Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Gerland

Dossier IA69003048 inclus dans Lotissement réalisé en 2004

Fiche

SYNTHESES

HISTORIQUE

Le premier propriétaire connu est Gaspard de MORNIEU, écuyer (fin XVIème siècle). La succession revient ensuite à son fils aîné Melchior de MORNIEU, puis à la mort du fils de ce dernier, à son neveu François de MORNIEU. A cette époque, le domaine de Gerland formait un ensemble de 133 hectares, estimé à 19 000 livres, « consistant en maison pour le maître, maison pour le granger, loges, écuries, feniers, cours, et jardins clos de murailles, en 702 bicherées de terre labourable, 109 bicherées de paquerages, 225 bicherées de broteaux ». Au début du 19e siècle, le château appartient à Marie Benoît VERSET, agent de change à Lyon ; puis, il est acheté par Joseph Émile de MONTLUZIN, garde du corps de Louis XVIII, et en 1823, par Antoine MARTIN, ancien magistrat, conseiller à la cour d'appel de Lyon. La fille de ce dernier, Madame CHAPPET, possède ensuite le château et le transmet à ses trois fils, collectionneurs d'objets anciens. Ces derniers sans enfant laissèrent leur domaine à leurs neveux et nièces, les familles RODET-CHAPPET, qui l'ont morcelé entre plusieurs propriétaires. C´est sur ces terrains que le quartier de Gerland va se développer dès la fin du 19e siècle.

En 1919, le ministère de la Guerre achète le château pour le prix global de 15 000 francs. Le maire Edouard HERRIOT le transforme en un centre d'accueil pour les mères célibataires : « un asile maternel où les femmes enceintes seraient admises avant leur accouchement et resteraient après leur accouchement pendant la période de temps nécessaires ». Il rappelle le 6 octobre 1919 : « Notre oeuvre serait incomplète si, après avoir gardé dans notre maison, jusqu´au jour de sa délivrance, une femme qui attend un enfant, nous ne lui donnions pas ensuite la possibilité d´allaiter cet enfant un temps suffisant pour écarter de lui les risques de la mortalité » .Le centre se compose de vingt lits, une nourricière de quatorze lits et une autre de vingt lits, en accord avec la société « la Natalité Lyonnaise » et le concours du Conseil Général du Rhône. Plusieurs salles sont ensuite rajoutées : une salle de repos et une nourricière en 1926, une nouvelle nourricière en 1929, et enfin, un pavillon d'accouchement en 1932.

En 1943, avec la loi du 15 avril, la nourricerie prend le nom de maison maternelle, avec sa structure hospitalière ; la grossesse et l´accouchement peuvent se dérouler dans de bonnes conditions.

En 1958, la structure prend le statut de maison départemental. D'ou le nom donné au domaine : «la Maison des Mères ». La section maternité est supprimée.

En 1959, la maison maternelle de Gerland a été fusionnée avec celle du Vinatier et devient Maison Départementale.

En 1960, le domaine prend peu à peu un caractère médico-social. Une activité qui va continuer jusqu'en 1990, sous la gestion du Conseil Général du Rhône, qui va construire sur le domaine un nouveau bâtiment pour abriter différents services sociaux de proximité, appelé « Maison du Département du Rhône ».

Modification au niveau de la clôture

Une déclaration de travaux est déposée le 12 décembre 1995, relatif à l´aménagement et à la modification des accès de l´ancien centre maternel départemental rue de l´Effort et rue Benjamin Delessert. Il s´agit de l´ouverture d´une partie du mur de la clôture de la façade Nord au droit de la rue de l´Effort, en créant un portail de 3m50 de large et d´une hauteur de 4 m15 et un autre de 1m de large et de 2m10 de haut. Côté rue Benjamin Delessert, l´entrée piétonne de 1m est modifiée en l´agrandissant de 4m, suivie d´un palier de 2m70 x 5m40, avec un grand portail à deux vantaux, et une large rampe de 2m70.

Appellations de Gerland
Destinations Bureau
Parties constituantes non étudiées enclos, cour, jardin, fontaine
Dénominations château
Aire d'étude et canton Lyon Urgences
Adresse Commune : Lyon 7e
Adresse : 186 rue de Gerland
Cadastre : 1999 CD 42

Château édifié dans la 1ère moitié du XVIIème siècle. Le 25 octobre 1682 est rédigée une quittance des ouvrages de fer blanc réalisés aux bâtiments, en particulier au pavillon du colombier, pour François de Mornieu, écuyer. Les deux cheminées qui subsistent (pièce arrière à gauche au rez-de-chaussée et salle à l'étage) datent du XVIIIème siècle. Au début du XXème siècle, le domaine, sans doute dévolue à une institution, a été transformé : l'aile accolée à droite du logis et les communs au-devant ont été démolis pour faire place à de nouvelles constructions utilisées en dernier lieu comme foyer de mères célibataires.Courant XXème et début XXIème, d'autres constructions annexes sont rajoutées à l'ensemble. En 1996, des ouvertures ont été créées au niveau de la clôture, au devant de la rue Delessert et sur la rue de l'Effort, pour les piétons.

Période(s) Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 17e siècle
Secondaire : 20e siècle
Secondaire : 1ère moitié 21e siècle

Logis de plan double en profondeur, proche du carré, comportant 1 étage carré et 1 étage de comble à surcroît. Le rez-de-chaussée est composé de 4 pièces autour d'un couloir axiale le traversant complètement et passant sous l'escalier situé en revers de façade. La pièce à gauche de l'escalier, à usage de cave, est à demi enterrée et surmontée d'un entresol, un petit couloir, perpendiculaire au premier et comportant quelques marches, permet d'y accéder. Tout le rez-de-chaussée est voûté d'arêtes, les deux pièces à droites comportant des voûtes d'arêtes à 10 et 9 quartiers. Le couloir principal est voûté en berceau plein-cintre, le secondaire en berceau segmentaire. A l'étage, la partie arrière est en grande partie occupée par la salle. Le 1er repos de l'escalier est fermé par des grilles du XVIIème siècle qui sont probalement des remplois.

Murs calcaire
enduit
moellon
Plans plan carré régulier
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvrements voûte d'arêtes
voûte en berceau plein-cintre
voûte en berceau segmentaire
Élévations extérieures élévation à travées
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie
Statut de la propriété propriété du département
Intérêt de l'œuvre à étudier

Références documentaires

Documents d'archives
  • Arch. dép. Rhône. 3 E 7269. Quittance détaillée des ouvrages de fer blanc faits pour la maison de François de Mornieu, écuyer, à Gerland, minutes de Pierre Potier le jeune, notaire à Lyon, 25 octobre 1682, fol. 283

  • Arch. mun. Lyon. 512 WP 018. Château de Gerland à la Mouche. Garderie d´enfant. Plan du 1èr étage. Echelle 0,02 pm.16 février 1918.

  • Arch. mun. Lyon. 923 WP 346. Acquisition par la ville de Lyon du château de Gerland le 31 juillet 1917.1917

  • Arch. mun. Lyon. 1741 W 005. Château de Gerland à la Mouche. Garderie d´enfant. Plan du deuxième étage. Echelle 0,02 pm.23 janvier 1918.

  • Arch. mun. Lyon. 1741 W 005. Château de Gerland. Plan d´ensemble. Echelle 0,002 pm. Décembre 1901.

  • Arch. mun. Lyon. 1741 W 005. Château de Gerland à Lyon la Mouche. Plan du rez de chaussée. Echelle 0,02 pm. n.d.

  • Arch. mun. Lyon. 1741 W 005. Château de Gerland à Lyon la Mouche. Plan du 1er étage. Echelle 0,02 pm. n.d.

  • A.C. Lyon. 1776 W 968. Opération immobilière dans le 7e arrondissement. Acquisition à Mr Dichamp du terrain 286 avenue Jean-Jaurès par la Ville de Lyon. 1960-1968.

    documents d'archives AC Lyon : 1776 W 968
  • Arch. mun. Lyon. 960 WP 29. Projet de bain douche à la cité jardin de la Mouche. Plans, coupe et élévations. 11 avril 1930

    documents d'archives
  • Arch. mun. Lyon. 1858W351. Maisons des Mères. Demande de déclaration de travaux.1995.

    documents d'archives
Bibliographie
  • BAZIN G., Le Château de Gerland, in Rive gauche, revue de la Société d´Etude d´Histoire de Lyon, mars 1967, numéro 20.

    p. 5 -9
  • GOGOLUENHE H., Promenade à Gerland vers 1906, in Rive gauche, juin 1982, numéro 81.

    p. 3
  • MATHY J., Evolution historique et sociale de la maison des mères de Gerland : les enfants adoptables, ed. Lyon : Association corporative des étudiants en médecine de Lyon, Thèse Medecine : Université Lyon I :1975.

  • MISSION SITE HISTORIQUE DE LYON, Zoom rive gauche : lire la ville en creux et en relief : lieux, sites et acteurs du patrimoine, Ville de Lyon, 03/2004.

    p. 72
  • ROLLAND F., Les maisons maternelles, la Maison des Mères de Gerland de la Ville de Lyon, Thèse de médecine, Lyon, 1928.

  • SALOMON E., Les châteaux historiques du Lyonnais, 1838, TOME 2.

  • VASQUEZ, E., Gerland que j'aime : La vie du quartier 1803-1983, Collection quartier Lyonnais, 1968.

    p. 47- 49
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Ducouret Bernard - Rakotomalala Salohy