par la fabrique à la mairie (comme produit d´une souscription) se réduit à 1 650 F. versés.

    5° que, si cette somme était réelle, elle serait plus que suffisante pour répondre aux besoins de la localité sans avoir recours au budget municipal.

    ..."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Arch. mun. Lyon. 475 WP 010/1. Edifices cultuels. Eglise et presbytère Saint-Vincent-de-Paul : construction du presbytère (1862), réparation de l´église (1874), déplacement et reconstruction de l´église route de Vienne (1891-1899), contentieux, correspondance, plan, affiches, 1861-1899

  • Arch. mun. Lyon. 923 WP 072. Edifices de culte : reconstruction de l´église Saint-Vincent-de-Paul, vente d´un immeuble, percement d´une ouverture avoisinant la dite église, réparation du mur de clôture : correspondance, plan, arrêté, rapport, acte de vente, 1898-1925

  • AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon. Acte de vente par Mr et Mme Bernard à la commission chargée de faire l'acquisistion d'un terrain pour la construction d'une église, acte reçu Me Guinand, 14, 16, 18 et 19 février 1856

  • AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon. Dégâts causés à l'église et au presbytère par l'orage du 21 juin 1874. Extraits des délibérations du conseil de fabrique de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, 24 juin 1874 ; lettre adressée à Monsieur le Préfet, 27 juin 1874 ; rapport à la commission municipale, 1er juillet 1874 ; extrait du registre des délibérations de la commission municipale, 8 juillet 1874 ; rapport de la commission municipale, 28 juillet 1874 ; lettre adressée au président du conseil de fabrique de Saint-Vincent-de-Paul, 13 août 1874 ; lettre adressée à Monsieur le Préfet, 19 août 1874 ; avis de l'architecte du diocèse de Lyon, 12 septembre 1874 ; délibération du conseil de fabrique de Saint-Vincent-de-Paul, 20 septembre 1874 ; lettre adressée à Monsieur le Préfet, 20 septembre 1874

  • AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon. Cession à la Ville de Lyon et Reconstruction, 1875. Lettre adressée au président du conseil de fabrique de Saint-Vincent-de-Paul, 4 janvier 1875 ; rapport de Monsieur le Préfet, 10 mai 1875 ; lettre adressée au président du conseil de fabrique de Saint-Vincent-de-Paul, 26 mai 1875 ; rapport de la Commission des finances, 30 juillet 1875 ; rapport du Préfet, juin 1876 ; lettre adressée à Monsieur le Préfet, 2 juin 1876 ; arrêté préfectoral, 18 juillet 1876 ; lettre adressée à l'architecte en chef, 4 septembre 1876

Documents figurés
  • AP Saint-Vincent-de-Paul. Inventaire des biens de la fabrique de l'église paroissiale de Saint-Vincent-de-Paul à Lyon, 19 février 1906

  • Plan général de la ville de Lyon, 1895-1905. 1/500 (Arch. mun. Lyon. 4S 330)

  • Plan général de la ville de Lyon, 1919. 1:500 (Arch. mun. Lyon. 4S 330)

  • Avant projet d´église pour la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, Bernard Joannès, architecte, 1897. 3 feuillets papier calque collé sur support papier (Arch. mun. Lyon. 3S 00620)

  • Eglise Saint-Vincent-de-Paul. Vue extérieure de la première église. Photogr., début XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul)

  • Eglise Saint-Vincent-de-Paul. Vue intérieure de la première église. Photogr.,1er quart XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul)

  • Eglise Saint-Vincent-de-Paul, Vue intérieure de la salle paroissiale de l'église Saint-Vincent-de-Paul (A paroissiales Saint-Vincent-de-Paul)

  • Eglise Saint-Vincent-de-Paul, Vue intérieure de la salle paroissiale de l'église Saint-Vincent-de-Paul (A paroissiales Saint-Vincent-de-Paul)

  • La clique Saint-Vincent-de-Paul. Photogr., 1er quart XXe s. (AP Saint-Vincent-de-Paul)

Bibliographie
  • BAGES-LIMOGES, Camille. Histoire de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, 2 rue du Presbytère, 690008 Lyon. janvier 2005. 11 p. multigr. (AP Saint-Vincent-de-Paul, Lyon)

  • BAZIN, G. Saint-Vincent-de-Paul. Rive-Gauche

  • JACQUEMIN, Louis. Histoire des églises de Lyon. Lyon : E. Bellier, 1983. 323 p

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Lehmann Pierric - Chalabi Maryannick